NeuN Vol.6 - Actualité manga

NeuN Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 01 December 2020

Il aura fallu attendre six volumes pour que Neun lui-même soit enfin en vedette sur la jaquette, mais cela arrive alors que le jeune garçon ne semble déjà plus être celui qu'il était au départ. Rebecca l'a bien remarqué: il a changé, plus encore depuis la "cérémonie" ayant fait sombrer le camp de travail de Steinvitz dans le chaos. A présent, les deux enfants sont retenus quelque part au large de la côté nord de la Pologne, dans une structure où le Doktor U, encore lui, poursuit ses expérimentations pour percer le secret de la synchronisation. Et si Naomi a préféré s'éclipser en étant persuadée qu'il faut tuer le jeune garçon avant que son pouvoir ne devienne trop puissant, Theo, lui, l'a suivi, toujours soucieux de veiller sur lui, et essayant de trouver un moyen de fuir dans cette structure entourée par l'armée. C'est ainsi qu'au fil d'expériences où les cadavres se multiplient et où les médecins ne tiennent pas le coup, le pouvoir de Neun, s'étend, toujours plus, de façon inquiétante...

Tsutomu Takahashi frappe assez fort dès le début du volume, car tout en posant le nouveau contexte au coeur de la structure polonaise, il nous fait bien ressentir à quel point Neun a changé et se fait plus inquiétant tandis que sa capacité de synchronisation semble toujours plus puissante. Pourquoi ce changement ? Eh bien, peut-être y a-t-il un début d'explication dans ce que le jeune garçon affirme lui-même: Hitler a beau être loin de là, Neun s'est synchronisé avec lui car sa conscience se propage dans l'air, se diffuse partout, ce qui reste là une métaphore assez réussie de la manipulation de masse des consciences que le dictateur allemand était parvenu à effectuer à son époque. Surtout, en se synchronisant avec le Führer, le jeune garçon a le sentiment de capter tout ce qu'il est: un homme fier, ambitieux, belliqueux, qui n'accorde pas de valeur à la vie des autres et se considère comme un dieu. Mais au petit jeu où l'on se sent divin et parfait, Neun n'est désormais pas mauvais, lui non plus...

Après ce début de tome assez fort, Takahashi change toutefois légèrement de cadre en nous proposant de découvrir la suite du récit au travers d'un autre personnage qui devient ici le visage central du tome: Karl Bauman, un docteur autrefois ambitieux mais ayant arrêté d'exercer il y a quelque temps tout en sombrant dans l'alcool, et qui se retrouve chargé par un autre branche des nazis, celle de Reinhard Heydrich (un SS ayant vraiment existé), de s'infiltrer dans la structure polonaise pour essayer de percer les manigances du Doktor U. Proposant un petit background rapide mais assez efficace sur cet homme, le mangaka nous invite ensuite à suivre son incursion dans la structure, non sans quelques alliés dont une tête connue, à la recherche de la vérité sur le pouvoir de synchronisation et, peut-être, sur un moyen d'arrêter Neun dont le pouvoir prend une ampleur effrayante pendant ce temps-là. Et concrètement, c'est du tout bon, entre les quelques informations convaincantes sur le fonctionnement de la synchronisation (à base de théorie sur la matérialisation de la conscience), la manière dont Baumann se retrouve en quelque sorte coincé entre les différents "camps", l'inquiétude suscitée par le pouvoir toujours plus étendu de Neun, et le travail de mise en scène et de dessin de Takahashi pour entretenir en permanence cette atmosphère très sombre dont il a le secret.

La seule chose dommage dans tout ça, c'est que le rythme de parution de la série est désormais rattrapé et qu'il faudra attendre a priori beaucoup plus longtemps entre chaque tome, d'autant que le 7e volume n'est même pas encore paru au Japon. A cela, une explication: Takahashi a mis un terme en tout début d'année à la première grande partie de son oeuvre, mais n'a pas encore démarré la deuxième. Cette première partie s'achève au chapitre 49, donc 4 chapitres seulement après la fin du tome 6 (dont le dernier chapitre est le 45), ce qui fait qu'il n'y a pas encore assez de chapitres pour qu'un 7e opus paraisse au Japon (sinon le tome 7 ne compterait même pas 100 pages)... Espérons qu'il ne faudra pas attendre des années !
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.25 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News