Alive Last Evolution Vol.18

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 21 March 2013

Le sacrifice de Yukie reste dans tous les esprits, à commencer par ceux de ses enfants, Aoi restant même sans voix pendant un long moment... Est-ce dû aux manipulations de Katsumata, ou la fillette a-t-elle été réellement touchée par cette mère qui jusque là n'en portait que le nom ? La réponse ne tarde pas à arriver par l'intermédiaire des actes de Yuta. Au début de ce volume, la mort de Yukie se fait bel et bien ressentir chez chacun, mais les auteurs choisissent de rester sobres là-dessus : un enterrement et un deuil assez rapides, pas de surenchère d'émotion, notamment chez Ray et ses frères et soeurs, qui restent plutôt neutres. Le manque d'émotion chez les personnages est tel que c'en serait presque décevant, tant le ton est quasiment neutre, mais l'essentiel est passé : les erreurs de Yukie furent trop nombreuses pour être tout de suite pardonnées, mais ses enfants ont malgré tout conscience qu'elle s'est enfin comportée comme une mère.

La suite du volume se contente de remettre chaque pion en place, et de Horner à McPherson et D4 à Katsumata et sa bande en passant par Mitama et Megumi, sans oublier bien sûr nos héros et Amamiya, on sent bien que chacun des différents camps n'a pas dit son dernier mot. Les auteurs prennent leur temps et le rythme en pâtit quelque peu, mais certains petits focus très minces (trop minces ?) sur quelques personnages sont bienvenus même si pas très profonds : de l'enfance de McPherson à sa façon de protéger D4, à la relation Yuta/Aoi, en passant par la petite tension retenue qui naît entre Nami et Megumi autour de Taisuke, cela fait plaisir de voir que les auteurs n'oublient pas de s'intéresser un petit peu à leurs différents protagonistes.
Enfin, certains agissements sont beaucoup plus marquants que d'autres. Partagée entre certains instants où elle est plutôt mignonne et d'autres actes beaucoup plus sombres (pauvre Poète...), Mitama reste une énigme, difficile à cerner, tandis que les plans de Katsumata n'augurent toujours rien de bon. L'un des autres bouleversements concerne des retrouvailles longtemps attendues, mais l'ambiance ne se prêtant pas vraiment à la joie, là aussi les auteurs restent très sobre.

Après les bouleversements dramatiques du tome 17, on a donc ici un volume de transition qui prend plutôt son temps pour bien reposer les choses, plutôt plaisant, dont la sobriété risque toutefois de diviser un peu : certains adoreront l'aspect plus posé et mâture qu'apporte cette sobriété, tandis que d'autres regretteront une petite absence d'émotion.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News