Card Captor Sakura - Edition Deluxe Vol.2 - Actualité manga

Card Captor Sakura - Edition Deluxe Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 30 April 2018

Critique 2 :

Vaillamment, et tout en poursuivant sa vie de tous les jours aux côté de ses amis, de sa famille et de nouvelles rencontres comme la mère de Tomoyo, la petite Sakura continue la mission de chasse et de capture des Cartes de Clow que Kélo lui a confiée. Pour l'instant, les choses se passent plutôt bien, malgré le côté belliqueux de certaines cartes... du moins, jusqu'au jour où débarque dans sa classe, en milieu d'année, un nouvel élève: Shaolan Li. Venu de Hong Kong, ce petit garçon, d'emblée, fixe fermement Sakura, l'air méchant, comme s'il avait une dent contre elle... La fillette ne tarde alors pas à en apprendre plus sur lui: issu d'une famille affiliée à Clow Lead lui-même, il considère que la capture des cartes lui revient tout naturellement... Sakura a désormais un rival !

Brièvement aperçu à la fin du tome 1 de cette édition deluxe, Shaolan fait ici bel et bien son entrée. Les Clamp instaurent ici un personnage qui deviendra l'un des plus importants de la série, et qui, me^me après la fin de Card Captor Sakura, restera une figure emblématique des Clamp puisqu'elles le reprendront en tant que héros principal dans la série Tsubasa Reservoir Chronicle. L'entrée en scène de Shaolan ne manque pas de piquant, ne serait-ce que pour le caractère qu'il affiche au début de la série: assez méprisant envers Sakura, persuadé d'être le seul chasseur légitime, peu amical, il peut même être assez agaçant (qui a dit tête à claques ?), et campe donc assez bien son rôle de rival, d'autant qu'il ne tarde pas à entrer en concurrence avec Sakura quand de nouvelles cartes apparaissent, faisant que la fillette doit bel et bien prendre garde à ne pas de faire chiper sous le nez ses cibles. Mais au-delà de ses premiers aspects assez négatifs, Shaolan est un garçon qui amène aussi pas mal de petites situations amusantes, par exemple dans son coup de foudre pour Yukito (Sakura aurait donc aussi un rival amoureux ?!), dans ses petites rixes avec Toya, ou dans sa réaction quand il voit pour la première fois le, hum, "majestueux" Kélo. Ces petits éléments, en plus de faire sourire, tendent aussi à contrebalancer rapidement le mauvais caractère de Shaolan, et on devine alors qu'il n'est pas si méchant qu'il en a l'air au premier abord, et qu'il évoluera beaucoup sur la longueur.

Shaolan est la principale nouveauté de ce tome qui, malgré son arrivée, fait avancer la quête des cartes sur un schéma somme toute très linéaire et simple. Alors qu'elle poursuit son quotidien, Sakura croise le chemin de plusieurs nouvelles cartes qu'elle va alors tenter de capturer. C'est parfois un peu trop rapide, voire complètement expéditif, à l'image de la capture de la carte Thunder qui est balancée en quelques cases sans le moindre travail, ce qui est plutôt dommage. On pourra aussi regretter la facilité avec laquelle Sakura se retrouve avec certaines cartes sur sa route (l'une au magasin avec Rika, l'autre chez Tomoyo, comme par hasard). Mais dans la plupart des cas, les Clamp s'appliquent suffisamment à offrir des petits rebondissements réussis, où Sakura doit trouver les bons moyens pour venir à bout des cartes, par exemple en utilisant intelligemment les pouvoirs des cartes qui sont déjà en sa possession. Certaines cartes s'avèrent un peu plus dangereuses, en n'hésitant pas même à s'en prendre aux proches de notre héroïnes, comme Rika ou Toya. Et à force de capturer des cartes, cela offre de nouvelles choses, comme la possibilité qu'a Kélo de faire des prédictions ajoutant encore un peu plus de piment et de mystère (car il faut réussir à comprendre ces prédictions selon les cartes tirées), ou encore l'existence d'un type particulier de cartes: les cartes dites spéciales, qui ne peuvent être capturées avec les techniques habituelles, et qui perdent leur force quand on trouve leur identité et qu'on les appelle par leur nom. Sakura en croisera une ici, pour l'un des excellents passages du tome.

Une chose brillante de la part des Clamp est qu'elles parviennent à bien exploiter la nouvelle vie de chasseuse de cartes de Sakura pour, en filigranes, peaufiner avec beaucoup d'attachement les relations des personnages. C'était déjà le cas dans le volume 1, où on découvrait avec plaisir l'amour enfantin de notre héroïne pour Yukito, son amitié forte avec Tomoyo, la passion de Tomoyo pour elle (une passion allant plus loin que l'amitié, Tomoyo ne s'en cache pas du tout, même si Sakura ne capte pas), le côté protecteur de Toya envers sa petite soeur malgré les taquineries qu'il peut lui faire, le profond amour de la fillette pour son papa mais aussi pour sa défunte mère qu'elle n'a pourtant presque pas connue (mais qu'elle connaît pourtant si bien à travers ce que son père lui en dit), la "rancoeur" de Sonomi envers le père de Sakura qui lui avait "volé" Nadeshiko... Les mangakas continuent de peaufiner tout ceci dans un deuxième tome où elles évoquent même volontiers certains sentiments/liens plus ou moins "tabous". Parfois, ça pourra gêner un peu le lecteur, on pense ici surtout à la relation sentimentale du professeur de Sakura avec l'une de ses élèves écolières, qui a 10 ans, et à qui il offre une bague de fiançailles... Il n'y a rien de plus que quelques rougissements et la bague donnée à la fillette, mais balancé comme ça c'est franchement étrange. Quoi qu'il en soit, on a une Tomoyo qui affirme encore ses sentiments, les petites rivalités sentimentales de Sakura et Shaolan autour de Yukito, des mises en avant de la profonde affection qui unissent Sakura et Toya ou encore Toya et Yukito, une nouvelle très belle évocation de toute l'affection que Sonomi avait pour Nadeshiko (une affection qu'elle reporte désormais sur notre héroïne, enfant de son amie qu'elle chérissait tant)... La plupart des relations d'affection et d'amour paraissent vraiment fortes et sincères, d'autant que les dessins y apportent toute la douceur et la bienveillance qu'il faut.

Malgré quelques facilités et petits éléments qui peuvent laisser circonspect, la série se poursuit donc sans faillir, s'enrichit sans perdre de son charme, et on attend la suite avec impatience. Concernant l'édition, on reste dans la lignée du tome 1, avec à nouveau une première pages en couleur reprenant l'illustration de la jaquette, et la présence d'une carte à collectionner (cette fois-ci à l'effigie de Tomoyo). En revanche, quitte à reprendre la traduction de la première édition française de la série, ça aurait quand même été bien de prendre le temps d'y corriger les quelques fautes. Entre autres, le personnage de Lika qui devient Rika en cours de route, c'est moyen (Rika étant la bonne version).


Critique 1 :

Le quotidien de Sakura est mouvementé depuis qu'elle est devenue la card captor, chargée de réunir les Clow Cards éparpillées dans la région. Mais une nouvelle difficulté vient s'immiscer sur son chemin : Shaolan Li. Jeune garçon d'origine chinoise intégrant la classe de Sakura, ce dernier vient d'une famille affiliée à Clow Lead, et considère que la capture des cartes est une tâche qui lui est due. Pourtant, Sakura ne doit pas se montrer intimidée car de nouvelles cartes s'apprètent à faire irruption...

Ce second volume de l'édition anniversaire de Sakura marque l'arrivée de l'un des personnages les plus importants de la série : Shaolan. Les Clamp instaurent donc le traditionnel rival, de quoi apporter de nouvelles dynamiques à la série puisque notre héroïne va désormais devoir veiller à ne pas se faire chiper les cartes à capturer. Les autrices exploitent alors à fond cette idée en faisant de Shaolan quelqu'un d'assez méprisant (du moins, au début du récit), et qui joue aussi le rival dans la vie amoureuse de la card captor. A l'instar de Sakura, il en pince pour Yukito, ce qui amènera bon nombre de séquences comiques bien trouvées, de même pour le conflit qui va naître entre Shaolan et Toya, le grand frère de Sakura.

Le schéma du tome se révèle classique, de nouvelles captures de cartes faisant l'objet d'un ou deux chapitres à chaque fois. Des aventures toujours aussi plaisantes à suivre, notamment parce que les idées de scénario sont suffisamment ingénieuses pour aboutir à des péripéties qui se renouvellent sans mal. Petit à petit, ces mésaventures n'hésitent pas à faire intervenir les proches de Sakura, apportant régulièrement une tension bienvenue tout en exploitant différents sujets. On notera ainsi un épisode où Toya jouera un rôle important, ce qui mettra, entre autre, en avant sa faculté de voir les esprits.

Aussi, l'univers de Sakura se développe de manière passionnante avec ce second opus. L'arrivée de Shaolan permet d'en savoir plus sur la magie qui existe dans ce monde et sur l'énigmatique Clow Lead, tandis que Kelo pique notre curiosité par ses interventions régulières où il relate des enjeux qui semble beaucoup plus importants qu'il n'y paraît. C'est un peu la même chose du côté de la famille de Sakura qui est décrite comme ayant quelques affinités surnaturelles, point qui justifie le fait que l'écolière soit capable de capturer les cartes, et qui méritera d'être étoffé par la suite.

L'autre point important de ce second volume vient du développement des relations entre personnages. Ces liens avaient déjà une certaine importance dans le premier opus, on y découvrait par exemple le petit lien familial entre Sakura et Tomoyo, aussi les Clamp réitèrent dans cette suite, mais davantage sur le plan du lien amoureux. Dans Sakura, beaucoup de personnages sont reliés par des sentiments forts, chose d'autant plus remarquable que dans les années 90, le collectif de mangaka ne s’embarrassait pas des tabous. L'affection de Toya envers Yukito est forte, Shaolan ne se casse absolument pas d'avoir eu un coup de foudre pour le lycéen, tandis que Tomoyo montre elle aussi que Sakura est bien plus qu'une amie pour elle. Ces sentiments forts ont le mérite d'être sincères, les personnages montrant régulièrement un amour bienveillant pour ceux qu'ils chérissent, sorte de sentiments platoniques qui collent bien à l'atmosphère très pure et à l'esthétique élégante de toute la série.
Une seule petite ombre au tableau qui en dérangera sans doutes certains : le professeur Terada qui offre sans pression une bague de fiançailles à son élève, écolière... Un point très mineur du scénario qui n'est pas développé pour l'instant, mais qui s'avère surprenant.

Alors, plus de 20 ans après sa parution Card Captor Sakura conserve toute sa fraîcheur, captive par son univers et ses personnages, et se dévore donc toujours aussi efficacement. Redécouvrir l’œuvre sur une très jolie édition se révèle toujours aussi agréable. Heureusement que le rythme de parution de cette mouture est mensuel, car on redemande très vite notre dose des aventures de la card captor !

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News