Appelez-moi hotesse Vol.4 - Actualité manga

Appelez-moi hotesse Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 13 May 2014

Saé, l'hôtesse de l'air la plus franche et gaffeuse du monde, serait-elle amoureuse ? Elle, qui a toujours cherché un mec et est même devenue hôtesse dans ce but, vient de se rendre compte qu'un sérieux prétendant à son coeur s'est toujours trouvé sous ses yeux, et il s'agit de Heboki. La jeune femme doit désormais faire le point... pour mieux refuser les avances de Heboki, du moins pour le moment ! En effet, elle aimerait que Heboki ne tombe pas amoureux de la Saé d'aujourd'hui, mais de la Saé qu'elle deviendra : une hôtesse de l'air long courrier, fiable et compétente. Et pour cela, notre héroïne est déterminée à passer un concours qui lui permettra de passer enfin en contrat définitif.

Entamée dans le tome 3 avec l'arrivée de Reina Nikaidô et la découverte des sentiments de Saé et de Heboki, la dernière ligne droite d'Appelez-moi hôtesse se poursuit en exploitant comme il se doit les différentes pistes mises en place.
On reste conquis par une Saé dont le fort caractère reste une marque de fabrique, à l'image des objectifs qu'elle se fixe avant de répondre aux avances de Heboki. Saé veut devenir une femme épanouie dans son travail avant tout, et est décidée à prouver à l'estimée Reina Nikaidô que l'on peut très bien concilier carrière professionnelle et sentiments. Mais la route reste longue pour notre héroïne, car il lui faut notamment apprendre l'Anglais, une langue où elle a toujours été très mauvaise. Elle pourra toutefois compter sur un professeur particulier loin d'être choisi au hasard, puisqu'il s'agit de Heboki lui-même !

Alors que se profile la fin de la série, Hanayo Hanatsu parvient à garder intact le charme de sa série, avec une héroïne au caractère fort, aussi imparfaite que séduisante dans son genre, et porteuse de bon nombre de notes d'humour, à l'image de tout le passage où Heboki, improvisé prof d'anglais, est bien obligé de contenir ses ardeurs face à celle qu'il aime. Et en arrière-plan, les personnages secondaires comme les deux amies Yuka et Megumi reste bien campés. On continue donc de s'amuser, de se prendre au jeu devant le parcours déterminé de notre chère Saé, qui finit toutefois par tomber dans le doute quand tombe une troisième équation à prendre en compte : en plus de son travail et de ses amours, elle doit également composer avec sa famille. Sa mère doit être opérée, son père est incapable de gérer une maison tout seul, et la jeune femme se demande si elle ne devrait pas arrêter son travail pour retourner auprès de ses parents. La réponse de ces derniers sera riche d'enseignements pour elle.

Au-delà de l'humour ou des intrigues sentimentales, on constate surtout que ce dernier tome accentue le portrait de femmes dans le monde du travail. Déjà entre Saé, Yuka ou Megumi les cas étaient différents, mais l'arrivée de Reina Nikaidô a redynamisé ce thème dans la dernière ligne droite. Sa confrontation saine avec Saé dans la vision du travail apporte des choses intéressantes, encore plus quand Nikaidô se retrouve confrontée aux limites de sa vision des choses, quand elle se rapproche d'un patron d'entreprise qui a l'air bien sous tous rapports mais a finalement vite fait de dévoiler son véritable fond. Certaines tristes réalités encore persistantes sur la vision des femmes dans le monde du travail sont présentées avec un certain intérêt.

On pourra toutefois regretter certaines grosses facilités et la toute fin assez rapide, mais dans l'ensemble Appelez-moi hôtesse conclut tout ce qu'il fallait conclure, et nous laisse sur une bonne impression. La mangaka a su aborder des sujets intéressants, est parvenue à nuancer son sujet et )à trouver un bon équilibre même si c'est parfois de façon un peu trop superficielle, et suivre le parcours de Saé aura été très plaisant.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News