Enfer & Paradis Vol.17 - Actualité manga

Enfer & Paradis Vol.17

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 29 July 2010

Le tournoi Tenranbu de l'institut Todoh ouvre enfin ses portes! Dès la fin du discours du directeur de cet école si particulière, les combats des éliminatoires démarrent. Le club de Juken devra conserver toute sa vigilance par des ennemis qui sont plus là pour leur mettre des bâtons dans les roues, sous l'ordre des Exécuteurs. Mais d'autres menaces planent autour des affrontements, lorsqu'une mystérieuse sorcière, Mayutsubo no Kimi, vient semer le trouble par ces pouvoirs si particuliers...

Dix tomes, c'est ce qu'il aura fallu pour que le tournoi tant attendu commence ! Mais après toutes les péripéties qui ont eu lieu, la découverte des clans, et les révélations autour des différentes intrigues de la série.... cette série d'affrontements entre lycéens peut-elle vraiment nous passionner ? Certes, l'auteur montre toute sa culture en ce qui concerne les différents arts martiaux, avec une pléthore de clubs en lice, du shaolin au bow-gun, en passant par le ju-jitsu ou par les armures de combat. Mais après des affrontements qui ont dépassé tout mesure logique, ce retour au réalisme se fait très difficilement. Mais après tout, le message de ce tome ne serait-il pas de montrer la vaillance des êtres humains devant cet inconnu qui les dépasse ?

Cette idée se ressent dès la couverture de ce tome 17 où l'on retrouve Kagesada Sugano, dit "femmelette". Le dernier membre fondateur du club de Juken n'a jamais brillé, alors pourquoi aurait-il l'apanage d'une telle Une ? En réalité, c'est à la lecture que cette mise en lumière prend son sens. Le jeune homme a en effet subi un entrainement sans relâche pendant trois ans pour pouvoir enfin se montrer digne de sa notoriété, et sera tout à l'honneur au travers de combats très impressionnants, malgré l'absence de pouvoirs magiques.

Cependant, ce retour à la normale a le défaut de mettre en pause les dernières intrigues importantes, même si elles restent profondément ancrées dans le récit. Bien évidemment, rien n'est jamais simple avec Oh! Great, et très rapidement de nouveaux fils viendront emberlificoter la pelote narrative, par de nouveaux personnages sortis de nulle part et de nouvelles alliances inattendues, voire incompréhensibles, notamment en fin de volume. Ce dernier a néanmoins le mérite d'augurer d'un nouveau face-à-face des plus impressionnants.

Paradoxalement, malgré un héros boxeur en couverture, ce dix-septième tome manque cruellement de punch. Le tournoi Tenranbu qui était annoncé comme l'évènement décisif devient finalement très secondaire face aux autres péripéties, et on se doute déjà que l'on risque de ne pas en voir le bout. Sans être catastrophique, ce volume s'ancre donc comme une nouvelle transition, avant des évènements que l'on espère bien plus palpitants.


Tianjun


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Tianjun

14 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News