Fate/Apocrypha Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 16 April 2019

Après tout de même un an d'attente, Fate/Apocrypha fait enfin son retour aux éditions Ototo, et nous retrouvons certains des Servants et de leurs Maîtres dans la fin de leur combat. Tandis que Berserker des Rouges a été fait prisonnier par les Noirs, c'est un statut quo qui se dessine entre Berserker des Noirs Frankenstein et Archer des Rouges, mais également entre Archer des Noirs Chiron et Rider des Rouges, en qui Chiron semble reconnaître une figure qu'il a bien connue il y a très longtemps... La curiosité quant à l'identité de Rider des Rouges est bien l'unique chose intéressante de cette fin de petit combat très rapide. De faire se hypothèse quant aux identités des Servants, avant d'en avoir confirmation, reste bien l'un des petits plaisirs de l'oeuvre, d'autant que pour Rider des Rouges ça ne tarde pas du tout à se confirmer. Dans la suite du tome, le lecteur aura aussi l'occasion d'essayer de deviner l'identité d'Assassin des Rouges grâce à quelques indices, en attendant de voir plus tard si cela se confirmera...

A part ça, bien sûr le volume propose d'autres centres d'intérêt, à commencer par ce qui se passe du côté d'Astolfo, qui a décidé d'aider l'homoncule libéré à s'échapper pour qu'il puisse vivre. Un choix qui ne plait évidemment pas à tout le monde dans son camp, ainsi Gordes et Siegfried finissent-ils rapidement par venir s'opposer au choix de leur compagnon... Il en ressort des choses intéressantes pour la suite, des choses qui auront sans doute leur importance, entre le rôle futur de l'homoncule, le sort réservé à Astolfo, et la décision inattendue et radicale de Siegfried... mais tout ceci ne convainc pas totalement dans l'immédiat, dans la mesure où les choses vont très vite sur ce point, en dégageant assez mal certains aspects. On pense ici, bien sûr, à l'acte commis par Siegfried, qui a certes quelque chose de beau et noble, et dont on peut comprendre quand même la raison profonde, mais il est dommage que le mangaka n'ait pas travaillé un peu plus cette raison et le personnage en lui-même. Quoi qu'il en soit, les conséquences de cet acte poussent également Ruler, alias Jeanne d'Arc, à se montrer un peu plus, et c'est l'occasion pour elle de faire montre de sa totale neutralité.

On retiendra, enfin, la tournure que prennent les événements en fin de tome autour d'un autre personnage: Jack l'éventreur l'Assassin des Noirs, accompagnée de sa Maîtresse. Celle-ci se met à commettre des meurtres de Mages ne pouvant pas passer inaperçu, autant côté Noirs que côté Rouges, et l'on se demande donc comment les choses vont tourner autour d'elle.

La lecture reste assez sympathique, d'autant qu'Akira Ishida propose un dessin fidèle aux designs originaux et assez précis... mais après quatre volumes, il manque toujours quelques qui permettrait à Fate/Apocrypha d'enfin décoller réellement. Nombreux, les personnages restent pour la plupart encore un peu vides, et à force d'alterner brièvement entre eux le mangaka n'arrive toujours pas à offrir au récit un véritable rythme, un vrai souffle. Alors qu'il y a quand même des événements qui se passent, on a l'impression que l'histoire dans son globalité n'avance pas et, pire, qu'elle n'a toujours pas réellement commencé. Dommage, car les bases de cette Guerre du Graal unique en son genre restent intéressantes et l'ensemble se lit tout seul, mais il serait temps que la série s'offre le coup de boost attendu pour enfin marquer les esprits.

En attendant, ce quatrième tome est aussi l'occasion de nous offrir un bonus très intéressant: une longue interview croisée de 16 pages entre le mangaka Ishida et le character designer d'origine Konoe Ototsugu. 16 pages qui sont l'occasion de faire un point sur la saga Apocrypha de de découvrir pas mal de petites informations et d'anecdotes. Un vrai bon point pour ce volume.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

12.75 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News