Juge Bao (le) Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 04 Febuary 2010

Fruit du travail commun du scénariste français Patrick Marty et du dessinateur chinois Chongrui Nie (à qui l'on devait déjà la Belle du temple hanté et le Fils du marchand, parus chez Xiao Pan), Juge Bao, premier titre des toutes jeunes éditions Fei, nous propose une plongée dans la Chine du onzième siècle, pour y découvrir, à travers des enquêtes (une par volume, chaque tome se suffit donc à lui-même) une figure historique devenue mythique de l'histoire chinoise: le Juge Bao.

Le premier point sur lequel Juge Bao se détache, c'est au niveau de son format atypique: 18cm de longueur sur 13cm de largeur, l'ouvrage est donc plus long que haut.
Et lorsqu'on l'ouvre, on a le grand plaisir de tomber sur un avant-propos de l'éditeur, qui nous présente de manière claire et concise la société de l'époque, en pleine essor matériel et intellectuel, mais également en proie à toutes formes de corruption, dans toutes les classes sociales. Pour contrer ce mal, l'Empereur de l'époque, Ren Zong, confie les pleins pouvoirs au Juge Bao, qui se chargera alors de résoudre les affaires se présentant face à lui, en conservant toujours la plus totale impartialité et une main de fer ne laissant aucune place à la pitié. Véritable symbole d'une justice que rien ne peut entailler, il est aidé dans sa tâche par son garde du corps Zhang Zhao, un chevalier expert en arts martiaux, par son assistant, greffier et médecin légiste Gongsun Ce, et par un jeune garçon malicieux du nom de Bao Xing. A ceux-là viennent s'ajouter Wang Chao et Ma Han, deux gardes assurant la sécurité du tribunal du Juge Bao et menant une troupe constituée d'une vingtaine de soldats parmi les plus aguerris.

Sachant tout cela, le lecteur peut commencer dans les meilleures conditions possibles la lecture de ce premier tome, dans lequel le Juge Bao et ses compagnons arrivent dans une préfecture du Nord-Est de l'Empire. Là, ils mettront tout en oeuvre pour résoudre l'énigme d'un meurtre commis trois ans auparavant, et pour lequel un innocent attend d'être exécuté. Et, de fil en aiguille, ils découvriront que toute la ville et sous le joug d'une élite totalement corrompue, menée par un jeune homme ambitieux et avide de pouvoir.
Entre les menaces et les meurtres, chaque membre de la petite troupe contribuera à faire éclater la vérité. Tandis que Bao Xing débroussaille les pistes, les quelques scènes d'action et la petite dose de charme sont assurées par le chevaleresque Zhan Zhao, en attendant le verdict final grondé par Bao. Le mélange est bien dosé et prend bien, et le lecteur prend un véritable plaisir à voir la vérité se dessiner petit à petit.

Il faut également dire que les dessins participent grandement à l'immersion du lecteur. Quoi de mieux, pour un titre puisant sa source dans l'Histoire, qu'un coup de crayon se voulant réaliste ? Et sur ce point, Chongrui Nie s'en sort à merveille. Aussi bien au niveau des décors que des personnages, le trait appuyé et très fourni respecte bien l'époque à laquelle se situe tout ceci et est criant de réalisme. Un réalisme tellement parlant que l'on a régulièrement l'impression d'avoir des personnages issus directement de photographies. Et c'est bien là le point que l'on pourrait reprocher: les visages sont tellement réalistes qu'ils ont régulièrement l'air complètement figés. Un aspect figé encore plus flagrant lors des quelques scènes d'action. Mais l'essentiel ne se situe pas là: pour une histoire de ce type, les dessins sont quasiment parfaits. On soulignera également que la lecture tout en "longueur", due au format, apporte, étrangement, une grande fluidité au récit, en plus d'une ultime point d'originalité.

Au final, ce premier volume du Juge Bao marque avec brio l'arrivée sur le marché des éditions Fei, éditions affichant clairement un objectif différent des autres éditeurs: bien loin de ce qu'on nous sert la plupart du temps quand il s'agit de bande dessinée chinoise, Juge Bao puise directement ses sources dans l'Histoire de la Chine, et nous invite à découvrir une figure mythique du pays. Une véritable curiosité, belle, originale et instructive dans son genre, à découvrir absolument !

Si, au premier abord, l'édition proposée ici ne paraît pas des plus attirantes, avec son format qui peut paraître étrange, sa couverture tricolore et l'absence d'un jaquette, on change durant la lecture: en plus de l'intelligent avant-propos, l'impression est bonne et évite le piège d'un encrage trop prononcé. Quant à la traduction, elle coule de source, même si l'on n'évite pas quelques coquilles.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

18 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News