Black lagoon Vol.9 - Actualité manga

Black lagoon Vol.9

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 29 Octobre 2010

Le tome précédent, bien qu'un peu inférieur à ce à quoi on avait été habitué jusque là dans un premier temps, se terminait de bien belle manière et laissait entrevoir une suite de haut niveau. Et il n'y aura pas de quoi être déçu cette fois-ci. La fin de l'arc consacré à la vengeance sanglante de Roberta tient, en effet, toutes ses promesses !

La confrontation entre le groupe de Revy et Roberta a enfin lieu ! Mais cette dernière tournera finalement court et la chasse reprend de plus belle. Garcia découvre avec stupeur que ses sauveurs ne sont autres que ceux dont il souhaite la mort, l’Hotel Moskva se décide enfin à entrer dans la danse, et Rock continue d'agir plus en retrait, préparant un plan infaillible pour mettre un terme au conflit qui règne dans Roanapur.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce neuvième volume démarre très fort. Affrontement intense et épique au programme en compagnie d'une Roberta qui suinte de charisme comme jamais. Plus proche de la bête affamée que de l'humaine, c'est sans conteste l'un des personnages qui aura le mieux tiré son épingle du jeu ces derniers temps. L'auteur joue la carte de la démesure, mais c'est tellement jouissif que l'on ne lui en voudra pas. De plus, malgré le fait que les pages soient toujours fort chargées, c'est nettement moins brouillon qu'auparavant et l'on comprend enfin ce qu'il se passe sous nos yeux.

Par la suite, tout se calme et ça papote de nouveau beaucoup. Mais, cette fois-ci, ce n'est pas de manière pompeuse et ennuyeuse. C'est dense, mais pas superflu.Garcia, notamment, étonne par sa maturité et sa détermination. Hiroe prend le temps de développer le commando américain, faisant un rapide saut dans le passé par la même occasion, et n'oublie cette fois-ci plus certains de ses personnages. Ainsi, on aura de nouveau l'occasion de voir Dutch et Benny en action. Pas énormément, mais suffisamment. Par contre, ce n'est pas encore aujourd'hui que Sawyer et Lotton auront droit à leur jour de gloire. Rock, quant à lui, est tout simplement méconnaissable et étonne encore et toujours, n'ayant franchement plus grand chose à envier aux fortes têtes de Roanapur. Le seul petit soucis vient du fait que les différents protagonistes font de nombreuses références à des personnages de fiction ou autres quand ils discutent. Étant donné qu'aucune explication n'est donnée en parallèle, on peut facilement ne pas cerner de quoi ou de qui il est question.

Mais l'apogée de ce tome, plus volumineux qu'à l'accoutumée d'ailleurs, et de tout l'arc dont il est ici question, se trouve très clairement dans ses derniers chapitres. L'auteur peut se targuer d'avoir magnifiquement mit en scène le truculent affrontement final entre Roberta et les troupes américaines sur fond de « Run through the jungle ». On ressent toute la folie de la soubrette s'emparer du champ de bataille et toute la terreur de ses adversaires nous déchirer les entrailles. C'est magistral. L'auteur ne tombe pas dans la facilité, ne le tire pas en longueur, et donne une dernière fois à Garcia la chance de briller dans un final tout en douceur qui contraste magnifiquement bien avec le reste.

Black Lagoon reprend donc des couleurs au meilleur moment et offre une superbe conclusion à l'histoire de la soubrette et de son jeune maitre. La série a retrouvé l'âme qu'elle avait perdue et Hiroe peut maintenant entamer une nouvelle page de son récit en évitant, espérons-le, de répéter les mêmes erreurs que précédemment.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Shaedhen

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News