RiN Vol.10 - Actualité manga

RiN Vol.10

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 07 Décembre 2018

Aaaaah, qu'il est triste de voir une aussi bonne série que RiN se poursuivre à un rythme si lent... mais au moins, même si ce 10e volume arrive en France près de 20 mois après le tome 9, les éditions Delcourt/Tonkam continuent tout de même de la publier. On retrouve donc Norito en plein doute dans ses premiers pas professionnels dans le manga: doit-il continuer de suivre les instructions de Muto qui lui affirme qu'il a un talent pour l'érotisme, ou se mettre à dessiner ce qu'il veut réellement dessiner ? L'adolescent est déterminé à opter pour la deuxième solution, mais son responsable éditorial n'est pas décidé à le laisser faire... Est-ce vraiment la bonne voie ? Le jeune garçon pourra-t-il un jour dessiner ce qu'il veut et faire carrière comme il le souhaite dans ce milieu qu'il adore tant ? Rien n'est moins sûr, car les mauvaises nouvelles ne cessent de lui tomber dessus. Un changement de supérieur à la tête du magazine Taurus anéantit ses espoirs d'être publié dans la célèbre revue malgré ce que Muto lui affirmait, ce qui le contraint à tout reprendre de zéro. Pire encore, Norito prend pleinement conscience, par divers détails, que l'état de santé de sa soeur Kaori s'est beaucoup aggravé... Pourrait-il vraiment partir à Tokyo et la laisser dans un état pareil ?


La première partie du volume nous livre clairement un Norito abattu par la situation, celui-ci devant non seulement faire face aux aléas d'un milieu du manga décidément compliqué et où rien n'est acquis, mais aussi à l'aggravation de l'état physique et mental de Kaori. Harold Sakuichi continue de bien nous immiscer dans les hauts et les bas du milieu de l'édition de manga, mais ici c'est surtout tout le travail sur Kaori qui touche, tant on la suit plus que jamais dans sa déchéance physique et psychologique: son corps répond de moins en moins malgré tout ses efforts, elle risque de devenir un jour complètement amorphe et de finir comme sa mère, elle perd les unes après les autres toutes les choses en lesquelles elle tenait et qui l'aidaient à résister... et tout comme Norito, on ne peut qu'être inquiet et attristé par le sort de la jeune fille, qui semble inévitable... Mais il y a pourtant des lueurs plus positives pour Norito dans tout ceci, à commencer par la présence de la sublime Honda, fidèle à elle-même, l'invitant à sortir, à tenir certaines promesses, et ainsi cette adolescente enjouée reste plutôt un bol d'air frais pour notre héros. Mais il y a aussi ses vieux amis comme Katsuo, et même Kaori elle-même qui le soutient dans ses rêves d'avenir... Alors, Norito saura-t-il se relever, se reprendre en main, ne pas lâcher son objectif ?


C'est alors autant pour lui que pour Kaori qu'il entame, dans la deuxième grande partie du tome, une nouvelle étape dans sa formation de mangaka, où il devient assistant pour l'auteur qu'il admire le plus. Mais un auteur dont la réputation est telle qu'aucun nouvel assistant ne reste travailler pour lui plus de quelques semaines. Autour de nouveaux personnages plutôt bien campés, le jeune garçon va pouvoir continuer d'apprendre, certes dans la rudesse, mais avec un réel sens de l'effort qui pourrait peut-être payer, et en filigranes l'immersion dans les coulisses de la création de manga reste assez bien orchestrée par Harold Sakuichi.


Seul bémol: dans tout ceci Rin est beaucoup plus en retrait. Mais à part ça, le récit se poursuit à bon rythme, le travail effectué sur Kaori est très bon, et les nouvelles avancées de Norito vers son rêve sont prenantes et annoncent une suite tout aussi bonne... Espérons juste qu'on n'attendra plus cette suite pendant 20 mois !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News