Noise  (Tetsuya Tsutsui) Vol.1 - Actualité manga

Noise (Tetsuya Tsutsui) Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 20 November 2018

Critique 2


Tetsuya Tsutsui, le petit chouchou de Ki-oon, ayant grandement contribué au succès de l'éditeur, nous revient enfin avec un nouveau titre fort, poussant le lecteur à la réflexion, un nouveau titre sombre et pouvant se montrer particulièrement malsain, un domaine où l'auteur excelle grandement! 


Suite à la classification de son titre Manhole comme nocif, l'auteur, dans sa précédente série, nous avait proposé un récit sur la censure, s'inspirant de sa propre expérience. Bien que récompensé, Poison City avait divisé, certains n'y voyant que les caprices d'un auteur aigri qui s'accorde sa petite vengeance... 


Mais au vu des sujets qu'il aborde, il est normal qu'un tel auteur suscite la polémique...est-ce que cela sera à nouveau le cas avec Noise? C'est fort possible, en attendant, c'est toujours un plaisir de découvrir une œuvre d'un auteur tel que Tsutsui, un auteur engagé qui ne prend pas les lecteurs pour des idiots! 


Changement de cadre pour cette nouvelle série, nous sommes ici loin des jungles urbaines dépersonnalisées, pour se retrouver isolé dans les campagnes dépeuplées où le silence est d'or... 


Shishikari est un petit village de la campagne Japonaise souffrant de dépopulation, les jeunes le délaissent pour la ville, ne laissant plus que des vieillards pour faire vivre ce bourg! Pourtant il se pourrait que ce village revienne à la vie grâce aux vergers de Keita Izumi, un trentenaire refusant de quitter le lieu qui l'a vu grandir, producteur de figues qui s'exportent incroyablement bien. Grâce à ses revenus, il a fait rénover la mairie, la bibliothèque et espère bien pouvoir rénover également l'école afin que sa fille qui vit en ville avec sa mère puisse revenir auprès de lui! 


Malgré sa récente séparation et l'absence de sa fille, tout va pour le mieux pour Keita qui devient une célébrité locale, au point d'intéresser les journalistes. 


Mais il se pourrait que quelque chose, ou plus précisément quelqu'un, vienne perturber cela: un certain Mutsuo Suzuki, un homme d'apparence louche, se présente au verger pour chercher un travail, mais l'ami d'enfance de Keita, Jun Tanabe, semble le reconnaître: il s'agit d'un pervers ayant suivi une jeune femme pendant des mois avant de la poignarder à plusieurs reprises la laissant sans vie. L'affaire ayant fait grand bruit à l'époque, Jun est sur de le reconnaître malgré son changement de nom. 


L'homme a semble t-il payé sa dette puisqu'il a été libéré pour bonne conduite au bout de treize ans, mais Keita ne lui fait pas confiance et refuse poliment sa candidature. 


Cependant l'homme continue de traîner dans le coin, mais après tout il est libre de s'installer où il le souhaite...pourtant les suspicions se multiplient et un climat malsain commence à naître. 


Keita et Jun surveillent l'homme et préviennent un jeune agent de police qui vient juste d'arriver dans la région depuis deux jours, ensemble ils décident d'interpeller l'homme de plus en plus suspect, mais qui n'a rien fait de mal...à priori...


Dans un premier temps l'auteur nous présente la petite bourgade où les événements vont se dérouler et va immédiatement nous plonger dans un des problèmes de société que rencontre le Japon à savoir le vieillissement des campagnes et leur dépopulation. Mais avec cette dépopulation vient également un certain isolement. En ce sens l'exploitation de Keita, outre le fait d'être un espoir de ramener de la vie dans le village est aussi une ouverture vers le monde...Et qui dit ouverture vers le monde dit aussi invasion des problèmes qui vont avec! 


En seulement quelques pages Tsutsui va nous présenter les principaux personnages et leurs problématiques: Keita qui malgré des affaires florissantes (ainsi qu'une certaine renommée dans le petit village) vit une douloureuse séparation avec celle qui est encore sa femme, et surtout avec sa fille dont la mère veut qu'elle habite en ville; Jun, meilleur ami de Keita, chasseur expérimenté pour qui son fusil est également un instrument qu'il ne peut pas se permettre de perdre; mais aussi l'adjoint au maire qui semble avoir des ambitions toutes particulières et vouloir profiter du coup de projecteur sur sa commune fourni par Keita et son verger; ou encore les policiers de campagne qui acceptent de fermer les yeux sur des détails à partir du moment où leur travail est paisible  (qui pourrait venir perturber la quiétude de cette bourgade?), avec une recrue à priori peu dégourdie qui découvre à la fois le métier, mais aussi la région! 


Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes dans un premier temps, puis petit à petit le titre va basculer vers quelque chose de plus sombre, de plus inquiétant... Le point de départ sera l'arrivée d'un homme à l'allure louche cherchant du travail... Bien qu'il ne fasse rien de mal au départ la suspicion et les doutes vont naître chez Keita et Jun. 


Et à partir du moment où ce personnage entre en scène, on bascule vers un titre purement policier... chose que Tsutsui maîtrise amplement. 


Entre alors en scène un inspecteur aguerri, un enquêteur redoutable, qui vient grandement contraster avec les policiers introduits auparavant...une femme vient signaler la disparition de son père, un homme qui aidait les repris de justice pour leur permettre de retrouver du travail...et le dernier à avoir bénéficié de ses services n'est autre que l'homme à s'être présenté chez Keita... 


Bien qu'on se laisse absorber par l'intrigue qui n'est pour le moment qu'un point de départ vers quelque chose de plus complexe, on peut regretter que l'auteur n'apporte absolument aucune nuance concernant le personnage de Mutsuo! A la limite qu'il ne laisse planer aucun doute sur ses crimes passés, qu'il ne laisse aucun suspens, cela peut se comprendre, cela vient renforcer les craintes de nos héros, mais qu'à aucun moment il ne lui laisse le bénéfice du doute est assez regrettable. En effet, immédiatement Mutsuo va être diabolisé, il nous sera présenté comme un pervers méritant ce qui va lui arriver. Ce manque d’ambiguïté de la part d'un auteur qui nous avait habitués à plus de subtilité est vraiment dommage. 


Puis viendra l’événement qui va véritablement lancer la série, un événement qu'il faut taire pour ne pas tout gâcher, même si cela reste assez prévisible! 


Se pose alors des questions morales, sur la justice et sur le pardon, mais malheureusement ce manichéisme flagrant, avec le "mal" d'un côté et des personnages trop "bons" de l'autre ne favorise pas la profondeur des questionnements que l'auteur attend que le lecteur se pose. Encore une fois ce manque de nuance et d’ambiguïté ne sert pas le titre.   


La dernière partie du tome nous plonge véritablement dans un thriller avec des accents glauques et violents, avec pour toile de fond la question de la frontière entre le bien et le mal...ce qui peut s'avérer passionnant si l'auteur parvient à apporter davantage de nuances! 


Au niveau du dessin, on retrouve le trait fin et précis de Tsutsui, toujours aussi efficace, qui parvient à mettre en scène des personnages immédiatement reconnaissable. Les décors sont moins présents que dans ses précédents titres (campagne oblige), mais restent eux aussi très soignés! 


Un premier tome séduisant, qui nous promet une trame intense et pleine de tensions, mais qui on l'espère saura passer outre ce côté trop caricaturale! 


A noter un interview de l'auteur en fin de tome qui nous apprend des choses vraiment intéressantes. 


Critique 1


Après Momo et le messager du Soleil, Sous un ciel nouveau, Lost Children et Beyond the Clouds, l'heure est venue, en cette période de rentrée, de découvrir la cinquième et dernière création Ki-oon de l'année 2018. Et quoi de mieux, pour finir en beauté cette salve de créations originales, que le retour de l'un des mangakas les plus emblématiques de l'éditeur ? Tetsuya Tsutsui fait effectivement partie des artistes qui ont permis à Ki-oon de décoller avec les titres à succès Duds Hunt, Reset et Manhole. Le mangaka, qui s'est alors imposé comme un mangaka populaire en France dans le registre du thriller, a ensuite confirmé avec le succès public de Prophecy et Poison City, même si l'on pouvait imputer certaines faiblesses à ces deux oeuvres. Depuis la fin de Poison City en décembre 2015, on attendait avec intérêt le nouveau titre du maître (on ne compte pas le spin-off Prophecy the Copycat sorti en 2016-2017, étant donné qu'il a été fait par un autre mangaka), en espérant le retrouver en forme. Et si Tsutsui reste dans son genre de prédilection, à savoir le thriller, il change cette fois-ci plus fortement de cadre en nous plongeant en pleine campagne japonaise...


Plus précisément, nous voici plongés à Shishikari, un village qui, comme beaucoup d'autres au Japon ou ailleurs, connaît bien des problèmes: vieillissement des habitants, manque d'actualités et d'activités, dépopulation... Et pourtant, depuis quelque temps, ce village qui semblait condamné revit et devient même le centre d'intérêt de médias, grâce à l'activité de Keita Izumi, un trentenaire qui, en croisant deux espèces de figues, a réussi à en créer une troisième révolutionnaire. Son activité étant florissante et refaisant décoller l'économie locale, il espère bien en profiter pour redonner un beau coup de boost à son village, notamment en faisant rouvrir l'école. Après tout, il pourrait aussi avoir là un intérêt personnel, en poussant Erina, sa fille de 8 ans, à revenir au village, elle qui est partie avec sa mère en ville suite au divorce des deux parents. La situation pourrait donc redevenir idéale pour Keita et pour le village... à moins qu'un grain de sable ne vienne tout enrayer ? Ce grain de sable a forme humaine, et il se nomme Mutsuo Suzuki. Tout juste arrivé au village, cet "étranger" voudrait être embauché en saisonnier dans l'entreprise de Keita, mais d'emblée il apparaît très malhonnête: vol de figues, nombreux mensonges... Pire, Jun Tanabe, chasseur et ami d'enfance de Keita, reconnaît vite en cet homme un criminel qui, plusieurs années auparavant, fut condamné à la prison pour viol et meurtre. Keita a beau refuser de l'embaucher, Mutsuo continue d'errer dans le village. Pire, il semble avoir des vues très malsaines sur l'ex-femme et la fille de Keita... Comment faire pour éviter qu'un tel individu s'installe au village ?


Le moins que l'on puisse dire est que Tetsuya Tsutsui s'applique très bien pour installer le cadre de son récit: toute la première partie du volume s'avère très bonne pour présenter ce petit bourg en train de renaître ainsi que sa nouvelle effervescence, et pour installer une palette de visages qui marquent assez facilement: Keita qui cristallise bien des espoirs et dont on découvre la situation familiale et les désirs, son ami Jun le chasseur qui est un homme robuste, le maire visiblement sénile, le maire adjoint qui semble avoir certaines ambitions, le nouvel agent de police Moriya qui semble faiblard à cause de son manque d'expérience... On découvre avec un certain intérêt toutes ces figures à la fois classiques du genre et plutôt bien campées. Mais cela ne s'arrête pas là, puisque d'autres visages extérieurs au village, voués à avoir une grande importance, sont également très bien installés. On pense avant tout à Hatakeyama, inspecteur de la brigade criminelle d'Aichi qui a un passé commun avec Mutsuo et, surtout, des regrets qui ont conditionné sa volonté d'être un meilleur flic, pour ne plus commettre les mêmes erreurs qu'avant. Le seul point faible dans cette galerie de personnages ? Hé bien, il s'agit de Mutsuo lui-même: Tsutsui a tendance à en faire des tonnes sur cette pourriture qui semble avoir tous les vices du monde. Bien sûr, il exagère volontairement le trait pour le faire apparaître vraiment abject, mais ça s'enchaîne tellement qu'il finit par sembler vraiment très caricatural.


En dehors de ça, pourtant, le récit devient vraiment emballant, dès lors qu'a lieu le principal coup de théâtre du tome, l'événement qui lance réellement tout. Un événement dont il est tout bonnement impossible de parler sans spoiler, donc on n'en dira rien. Sans forcément être surprenant (c'est même quelque chose qui semblera très, très prévisible à n'importe quel habitué de thrillers en campagne de ce genre, quel que soit le média), ce rebondissement vient redistribuer pas mal de choses, à commencer par un lien qui se crée forcément entre trois hommes liés par un même secret. Dès lors, un suspense s'installe, car il va leur falloir veiller à ne pas dévoiler leur problème, surtout face à l'inspecteur Hatakeyama qui est un flic très expérimenté, observateur et chevronné... Mais ils devront faire attention à tout, car dans un petit village où tout le monde se connaît sûrement, le moindre secret peut vite s'ébruiter (d'où, sûrement le titre de la série, Noise signifiant bruit en Anglais).


A partir de l'instant où l'histoire décolle bel et bien, l'un des points les plus intéressants vient sans doute d'un gros flou dans la frontière entre le bien et le mal concernant les personnages. Les trois hommes cachent leur terrible "secret" pour des raisons qui paraissent somme toute louables (en tête, protéger le village, préserver leurs proches), mais ce qu'ils ont fait peut, malgré tout, paraître terrible. Il en résulte alors, aussi, la possibilité pour Tsutsui d'exploiter certaines pistes possibles, par exemple la notion de justice. Il reste à voir ce qu'il en fera.


Visuellement, on retrouve un Tsutsui plutôt en forme, après Poison City qui paraissait un peu plus faible que ses précédentes oeuvres. Depuis Poison City le dessinateur propose quelque chose de légèrement plus fin et épuré dans ses designs de personnages, et ici il les maîtrise beaucoup mieux. On pourra lui reprocher tout de même certains visages manquant d'expressivité ou plus relâchés, alors qu'a contrario il excelle plusieurs fois dans les jeux sur les regards, qui installent tout de suite une atmosphère oppressante, ou alors font très bien ressentir le fond des personnages (un bon exemple concernant le moment du flashback où Hatakeyama se retrouve face aux parents de la victime). Les décors, quant à eux, sont présents quand il le faut. Ils ne sont pas envahissants et pas forcément hyper détaillés, mais ils arrivent souvent au bon moment pour nous immerger dans ce cadre campagnard.


Malgré un côté très caricatural chez Mutsuo et des premiers rebondissements qui pourront paraître très prévisibles auprès des habitués du genre, Tetsuya Tsutsui pose de très bonnes bases pour son nouveau thriller. La plupart des personnages sont bien installés et promettent d'être ni tout blanc ni tout noirs, l'immersion dans le cadre campagnard est bien là, le suspense s'installe efficacement petit à petit, l'auteur a à sa disposition plusieurs pistes et thèmes... Il n'y a plus qu'à attendre que tout ça décolle encore plus, en espérant que ce sera bien le cas !


Comme souvent, Ki-oon a bichonné son édition: excellente traduction de David le Quéré qui met bien dans l'ambiance, bon travail d'adaptation graphique de Clair Obscur, papier assez épais tout en restant souple, excellente qualité d'impression, présence de six premières pages en couleur... On appréciera également la présence de six pages bonus où l'on trouve une interview du mangaka ainsi que quelques petits secrets de fabrication.


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News