Monster Musume - Everyday Life with Monster Girls Vol.9

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 20 November 2019

Après un nouveau mini-chapitre de 4 pages couleurs conçu par Okayado en octobre 2011 donc avant les débuts de la série, retour dans le présent où une étonnante nouvelle vient de tomber sur la tête de nos héros: dans le royaume des sirènes, Mero est vraiment une princesse ! Et qui plus est, elle a reçu pour ordre de sa mère de rentrer, car apparemment le royaume est en proie à une crise grave, et la vie de la princesse pourrait bien être menacée par une redoutable ennemie, la dénommée Octo... Pourtant, la vérité sur cette soi-disant menace pourrait être bien différente de ce que dit la reine !

C'est donc un petit séjour sous l'eau qui attend ici Kimihito et ses colocataires (Sû comprise, grâce à une petit subterfuge, elle qui se diluerait dans l'océan sans ça), pour un récit où, en seulement 3 chapitres/120 pages environ, le mangaka Okayado va plutôt à l'essentiel. Son petit récit n'évite pas quelques raccourcis et donne parfois l'impression d'aller un peu trop vite sur certains gags,néanmoins le plaisir est là: la femme-poulpe Octo est une nouvelle figure assez réussie le temps de cette partie, l'humour et l'ecchi se côtoient toujours assez efficacement grâce aux différentes idées de l'auteur (les tentacules d'Octo, sa confrontation contre les fils de Rachnera, la baignade de Sû... sans oublier toutes les fois où Kimihito frôle à nouveau la mort), l'aspect absurde des enjeux réels sont bien funs avec une nouvelle exploitation de la passion des sirènes pour les amours tragiques... Et enfin, notre chère Mero a droit à une petite évolution appréciable, son coeur balançant entre sa passion de sirène pour les amours tragiques et ses vrais sentiments pour Kimihito.

Le dernier chapitre du volume, lui, a la bonne idée de mettre en avant la grande absente du voyage sous l'eau: Lala ! A l'heure où Kimihito se remet à l'hôpital de l'épreuve qu'il vient de traverser, notre chère dullahan vient lui rendre visite, sans savoir encore qu'elle va s'attacher à une fillette gravement malade et lui demandant d'être son amie... Ici, Lala amuse beaucoup, que ce soit dans ses apparitions flippantes, ses petits "accidents de tête", son parler bien à elle (laissant apprécier une traduction efficace), u son côté asocial faisant qu'elle ne sait absolument pas comment s'adresse à des enfants. Et pourtant, dès lors qu'elle fait connaissance avec la petite Yûhi, c'est bien une facette d'elle plus touchante que l'on voit chez cette messagère de la mort ayant elle aussi des émotions et finalement un côté humain. En somme, on a là un petit approfondissement rapide mais assez efficace de Lala, aboutissant même sur des toutes dernières pages un brin loufoques.

Monster Musume reste donc ici, dans l'ensemble, une lecture efficace dans sa catégorie. Entre l'ecchi, l'humour et l'absurde, Okayado montre encore de bonnes idées et parvient à bien tirer parti de la plupart de ses personnages, réussissant même à faire un petit peu évoluer la sirène Mero et la dullahan Lala. C'est certes parfois un peu rapide et basique dans les rebondissements, mais ça n'empêche pas l'ensemble d'être plaisant.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News