Assassination classroom Vol.9 - Actualité manga

Assassination classroom Vol.9

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 13 Mars 2018

Takaoka a détruit le précieux remède qui aurait sauvé la classe. Nagisa, hors de lui ne se contrôle plus et le jeune garçon ordinairement si gentil semble être capable du pire. Mais sera-t-il pour autant capable de passer à l'acte ?


Tuer ou ne pas tuer ? Sans surprise, le mangaka se refuse à transformer l'un des élèves en assassin. Cela irait à l'encontre du principe de la série, car bien qu'ils soient formés à cela, ces enfants apprennent surtout la valeur de l'amitié et de l'effort. Dans ce sens, Terasaka montre son évolution. Il devient la voix de la raison, là où Koro-Sensei reste muet. Le collégien est bien loin du tyran intéressé qu'il était quelques chapitres avant.


C'est donc avec ce neuvième volume que l'arc d'Okinawa se termine. Cette partie de l'intrigue permet avant tout de montrer les compétences acquises par la classe-E. Eux qui avaient besoin de Koro-Sensei et des autres professeurs arrivent progressivement à prendre leur envol.


Après une séquence riche en actions et en révélations, l'histoire reprend sa légèreté habituelle. Encore une fois, Yusei Matsui nous montre qu'il arrive à alterner comédie et suspens. Ces dernières servant surtout à délivrer des leçons de morale aux jeunes lecteurs. Dans ce neuvième tome d'Assassination Classroom, la tension est à son comble dans le premier chapitre et avant de redescendre en douceur.


L'amour est dans l'air et Koro-Sensei est bien décidé à attiser les flammes de certains de ses étudiants. Malgré des tentatives infructueuses, il parvient tout de même à rapprocher « madame pouffe » de Karasuma. Le thème de l'amour est aussi abordé dans sa dimension familiale. Ainsi, Takebayashi, un personnage relativement mineur de la série, est mis en avant. Mauvaises notes et piètre assassin, le jeune garçon tente pourtant de se faire une place dans une famille composée de médecins et de chirurgiens qui le méprisent. Peur de l'échec, peur de décevoir. Ces craintes, que peuvent éprouver les jeunes élèves, sont très bien mises en avant par le mangaka.  Dans un premier temps Takebayashi trahit ses amis pour se rapprocher des siens avant de faire volte-face.


Toutefois il ne faut pas en conclure que les amis passent avant la famille, bien au contraire. Le message porte davantage sur l'importance de faire ce qui juste. En mentant, Takebayashi a fait preuve d'immaturité et d'égoïsme, mais en changeant d'avis, le jeune garçon nous montre qu'il est finalement capable d'évoluer et de faire ses propres choix.


En résumé, ce volume reste intéressant, d'autant plus que certains de ces chapitres sont absents de l'adaptation animée. Il est agréable de voir quelques personnages secondaires recevoir un léger développement même si nous les oublierons vite. L'action semble ralentir, mais nous savons que nous nous rapprochons de l'inévitable échéance.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Zebuline

13 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News