DanMachi – La Légende des Familias Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 17 Mai 2018

Critique 2
Décidé à devenir plus fort pour se rapprocher d'Aiz Wallenstein, le jeune Bell Cranel poursuit sa route d'aventurier petit à petit, aux côtés de sa déesse Hestia qui ne cesse de s'inquiéter pour lui. Sa progression paraît même fulgurante, et celle-ci ne devrait pas s'arrêter maintenant que le jeune garçon s'est trouvé une porteuse en la personne de Liliruca Arde, une petite Prum. Et pourtant, il n'est pas au bout de ses surprises. Désireuse de voir progresser "son" Bell, l'intrigante Freya s'arrange pour placer sur son chemin un étrange grimoire. De son côté, Eina, inquiète pour son protégé, choisit d'outrepasser quelque peu ses fonctions afin de faire des recherches sur la mystérieuse Familia de Soma, dont Lili provient et dont les membres sont souvent étrangement agressifs. Quant à Bell, en s'aventurant jusqu'au 10e sous-sol du Donjon avec sa porteuse, il ne se doute pas forcément qu'il est sur le point d'être trahi...
Ce quatrième volume de l'adaptation manga de DanMachi achève l'adaptation du deuxième volume du roman, surtout marqué par l'arrivée de Liliruca, et globalement on peut dire que Kunieda continue de faire un bon travail d'adaptation en sachant retenir l'essentiel de l'oeuvre d'origine, ou en tout cas elle le fait mieux que la série animée qui tendait à un peu trop rusher les choses.
L'essentiel de cette partie concerne l'intégration de Lili, nouveau personnage dont le lecteur, contrairement à Bell, connaît déjà le double-jeu, amadouant les aventuriers pour mieux les voler et les piéger... Mais pourquoi, au juste, est-elle devenue comme ça ? Le récit nous donnera l'occasion de mieux le découvrir, et de comprendre d'où est née la haine que la jeune Prum envers les aventuriers. Et évidemment, cela a un lien avec son statut au sein de la familia de Soma, sur laquelle Eina enquête en parallèle. Dès lors, la fragile Lili devient facilement attachante, et on appréciera ses quelques remords quand elle trompe Bell, ce qui fait bien comprendre qu'elle est très loin d'être mauvaise et que c'est simplement sa situation qui la pousse à de telles extrémités. Mais Bell est-il si dupe que ça ? Mis en garde contre Lili, arrêtera-t-il pour autant de lui faire confiance et la rejettera-t-il ?
Parallèlement au cas de Lili, Kunieda n'oublie pas les autres axes importants de cette partie, à savoir la poursuite des petites manigances de Freya, l'enquête autour de la familia de Soma, et surtout l'installation du concept de magie dans l'oeuvre, une étape importante qui permettra à Bell de progresser encore. Toutefois, même si globalement la mangaka sait retenir le plus important des romans et occulte les choses plus secondaires (par exemple ici, des choses arrivant à Kan), on ressent quand même un côté un peu précipité, comme s'il fallait à tout pris s'arranger pour que toute la fin de l'adaptation du 2e roman tienne dans ce 4e tome: les enjeux autour du fonctionnement de la familia de Soma sont quelque peu amoindris et ça se ressent, et on pourra regretter que l'arrivée de la magie en Bell ne soit pas un peu plus mise en avant.
Mais pour le reste, cette version manga conserve toute son efficacité, et jongle avec réussite entre les moments plus calmes et les petites phases d'exploration/action assez bien orchestrées... sans oublier l'exploitation des caractère, en tête les petites pointes de jalousie d'Hestia, le côté posé d'Eina ou l'intérêt de Syl pour notre héros !

Critique 1

De passage à la Fertile Maitresse, afin de s'excuser de son absence auprès de Syl, Bell fait face à un dilemme : emporter ou non le livre oublié par un client, don que lui propose Syl de son propre chef. L'ouvrage n'a cependant rien de commun, il s'agit d'un grimoire capable d'élever la magie de son lecteur. Bell acquiert ainsi une capacité magique, l'idéal pour lui dans son ascension du Donjon. Toujours guidé par Lili, porteuse dont se méfie toujours l'entourage de Bell, le jeune homme s'enfonce dans les strates plus lointaines du Donjon, sans se douter de la trahison imminente de la porteuse...

Ce quatrième tome du manga DanMachi continue d'adapter très fidèlement le light-novel de Fujino Omori. Passant en revue des événements de la fin du second tome et du tout début du troisième, ce volume quatre achève l'arc autour de l'introduction de Lili, la porteuse de la familia Soma qui prépare de sales coups pour notre héros.

Le tome vient alors clore tout le passage sur les manigances du personnage, mais ne tombe pas dans la facilité puisque l'univers continue d'être soigneusement décortiqué en parallèle. Clairement, Lili constitue l'enjeu principal du volume, le lecteur s'attendant naturellement à un coup fourré de la part de la jeune prum, événement qui arrivera dans le tome et scellera une grande partie du développement de le jeune fille. Il y a donc cette ascension périlleuse du donjon d'une part, mais aussi toute l'enquête d'Eina sur la famili Soma qui vient justifier le background de la porteuse, ses objectifs et les raisons de son mépris envers les aventuriers. Jusque-là, l'univers s'était montré particulièrement positif, avec peu de place pour le mauvais. Le développement d'une familia plus sombre et opportuniste constitue alors un approfondissement novateur dans le monde de DanMachi, qui vient rendre le personnage de Lili beaucoup plus touchant. Car, à l'instar du roman, la finalité de cet arc s'avère très convainquant dans l'émotion proposée, Kunieda rendant très sincère le lien qui se noue entre Bell et sa jeune porteuse.

Pour ceux qui se sont contentés de l'anime DanMachi, la force de ce tome viendra de son développement plus soigné du light-novel, sans omettre de détails mais en parvenant à aller à l'essentiel. L'enquête d'Eina sur la familia Soma se révèle plus poussé et permet de mettre davantage en avant l'énigmatique Aiz Wallenstein, dont la présentation sous le trait du mangaka nous aiguille assez précisément sur ses sentiments, ce qui justifiera les événements à venir dans le prochain opus. Force est de constater que le petit monde présenté dans DanMachi n'est jamais laissé sur la touche, que ce soit Aiz qui constitue un enjeu de plus en plus présent, ou Syl qui a son petit rôle malgré sa simple place de soutien pour Bell, en atteste la phase du grimoire.

Ce tome quatre ne se contente toutefois pas des personnages et amène un nouveau passage assez rythmé dans le Donjon. Outre un scénario assez prévisible à ce sujet, et dont l'objectif est de piquer les doutes de Lili concernant sa propre trahison envers Bell, on constate que Kunieda est de plus en plus à l'aise dans sa manière de s'imprégner de l'univers, et dans les scènes d'action qu'il propose. Son style est de plus en plus soigné, et ses planches vivantes par les expressions des personnages et une lecture particulièrement lisible des scènes d'action. On a forcément hâte de voir le rendu sur les prochains tomes qui proposeront des batailles plus impressionnantes...

Sous ses apparences simplistes et ses personnages convenus à première allure, DanMachi confirme ses qualités, et constitue un titre de fantasy toujours aussi frais et sympathiques. Le développement de l'univers et des personnages nous aide à entrer de plus en plus dans la série, et le fait que cette adaptation manga prenne son temps pour retranscrire les événements de du support d'origine (tout l'inverse de l'anime), facilite notre immersion. Pour ceux dont les romans colleraient de l'urticaire, la version manga de Kunieda est actuellement la meilleure alternative au light-novel.

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News