Prisonnier Riku Vol.25 - Actualité manga

Prisonnier Riku Vol.25

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 29 January 2018

Riku et les siens en sont convaincus : ils se trouvent non pas sur une île, mais au cœur du continent, dans un véritable camp de travaux forcés de l'enfer servant aux plans de Kidôin. S'ils ne s'échappent pas vite, c'est la mort qui attend la petite bande... Fort heureusement, Tanaka pense déjà à un plan, tout en sachant que le groupe n'est pas seul : le gardien Harada, refusant de se soumettre à la politique de Kidôin, et prêt les aider dans leur évasion.


Les préparatifs de la nouvelle évasion se poursuivent et continuent d'avancer à bon rythme. Dans ce tome, c'est toute une phase préparatoire du plan qui nous est contée, un tome qui, par conséquent, s'avère très bien mené dans son rythme et ne laisse pas vraiment le temps de souffler. La formule, on la connait maintenant, va présenter nos héros dans l'un de leur plan, avec toutes les complications qu'un tel stratagème peut amener.


Ce n'est donc pas le schéma du tome qui va nous surprendre. Nouvelle tentative d'évasion oblige, il fait mettre en place les préparatifs et marquer les repères, sachant que tout n'est pas sans danger. Heureusement, Shinobu Seuguchi est un auteur très inventif, aussi ses plans d'évasions ne se ressemblent jamais, et les péripéties narrées sont différentes d'un arc à l'autre.


La grande force de ce vingt-cinquième volume vient alors de ses personnages. Les têtes d'affiche de Prisonnier Riku ont toujours été le héros, évidemment, ainsi que Tanaka et Renoma. Mais ici, ceux qui étaient restés un peu plus en retrait one droit à leur moment de gloire. Amano et Matsuo les premiers, ils ne volent donc pas leur apparition sur la couverture du volume. Shaolong n'est pas en reste non plus, l'occasion alors pour l'auteur de développer le mea culpa du personnage, un traitement fait avec une grande justesse puisqu'il est question ici du traître à la place de l'humain, une facette que les compagnons trahis de Shaolong devront comprendre... ou non. On notera alors que ce développement est à l'image du titre : après le pessimisme, l'espoir, aussi le pardon est au centre de la fin du tome, aboutissant à une conclusion de volume vraiment touchante.


On ne retrouve donc pas le niveau d'excitation de la fin du premier cycle dans ce tome, tout en sachant qu'il est difficile de faire aussi intense pour l'auteur. Néanmoins, il est plaisant de voir que l'intrigue va à l'essentiel. Le plan avance à bon rythme, on pourra alors simplement lui reprocher de jouer un peu trop sur le facteur « hasard », un facteur qui sera peut-être davantage exploité par la suite au vu des quelques pistes que ce tome vingt-cinq amène.


On ne boude pas son plaisir pour autant, la recette du titre restant suffisamment efficace et ses personnages, terriblement attachants, se démarquant les uns après les autres. Et l'avantage du rythme c'est que plus le plan avance, rapidement, plus on s'attend à une douce montée de l'intensité. Le prochain volume se fera donc attendre avec une grande hâte !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News