Accel world Vol.4 - Actualité manga

Accel world Vol.4

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 01 Febuary 2016

Yuniko est en réalité Scarlet Rain, le Roi Rouge du monde accéléré, et vient demander de l’aide au groupe de Princesse Kuroyuki afin de défaire un joueur possédé par une armure maléfique. Tous ensemble, ils mettent au point un plan d’action pour mener à bien la mission, mais tout ne va pas se dérouler comme ils le voudraient…

L’arc entamé sur la dernière partie du tome précédent fait l’objet de ce quatrième volume et derrière cette quête anecdotique, le récit réussit à créer un opus entier basé sur l’action et les rebondissements tout en approfondissant largement son univers et ses personnages.

Ainsi, difficile de s’ennuyer à la lecture du volume, et ce bien que les premières pages soient très riches en explication, Reki Kawahara ayant initialement développé tant que possible Accel World afin d’accroître la dimension de cet univers sans aucune limite. Avec la suite, difficile de stopper la lecture du volume puisque les événements s’enchaînent à cent à l’heure et les rebondissements sont si nombreux que chaque chapitre apporter son lot de surprises, et ce jusqu’à son dénouement. Ceux qui cherchent l’action dans Accel World ne pourront qu’être ravis puisque la bataille présente est sûrement la plus ambitieuse depuis le début de la série en plus d’être bien menée d’un bout à l’autre. Le seul reproche que l’on pourrait faire à cette longue séquence reste peut-être la confusion dans le découpage et dans le dessin de l’action, sachant toutefois que Hiroyuki Aigamo a fait des progrès à ce sujet et cherche à fouiller davantage ses planches.

Derrière ce florilège d’action se cache une certaine maîtrise de l’écriture de la série sur différents aspects. On note d’abord cet enrichissement permanent de l’œuvre, notamment du monde accéléré et ses différentes factions, ce qui aboutit à une situation presque militaire qui nécessite une certaine attention, mais donne beaucoup de relief à la série.
Mais plus que jamais, la série se questionne sur les frontières entre la réalité et les mondes virtuels, mais de manière assez différente de Sword Art Online. Il est surtout question du joueur, de sa nature dans le jeu et de la place qu’il occupe dans le monde véritable, ainsi que ses interactions avec autrui dans les deux dimensions. Cela agit avant tout et surtout sur le personnage de Haruyuki dont on comprend mieux l’attirance vers les mondes virtuels, le héros se questionnant souvent de l’impact sur sa vie véritable, mais aussi sur sa perception des jeux en ligne. Les autres personnages ne sont pas en reste, notamment Yuniko et Kuroyuki qui montrent des facettes plus humaines d’elles-mêmes et pas seulement leurs âmes de joueuses, ce qui nous permet alors de mieux les cerner et de briser l’image de leaders imbattables du monde accéléré.

Alors, ce quatrième volume est d’une efficacité à toute épreuve et répond à toutes les attentes qu’un lecteur peut avoir sur un manga ayant pour thème les jeux-vidéos à réalité augmentée en ligne. L’action est omniprésente, l’univers plus complexe à chaque chapitre et les questionnements très présents, ce qui influe souvent sur les personnages. Derrière le fort fan service de la série, qui présente notamment des jeunes filles à l’allure très, très jeune, se cache un titre aux multiples possibilités et qui ne semble pas prêt de nous lasser.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News