Ile des téméraires (l') Vol.4 - Actualité manga
Ile des téméraires (l') Vol.4 - Manga

Ile des téméraires (l') Vol.4

Rédaction
Lecteurs
18 /20

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 10 Juin 2015

Après plus de deux ans d'attente, L'Île des Téméraires revient enfin avec son quatrième volume, et c'est avec une facilité étonnante que l'on replonge dans cette vision humaine des missions kamikaze de la 2nde Guerre Mondiale.


Nous laissions les pilotes de kaiten du sous-marin l-53 dans une situation tragique, au bout de laquelle Sekiguchi, l'ami de Watanabe, s'est sacrifié pour sauve l'équipage. Et c'est désormais avec un fort sentiment de tristesse que l'équipage poursuit doucement sa route vers Palau afin d'y effectuer sa mission-suicide. Dans chaque esprit, la mort Sekiguchi est présente. Cette mort, elle était certaine, puisqu'il était, comme les autres pilotes de kaiten, destiné à aller se faire exploser à Palau. Mais la vie l'a quitté plus tôt que prévu, et c'est avec des sentiments mêlés que Watanabe et les autres poursuivent leur route. La tristesse et l'amertume, bien sûr, mais surtout la volonté de faire en sorte que cette mort n'ait pas été inutile, en réussissant la mission-suicide à Palau.


Alors que l'humain se cachant derrière Watanabe et les autres transparaît, c'est encore plus l'absurdité de la mission qui nous est contée. Sekiguchi est mort pour permettre à ses camarades d'aller mourir un peu plus tard... Mais la mission se déroulera-t-elle comme prévu ? la réponse ne tarde pas à tomber, et dévoile encore plus l'absurdité de la situation tant rien ne se passe comme prévu. Des hommes meurent dans la plus totale inutilité, et pendant ce temps, Watanabe, qui aimerait tant retrouver son ami dans la mort après avoir accompli sa mission, ne peut rien faire... On ressent tout cela au gré du ton assez neutre et pas plus bavard que de raison de Syuho Sato.


Portée par les planches assez riches et sensibles de l'auteur, l'immersion est bien là. On regrette un peu que le tome se lise si vite, mais on reste plutôt séduit par la façon dont la psychologie, la détresse et l'humanité de Watanabe répond à l'absurdité totale de la situation.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs