BL Métamorphose Vol.4 - Actualité manga

BL Métamorphose Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 16 July 2020

La visite en convention a été un moment important pour Yuki et Urara, à tel point que la dame âgée a même lancé une idée dans l'esprit de la lycéenne: et si, elle aussi, elle dessinait son propre manga ? L'adolescente n'a jamais vraiment dessiné avec beaucoup de sérieux ou de manière "professionnelle", mais de fil en aiguille, portée par cette idée glissée à son oreille par son amie, elle a posé les bases d'une future création... Mais dans le même temps, à la fois obligée de penser à son avenir et soucieuse de ne pas épuiser la vieille dame, elle a préféré annuler leur visite du Comiket d'hiver, une décision qu'elle a toutefois regretté. Nos deux héroïnes ont donc suivi leur parcours respectif de façon un peu plus éloignée que d'habitude, sans se voir, mais pendant tout ce temps l'idée du manga a continué de trotter en Urara, et à l'approche du prochain salon Comitia en mai l'adolescente prend une décision: non seulement inviter Yuki a s'y rendre avec elle, mais en plus y aller cette fois-ci en tant qu'exposantes pour y vendre son manga ! Si tant est, bien sûr, qu'elle arrive à le finir d'ici là, et qu'elle parvienne à concilier le dessin avec les questions d'avenir et notamment ses cours privés...

Après un troisième volume où elle étaient, avec tristesse, plus éloignées l'une de l'autre, la septuagénaire Yuki et la lycéenne Urara se retrouvent donc enfin, avec un plaisir certain: il faut voir Yuki s'impatienter à l'idée d'aller au Comitia, et Urara poursuivre ses efforts pour concevoir son modeste manga amateur ! Mais pour la jeune fille en particulier, il faudra composer avec d'autres donnes concernant son avenir, ses cours, et des choix qu'elle fait déjà. Ainsi, à l'heure où ses activités concernant le manga et Yuki semblent incompatibles avec les cours privés, l'adolescente finit petit à petit par prendre une décision, qui interrogera forcément le lecteur quand à la suite de cette histoire. Mais ce que l'on entrevoit en Yuki, notamment via ses rapports avec d'autres filles comme Eri ou Sakura, ce sont certains tourments intérieurs: elle n'est pas aussi belle qu'une fille comme Eri, et n'ose pas s'affirmer, dire ce qu'elle aime et ce qu'elle voudrait faire plus tard... mais peut-être l'heure est-elle venue de sauter le pas sur certaines choses ?

Ce qui est plaisant ici, c'est que la mangaka Kaori Tsurutani évoque ces petits doutes sans la moindre lourdeur, car elle le fait vite et bien au moment opportun, et surtout parce que derrière il y a toujours cette belle relation intergénérationnelle. On s'amuse volontiers de voir plein de petits décalages dus à la différence de génération entre les deux héroïnes, comme quand Yuki galère avec son nouveau smartphone, qu'elle oblige Urara à se répéter à cause d'une ouïe délicate, ou qu'elle choisit des nappes aux motifs un peu tape-à-l'oeil. Mais il n'y a jamais de jugement entre elles deux: elles acceptent ces petites choses témoignant de leur différence d'âge... et, surtout, montrent toujours de l'attention l'une envers l'autre au travers de leur passion commune, chose que l'on voit bien quand Yuki conseille un imprimeur à Urara, ou quand la lycéenne explique à la septuagénaire comment lire sur un site comme pixiv.

La lecture reste donc un très joli moment grâce à ces deux héroïnes à la relation si belle, jusqu'à une fin de tome marquant une étape importante, et nous immisçant même un petit peu dans les coulisses d'un salon de mangas amateurs quand on y est exposant. Il n'y a désormais plus qu'à attendre le 5e volume, qui devrait être le dernier de la série, en espérant bien sur une conclusion à la hauteur pour cette courte mais revigorante histoire d'amitié intergénérationnelle et de passion commune.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.5 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News