Après la pluie Vol.5

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 16 Mai 2018

Tandis que la fête du lycée arrive doucement et qu'elle continue son travail de serveuse auprès de l'homme qu'elle aime, Akira continue d'avancer tout doucement, d'évoluer... mais elle n'est pas la seule.


Ainsi, de nouvelles choses sont à noter du côté de Yui et de ses sentiments pour Yoshizawa, alors que ce dernier en pince lui-même pour notre héroïne. Consciente de certaines choses, la pétillante Yui esquisse quelques réflexions intéressantes montrant son bon fond puisqu'elle serait prête à "sacrifier" ses propres sentiments pour le bien de Yoshizawa. Mais la réaction d'Akira, du tac o tac, est encore meilleure. Serait-elle vraiment capable de renoncer à ses sentiments si profonds pour Kondô ? Et même si elle le pouvait, ne serait-ce pas irrespectueux de se rabattre "par défaut" sur un autre ? Difficile de ne pas apprécier la sincérité et la droiture, tellement naturelles, de notre héroïne, pourtant si souvent un peu décalée à côté de ça (c'est en partie ce qui la rend si unique et charmante).


L'autre personnage secondaire bien en vue dans ce volume n'est autre que Ryôsuke Kase, le collègue beau gosse et dragueur face à qui Akira se sent parfois légèrement mal à l'aise. Revenant sur le devant le temps de quelques dizaines de pages, le jeune homme se dévoile un petit peu plus personnellement dès lors qu'apparaît Tamako, sa "grande soeur", nouvelle venue s'avérant vite assez truculente dans son caractère et ses maladresses. Elle vient animer assez bien quelques pages, encore plus quand elle et son "petit frère" croisent par hasard Akira et Kondô... mais Kase ne la voit-il réellement que comme une "frangine" ? Il y a bien quelques gestes, quelques expressions contenues qui ne mentent pas, et il n'y a pas besoin d'en dire plus.


Et Akira elle-même ? Hé bien, elle a désormais pris la décision de se comporter comme une simple amie auprès de celui qu'elle aime, et c'est dans cette optique qu'elle le voit au travail et qu'elle effectue quelques sorties avec lui, au jardin botanique, chez les bouquinistes... ce qui lui permet de cerner encore un peu plus certaines facettes de Kondô qu'elle ne connaissait pas encore assez, et d'affirmer de plus belle qu'elle l'aime décidément comme il est. Quoi de plus beau ? Et pour Kondô, comment résister face à ça ? Le charme de la jeunesse de la jeune fille éclate au visage à chaque instant, et comme toujours Jun Mayuzuki le met en valeur à merveille, dans ses découpages des expressions faciales et des gestes, ses focus sur le visage et le regard captivants de l'adolescente... Difficile de ne pas être troublé, même pour Kondô.


Mayuzuki joue encore sur des merveilles de découpage, de mises en valeur et de non-dits qui en disent long, pour faire avancer tout doucement son récit, en nous laissant le temps de profiter au mieux de chacun de ses personnages, Akira en tête. On suit les petites évolutions avec plaisir et intérêt, et on attend de plus belle la suite, au vu des dernières pages risquant de remettre en avant certains soucis d'athlé et d'amitié.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News