Enfer & Paradis Vol.8

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 04 September 2009

Difficile de se remettre des derniers évènements. La mort de Shin, attendue depuis le début du flashback, était si superbement mise en scène qu’il sera très dur de passer à autre chose. Ainsi, on ressent même chez l’auteur une profonde perturbation pour lancer ce huitième tome d’Enfer et Paradis. Tout d’abord, malgré le choc, il faut en finir avec le flashback, car quelques points restent à régler, notamment l’ascension fulgurante de Mitsuomi, ou ses liens nouveaux avec Maya qui ne peut pas lui pardonner. Mais l’auteur hésite, s’embrouille, et ce dernier chapitre ancré dans le passé est très difficile à suivre. Il aurait peut-être mieux valu s’arrêter tout simplement à l’image de Shin ayant trouvé le repos.

Et puis, c’est l’inévitable retour au présent, seulement voilà : le cœur n’y est plus ! On a du mal à se remettre dans le bain des derniers évènements, et la remise en marche est assez complexe. Et puis, on retrouve avec beaucoup de peine Soichiro et Bob et leurs caractères de petites frappes, et particulièrement irritants. On en vient même à regretter les protagonistes de l’époque passée. On retiendra toutefois le développement de la jeune Aya, qui affirme son caractère, et sort du rôle de cruche dont elle était prédestinée, en défiant sa propre sœur.

Afin de faire repartir la série sur les bons rails, l’auteur nous promet des affrontements fatidiques dans un certain avenir, avec le tournoi Tenranbu qui se prépare. En fin de volume, il exploite également le personnage de Soichiro, qui rappelons-le car ce n’est pas vraiment clair, et censé être le héros du manga… Il serait temps de s’y intéresser au bout de 8 tomes ! La partie sombre du personnage y est révélé, lui apportant un sursaut de charisme, même si on peut regretter un effet de surenchère soudain dans les pouvoirs.

Bref, ce huitième volume est une vraie déception. Il pouvait difficilement en être autrement, mais rien n’est fait pour tenter de sauver les meubles. L’auteur retombe dans ses travers du début, avec une narration déroutante et des personnages grossiers. Son style semble même accuser quelques faiblesses, comme s’il prenait moins de plaisir à nous mettre en image les nouveaux évènements. Enfin, l’édition de Panini n’est pas non plus à son avantage, avec quelques erreurs dans les dialogues (au point de se demander qui dit quoi), et un papier de mauvaise qualité. Pourtant les dernières pages semblent annoncer un nouveau départ avec un héros qui semble enfin se réveiller


Tianjun


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Tianjun

11 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News