Lovers and Souls

Rédaction
Lecteurs
14.50 /20

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 04 Octobre 2010

Tooru Shinomiya est un étudiant de faculté en art, arrivé ici par défaut, sans réel projet qui lui tiendrait à cœur. Il sert occasionnellement de modèle à Satoshi Matsuoka, un collègue de sa fac qui occupe déjà le métier de photographe indépendant. Contre de l’argent, Shinomiya s’abaisse à tout sans s’en soucier, se fichant de sa vie, de son corps qu’il ne considère que comme un objet. Petit à petit, le jeune homme va commencer à vendre également son corps à Matsuoka, qui désire ce modèle si expressif à son goût. Sans morale, les deux jeunes gens vont s’enfermer dans une spirale destructrice sentimentalement parlant, alors que Shinomiya fait commerce de ses charmes à qui veut bien le payer. C’est lorsqu’il commence à étreindre gratuitement Matsuoka que le jeune homme se perd, errant alors dans un monde de sentiments qu’il ne connaissait pas jusqu’à présent … Entre morale, raison et passion, nos deux héros se perdent l’un dans l’autre, dans un cache-cache possessif et rempli de jalousie, l’amour nait timidement dans des cœurs desséchés par la luxure moderne. On y retrouve le classique de l’artiste, du rêveur perdu qui n’avance qu’à la force résiduelle de ses jambes. Le jeune adulte un peu perdu, aussi peu fier qu’il est négligent envers son corps et les compagnons qui l’étreignent le temps d’un soir.

Ce qui change très agréablement, c’est que le personnage de Shinomiya est réellement construit autour de Matsuoka : la diminution de son amoralité à ses côtés, et la débauche dans laquelle il se plonge lorsque celui-ci s’éloigne trop … On apprécie énormément la psychologie de ce qui survient dans la vie de ces deux tourtereaux, et la façon dont le traumatisme est traité : de la logique, du réalisme et une perspective d’avenir, avec le temps qui passe comme seul pansement aux peines de cœur. Des personnages charismatiques, des figures hautes en couleur et en sentiment … Que de plaisir dans cette première histoire ! La seconde rassemble un autre couple, plutôt atypique, dont les émotions sont elles aussi bien mises en valeur. En résumé, on sent que l’auteur maitrise bien son sujet et ses protagonistes, malgré une certaine lenteur sourde dans le scénario et un certain manque de profondeur, par moments, dans une narration qui reste assez fermée et prenante. Il faut s’accrocher pour rentrer dans les qualités de ce manga, et ne surtout pas en ressortir avant la fin … Mais si l’on y arrive, c’est véritablement un excellent moment de lecture, rempli de bons sentiments et de passion aveugle. Une histoire de tous les jours, un récit banal qui devient très touchant, notamment grâce à l’alliance intéressante de Shinomiya et Matsuoka.

Au niveau des graphismes, on se retrouve face à un dessin assez original dans le traité, avec beaucoup de traits brouillons qui font un ensemble à la fois soigné et désorganisé. Sous des dehors sages, les scènes érotiques sont plutôt bien représentées. Le reproche principal, c’est le manque de finesse parfois dans certaines situations, mais surtout le masque assez hermétique des protagonistes, qui empêche parfois de faire passer tout ce qu’il survient entre les deux amoureux. Des décors cependant assez conséquents, des personnages bien différenciés … Le tout reste agréable, malgré le petit défaut cité ci-dessus. Au niveau de l’édition de Taïfu, pas de grandes différences avec l’ordinaire, peut être faudra t-il faire remarquer que l’adaptation de la multitude de textes embringués dans les images est réussie, malgré l’aspect rempli et chargé que cela aurait pu donner. Bref, un bon petit manga, one shot de son état … qui vaut quand même le coup, sans doute meilleur que Vanilla Star.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM
16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs