Re:Zero – Troisième Arc - Truth of Zero Vol.1 - Actualité manga

Re:Zero – Troisième Arc - Truth of Zero Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 12 Febuary 2019

Chronique 2
  
Depuis le printemps 2017, le manga Re:Zero est devenu l'une des valeurs sûres des éditions Ototo, qui continue d'en publier les volumes à bon rythme, au gré des différents arcs. Ainsi, après un arc 1 qui faisait office de très bonne introduction, et un arc 2 qui montrait tout le potentiel de la saga en plus d'installer quelques-uns des personnages les plus populaires de l'oeuvre, l'éditeur a lancée à l'occasion de Japan Expo 2018 l'arc 3. Nommé "Truth of Zero", il adapte le light novel originel du tome 4 au tome 9, et correspond donc à toute la deuxième grand moitié de l'acclamée adaptation animée.

Toujours en cours dans son pays d'origine, ce manga a démarré au Japon le 27 mai 2015, et pour l'occasion on retrouve la maison d'édition Media Factory, le magazine de prépublication Monthly Comic Alive, et le dessinateur Daichi Matsuse, qui étaient déjà derrière l'adaptation manga du premier arc. C'est donc une équipe déjà bien familière de l'univers Re:Zero qui est en charge d'adapter cette ambitieuse troisième grande partie, celle qui lance réellement l'intrigue et qui va plonger Subaru dans ses plus profonds doutes...

Voici désormais quelques jours que Subaru Natsuki, notre héros, est parvenu à se sortir de la mortelle boucle temporelle au Manoir de Roswaal, et est parvenu, non sans l'aide des jumelles et du Marquis, à se débarrasser des bêtes démoniaques. Désormais en convalescence au manoir, il a enfin été totalement accepté par Rem. Ram semble aussi lui faire désormais confiance, tout comme Béatrice, même si elles le montrent peu. Mais surtout, le jeune homme espère avoir renforcé la confiance que sa chère Emilia a envers lui... et peut-être aura-t-il encore l'occasion de renforcer cette confiance avec les importants événements qui se préparent ? En effet, un messager est récemment passé au manoir: l'heure de la réunion en vue de la Sélection royale est enfin arrivée, et la belle demi-elfe doit donc se mettre en route pour la capitale Lugnica, cette ville où tout a commencé pour Subaru. Elle décide d'emmener avec elle notre héros, non pas pour qu'il l'accompagne au château pour la Sélection, mais afin qu'il honore certaines promesses faites à Kadomon, à Felt ou au vieux Rom, et surtout pour qu'il soigne ses blessures suite à l'affrontement contre les bêtes démoniaques. Mais vous connaissez Subaru: malgré les ordres d'Emilia qui veut lui faire confiance et qui lui somme de ne pas chercher à assister à la Sélection, le jeune homme est plutôt du genre obstiné, au point de n'en faire qu'à sa tête...

Ce premier volume lance donc une nouvelle partie qui, ici, n'en est encore qu'à ses balbutiements, puisque nous avons surtout une introduction visant à bien poser les bases de la sélection ainsi qu'une ribambelle de nouveaux personnages, à commencer par les prétendantes au trône et leur "chevalier" servant ! En plus d'Emilia, il y a 4 autres prétendantes, dont une tête déjà connue, qui ne s'attendait pas à être là, qui a bien changé dans son allure mais certainement pas dans son caractère par rapport au premier arc ! Parmi les trois autres femmes présentes à la Sélection, la plus en vue dans ce premier volume est assurément Priscilla Barielle, jeune femme blonde vénitienne dont la beauté n'a d'égale que la profonde arrogance, et dont Subaru va faire la connaissance dans des conditions un peu particulières. C'est bien simple: cette dame très hautaine est persuadé que le monde est façonné pour elle, et elle prend tout le monde de haut. Ce qui ne l'empêche pas d'être assez intéressante dans son genre, d'autant plus qu'elle lâche à Subaru quelques réflexions pertinentes, comme quand elle lui affirme qu'il dissimule sa faiblesse sous une carapace de bouffon. En dehors d'elle, la présentation de Crusch et d'Anastasia s'avère malheureusement un peu moins marquante pour l'instant, même si l'on retient bien l'aspect très digne et sérieux de Crusch, ainsi que l'avidité d'Anastasia et son accent de Kararagi qui rappelle à Subaru l'accent du Kansai. Concernant leurs chevaliers, en dehors de Reinhard que l'on connaît déjà on fait la connaissance d'Al, un homme intrigant de par son important point commun avec Subaru, puis de Julius, le plus brillant chevalier de la garde royale avec qui notre héros entre immédiatement en conflit, et enfin Ferris, chevalier félin au service de Crusch et maîtrisant parfaitement la magie de soin. Si l'on retient l'essentiel de la présentation de ces personnages, on regrette une petite chose, due essentiellement au fait que le mangaka occulte un peu certains éléments au tout début de cet arc: la présentation de Crusch et de Ferris n'est pas aussi marquante que dans le light novel ou que dans l'anime, car Daichi Matsuse évoque malheureusement trop succinctement le rôle que tous deux doivent avoir dans la guérison de Subaru. Et ne parlons pas de Wilhelm, personnage qui aura beaucoup d'importance par la suite mais qui n'est qu'évoqué le temps d'une case ou deux ici.

En dehors de cela, pourtant, le mangaka gère généralement bien le rythme, notamment pendant toute l'aventure de Subaru avec Priscilla dans les ruelles de Lugnica, un passage qui ici est bien dosé alors qu'il comporte quelques longueurs dans le light novel. Et Matsuse sait toujours profiter des événements pour amener différents petits approfondissements de l'univers.
Par exemple, sur la géographie du monde, avec cette "Grande Cataracte", immenses chutes d'eau bordant le monde et empêchant les gens d'aller plus loin, si bien que l'on dit souvent que les "étrangers" comme Subaru viennent d'au-delà de ces chutes. Mais aussi sur l'Histoire du Royaume de Lugnica: il y a longtemps le roi Folsell Lugnica avait conclu un serment avec le dragon divin Volcanica, suite a quoi ce dernier a souvent sauvé le pays et l'a aidé à prospérer. La stèle du dragon est une pierre où des inscriptions apparaissent quand va avoir lieu un incident pouvant influencer l'avenir du royaume, et une nouvelle prophétie s'y est inscrite: "Une fois le serment de Lugnica rompu, un nouveau garant du dragon mènera le pays". Or, 6 mois auparavant, tous les membres de la famille royale se sont éteints les uns après les autres, d'où la Sélection royale à laquelle Emilia participe. Pendant ce temps, le concile des Sages se charge de gérer l'Etat en attendant l'élection d'un nouveau monarque qui pourra passer un nouveau serment avec le dragon.
Ou encore, il y a tout simplement de petites infos supplémentaires, diverses et variées, par exemple sur la bénédiction anti-vent des dragons de terre. Sans oublier des petits détails intrigants, par exemple sur les agissements assez ambigus de Roswaal, qui choisit de laisser Subaru agir à sa guise...

Et agir à sa guise, Subaru ne s'en prive pas ! C'est bien simple, le jeune homme n'en fait souvent qu'à sa tête, de par son obstination. Ca lui vaut quelques coups d'éclat assez remarqués, comme quand il vole au secours de Priscilla qui ne li a rien demandé, et bien sûr il reste fidèle à ses principaux traits de caractère. Mais cette fois-ci, ce caractère risque bien de finir par lui jouer des tours, quand on voit la réaction visiblement très déçue d'Emilia. Même si le jeune homme fait tout ça avant tout pour sa précieuse demi-elfe, il ne fait qu'aller outre ses ordres, encore et encore... au risque de perde sa confiance ?

Visuellement, le trait de Matsuse n'a pas beaucoup changé depuis l'arc 1: c'est toujours aussi plaisant et fluide, avec des designs bien respectés, des décors soignés pour la ville de Lugnica, ses ruelles, son château, le carrosse de Priscilla... Peut-être a-t-on tout de même un trait légèrement plus affirmé, de par l'expérience acquise par le dessinateur.

Côté édition, Ototo reste dans la droite lignée des deux premiers arcs avec un papier bien souple et épais, une excellente impression, des premières pages en couleur, de bons choix de police... Soulignons aussi la traduction toujours aussi appliquée, notamment ici pour la façon de parler très noble et hautaine de Priscilla, parfaitement rendue par le traducteur Yoan Giraud qui lui fait utiliser le "nous" quand elle parle d'elle-même.

Au final, même s'il y a quelques légers manques regrettables (surtout au tout début), cette adaptation manga de l'arc "Truth of Zero" démarre de bonne manière, avec un rythme soigné, des nouveaux personnages assez bien installés... et de nouveaux ennuis qui ne font que commencer pour l'incorrigible Subaru. Il ne s'agit là que d'une mise en place de cette nouvelle partie, et le meilleur reste largement à venir !
  
  
Chronique 1
  
Le light novel Re:Zero étant découpé en plusieurs arcs, il n'est pas étonnant à ce que le manga soit aussi scindé en plusieurs séries, un peu à la manière de Sword Art Online. L'adaptation manga n'a pourtant pas attendu l'anime pour se montrer ambitieuse, aussi les arc 2 et 3 ont été prépubliés en parallèle tandis que la version animée n'avait pas encore débuté.

Lancée en 2015, la déclinaison du troisième arc a été confiée à Daichi Matsuse, qui s'est occupé de la première partie du manga. Ainsi, après un arc en deux tomes, le mangaka s'est vu confier un projet beaucoup plus important puisque Truth of Zero compte actuellement 7 volumes et n'est pas terminée.

De manière logique, l'intrigue se déroule quelque temps après le second arc. Le calme est revenu au manoir Roswaal, mais Subaru n'est pas tout à fait remis de ses blessures. Afin de récupérer totalement, il accompagne Emilia et Roswaal à la capitale afin de bénéficier de soins particuliers. De son côté, Emilia n'est pas là pour une simple visite de courtoisie puisqu'une réunion des prétendantes à la succession du royaume de Lugnitia va avoir lieu...

En termes d'intensité et de rebondissements, il est difficile de deviner à quoi s'attendre avec cet arc, pour ceux qui n'ont pas vu l'adaptation animée, puisque celui-ci s'intéresse beaucoup plus à l'univers qu'aux péripéties. Ce troisième arc aborde alors pleinement la question de la succession, trame brièvement plantée dans les deux premières parties, et se fait une joie d'introduire un tas de nouveaux personnages en rapport avec cette intrigue majeure.

Le retour de Subaru à la capitale s'accompagne ainsi d'une multitude de rencontres, de bon nombre de déboires comiques, mais aussi de nouvelles pistes pour le scénario central.

Ceux qui ne demandaient qu'à découvrir plus en profondeur l'univers de Re:Zero sont alors servis puisque ce premier tome en dit beaucoup plus sur les conditions de la succession et présente les différentes prétendantes au trône, tant de personnages (féminins, évidemment) diamétralement opposés qui ont encore beaucoup à dire. L'une d'entre elles, en particulier, a droit à une mise en avant et créera davantage la surprise du côté de son « Chevalier » qui constituera une des surprises majeures du tome.

Il y a pourtant bien une intensité dans ce premier volume de troisième arc : sa conclusion. La réunion pour la succession en dit plus sur certains mystères de la série, et on ressent la volonté de Tappei Nagatsuki, dans son récit original, de passer aux choses sérieuses. Un  rebondissement a même lieu, marquant le retour d'un personnage du début de titre sur lequel on se posait bien des questions, de quoi intensifier largement cette histoire de succession !

Enfin, on retrouve avec plaisir le trait de Daichi Matsuse qui a fait des progrès depuis le premier arc. Il rend ses personnages encore plus vivants, et on salue sa volonté de respecter le character-design original de Shinichirô Otsuka. On se demande alors comment il parviendra à gérer les grandes séquences d'action de cet arc, ainsi que les scènes particulièrement violentes...
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News