Apeiron Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 30 November 2017

Guidés par Anaxi jusqu'au sein du Q.G de l'O.C.I., Kaede, Iori et Hina sont rapidement confrontés à une vision d'horreur, qui les laisse abasourdis : se trouvent devant eux-mêmes, conservés dans un liquide, des doubles d'eux-mêmes... à moins qu'ils ne soient eux-mêmes des clones ? La cruelle vérité leur est dévoilée par le docteur Hebita, et Kaede se retrouve confronté à un choix impossible à faire entre ses deux amies... Pourra-t-il les sauver toutes les deux ? Une fois échappé de l'OCI, devra-t-il se résoudre à collaborer avec l'énigmatique Sakagami pour sauver ses proches, s'en sortir, et apprendre toute le vérité les concernant ?


Le premier volume d'Apeiron, bonne petite surprise qui bénéficiait d'un univers SF intrigant, d'un trait soigné et d'un rythme clair et soutenu, s'achevait sur un événement marquant, tant il promettait de plonger nos jeunes héros dans de nouvelles affres cruelles concernant leur identité. Et ça ne manque pas ! Déjà tourmentés par l'énigme concernant leur mémoire, Kaede et ses deux compagnes doivent désormais faire avec une nouvelle réalité difficile sur leur statut de clone. Et de manière générale le scénariste Shinya Kusaka ne s'arrêtera pas là.


En effet, la suite du tome, faite de nouvelles rencontres et d'une collaboration obligée avec Sakagami pour en apprendre plus, apportera jusqu'à la fin de la série son lot d'autres révélations, qui ne peuvent que pousser les personnages dans leurs retranchements, au fur et à mesure qu'ils en apprennent plus sur ce qu'ils sont. Globalement, on peut dire que Kusaka a bien pensé les choses, en ayant laissé quelques petits indices en route (par exemple, les petits troubles de personnalité que Kaede semble avoir parfois trouvent une vraie raison, une origine), et en répondant à tout : le statut et les origines de nos héros, la question de leur mémoire qui semble factice, l'objectif de Sakagami, l'origine de la maladie du vide... Là où le scénariste séduit beaucoup, c'est dans sa volonté de ne rien idéaliser : la condition des personnages est cruelle, leur passé est sombre et impossible à effacer, le combat qu'ils doivent mener dans ce monde dystopique fait bonne impression... Sans chercher à apporter forcément du neuf, Kusaka assimile efficacement en seulement deux tomes de grandes thématiques SF aux allures de K. Dick, pour offrir un petit divertissement limpide, sans la moindre baisse de régime, et donc tout à fait convaincant. Le principal bémol pourrait venir des toutes dernières pages rapides, on l'on devine que le scénariste aurait pu étirer son récit un peu plus longtemps, mais malgré tout on a bel et bien une conclusion sur quasiment tous les principaux éléments, en tête toutes les questions sur ce monde et sur les personnages. L'ensemble reste très bien servi par le trait de Takuji Katô, qui conserve ses qualités. 


Au final, Apeiron constitue un petit divertissement de SF aux thématiques bien exploitées et au rythme toujours soutenu. En seulement deux tomes, l'oeuvre de Kusaka et Katô accomplit bien son rôle.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News