Grand Blue Vol.2 - Actualité manga

Grand Blue Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 05 March 2021

Beuverie sur beuverie, toujours emmené malgré lui dans les plans joyeux et débiles de ses senpai où il finit bien souvent par se laisser aller ensuite, le tout sous les regards désespérés de sa cousine Chisa et en s'étant déjà taillé une réput' peu flatteuse à la fac, Iori a connu un tout début de vie universitaire pour le moins mouvementé ! Et pourtant, son incursion parmi les joyeux lurons du club de plongée Pee-a-Boo pourrait, petit à petit, lui apporter certaines choses. Une autre vision de Chisa, entre autres, la jeune fille vouant un vrai amour pour le milieu sous-marin. Mais aussi ses premiers pas dans cet univers de la plongée, jusque-là inconnu pour lui, et qui l'effrayait même un peu vu qu'il ne sait pas nager. Et tout comme la fin du tome 1, c'est bien à la plongée que se consacre le tout début de ce deuxième volume: découverte de l'équipement, coût élevé de tout ce matériel pour des étudiants comme nos héros, expérimentation de la respiration sous l'eau, atouts de la combinaison sèche, utilité du détendeur de secours "Octopus"... Vite et bien, les auteurs évoquent pas mal de petites choses, avec surtout au bout du compte une première expérience importante pour Iori, avec la joie de réussir quelque chose qu'il se pensait incapable de faire avant.

En somme, voici un tout début de volume sympathique, presque plus sérieux parfois dans ce qui est véhiculé sur cette expérience de plongée (même si l'humour et la légèreté sont toujours omniprésents)... mais évidemment, cela ne peut durer bien longtemps puisque, bientôt, arrive déjà un événement important de l'université: la fête du printemps, avec ses stands à tenir... et, surtout, ses concours de beauté féminin puis masculin. Deux événements que les senpai du club aimeraient beaucoup remporter car les récompenses leur permettraient d'acheter le matériel de plongée nécessaire ! Mais forcément, avec Kotobuki et Tokita aux commandes, rien ne peut se passer de façon très académique, les deux gus ayant déjà leurs plans...

Et qu'on se le dise, c'est donc forcément une fête très mouvementée et hilarante qui nous attend, tant nos personnages ne reculeront devant aucun plan débile ou fourbe, et c'est bien souvent Iori qui en fera les frais bien sûr ! Quand les deux senpai veulent les forcer, lui et Kôhai, à participer au concours masculin avec des uniformes un peu humiliants, leur seule solution pour échapper à ça serait de plutôt convaincre Chisa de participer au concours féminin, tâche qui semble perdue d'avance à moins de la soûler malgré elle pour qu'elle accepte, avec à la clé une avalanche de gags qui n'iront jamais exactement dans le sens espéré par ces messieurs ! Et quand, en plus vient s'en mêler une nouvelle tête en Azusa Hamaoka, la fête ne peut que dégénérer encore plus: membre du club de plongée elle aussi, venue de l'université pour filles Oumi où elle est en troisième année, cette autre senpai n'a pas grand chose à envier à Kotobuki et Tokita avec son goût pour les fête et l'alcool, son côté impudique, ses penchants, sa manière de ne pas forcément prendre grand chose au sérieux... et pourtant, elle pourrait montrer plus d'une fois qu'elle est quand même une personne observatrice et sur qui on peut compter, au vu de certaines de ses paroles parfois. Enfin, il y a le cas d'une autre nouvelle venue, Aina Yoshiwara, en première année à Oumi, étudiante qui essaie maladroitement de changer, de se faire sa place en étant très m'as-tu-vu avec sa tonne de maquillage, quitte à bientôt se retrouver moquée par certains gars de son club comme le détestable beau gosse prétentieux Kudô. Une situation telle qu'au bout du compte, après avoir tant lutté et s'en être pris tant dans la figure pour ne pas participer au concours masculin, Iori et Kôhei pourrait bien faire un choix qui est tout à leur honneur.

Au bout du compte, le tome 2 de Grand Blue confirme les qualités du premier volume, tant il y a de quoi rigoler face à l'avalanche de gags, de situations loufoques ou idiotes, de quiproquos (mention spéciale à celui d'Azusa concernant l'orientation sexuelle d'Iori), de caractères bien exploités, de visages très drôles... De l'humour désinhibé toujours très rythmé et excellemment porté par la traduction, et n'empêchant pas quelques élans vraiment intéressants dans le scénario et dans l'abord des personnages. Après deux tomes, Grand Blue, c'est un grand oui !
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16.25 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News