Hanayamata Vol.7 - Actualité manga

Hanayamata Vol.7

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 13 Avril 2016

Une petite nouvelle en première année de collège est venue bousculer le club de yosakoï : Ran Fueda, jeune fille qui semble aussi capricieuse et égoïste que talentueuse en yosakoï, et qui a vite fait de prendre en grippe Hana, qu'elle voit comme un obstacle à sa passion envers son idole Yaya ! Et pour se rapprocher de celle qu'elle admire, la demoiselle semble prête à tout, y compris à semer le doute chez ses nouvelles camarades et à tenter de faire éclater le groupe... Mais y arrivera-t-elle seulement ? Et finira-t-elle par être touchée par Naru et les autres, qui tentent de l'accueillir à bras ouverts et de faire en sorte qu'elle soit bien intégrée ?

Le tome 6 de Hanayamata faisait entrer en scène sans convaincre une Ran qui, de par son jeu de piste ridicule, son égoïsme et sa prétention, devenait très vite insupportable, et le septième volume semble d'abord se diriger dans la même voie dans un début peu intéressant, où l'on retrouve les petites considérations insipides dont est capable la série, à ceci près que Ran vient y apporter quelques nouvelles choses. Mais difficile d'en retenir quoi que ce soit de vraiment prenant, même si les fans de petites pestes et de sous-entendus shôjo-ai seront aux anges.

Heureusement, la suite du volume redonne petit à petit un certain souffle, en mettant assez en avant la volonté des filles (par exemple, celle de Tami de devenir une "grande soeur" du club digne de ce nom) dès lors que le yosakoï revient sur le devant, avec la volonté de nos jeunes héroïnes de participer au défilé du festival de Kamakura. Et tandis qu'arrivent quelques petites explications suffisantes sur les spécificités de la danse en défilé, où la faculté de se fondre dans le groupe est importante, les entraînements reprennent et s'avèrent difficiles sous la houlette d'une Ran improvisée "prof". Ce sera l'occasion pour les filles de montrer à nouveau toute leur volonté et leur désir de rester soudées, tandis que l'énervante Ran gagne petit à petit un peu en nuances dès qu'on commence à mieux la connaître. Que s'est-il passé dans son ancien club de yosakoï ? Pourquoi semble-t-elle avoir tant de mal à s'intégrer dans des groupes ? Quelle est la nature exacte de sa relation avec Wako ? Les éléments de réponse arrivent peu à peu, et même si ça ne va vraiment pas chercher très loin et que le développement reste très basique, cela reste suffisant pour mieux intriguer sur Ran.

Après un début de tome assez insipide, Hanayamata se redonne donc un peu de couleurs. Sans chercher très loin et en restant plutôt simpliste, le récit se redonne un petit coup de boost suffisant, tandis que les amateurs de moe, eux resteront ravis par la lecture.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
12.5 20
Note de la rédaction