Dynasty Warriors 8

Le test du jeu video:

Publié le Vendredi, 09 Février 2018

Dire de la saga Dynasty Warriors qu'elle divise est presque un euphémisme. Avec son moteur graphique souvent dépassé et son manque de renouvellement apparent, la série de beat'em all du studio Omega Force ne manque pas de détracteurs. Pourtant, elle a également su se bâtir une niche de fans fidèles, qui y trouvent toujours leur compte, et dont votre serviteur fait partie. Il faut dire qu'après un 6ème opus canonique assez décevant (y compris auprès des fans) en 2008, la saga a su se relancer un peu plus trois ans plus tard, en 2011, avec un Dynasty Warriors 7 qui affichait beaucoup plus d'ambitions : un nouveau clan (les Jin), une avalanche de nouveaux personnages dans l'ensemble charismatiques... et, surtout, pour la première fois dans la saga, un mode Histoire très abouti, long, réellement scénarisé, et passionnant pour quiconque aime la période des Trois Royaumes. Certes, la saga y a conservé certaines de ses limites habituelles (les graphismes un peu à la rue, le côté extrêmement répétitif...), mais il soufflait sur ce 7ème opus un vrai vent de renouveau. Aussi, quand Dynasty Warriors 8 est arrivé en 2013, donc à peine deux ans plus tard, les fans attendaient forcément de la part des développeurs qu'ils continuent sur cette bonne voie. Est-ce le cas ? Oui et non...



Du côté du mode Histoire, pas de grosse surprise à attendre de ce nouvel opus, qui reprend évidemment l'excellente nouveauté du 7ème opus qu'était le récit entièrement scénarisé. On retrouve une nouvelle fois la fresque historique des Trois Royaumes, à parcourir sur de vastes maps à travers l'histoire des royaumes Wei, Wu et Shu puis de leur "successeur" Jin. Dans chacun des 4 camps, on a bien sûr l'inévitable arrivée de nouveaux personnages qui viennent enrichir un casting déjà très conséquent par rapport au 7ème volet canonique. Yue Jin, Li Dian, Guo Jia et Wang Yi rejoignent les Wei, Han Dang et Lu Su les Wu, Xu Shu, Zhang Bao, Guan Xing et Guan Yinping les Shu... Notons quand même que Guo Jia et Wang Yi avaient déjà était intégrés dans Dynasty Warriors 7 Xtreme Legends, dérivé de DW7 qui n'était pas très intéressant. Bien sûr, le long scénario, au fil de ses avancées, s'appliquera à exploiter les anciens personnages ainsi que les nouveaux en mettant en avant leurs faits de gloire, avec plus ou moins de réussite. Surtout chez les nouveaux d'ailleurs, où on se demande par exemple quel est l'intérêt de Han Dang...
En dehors de son casting enrichi, le mode Histoire de DW8 tente essentiellement de jouer la carte de la nouveauté sur un concept : les fins alternatives. En effet, pour l'histoire de chaque royaume, il y a deux voies à explorer au bout d'un moment : la voie "historique", et une voie "hypothétique" se terminant de façon beaucoup plus idéale pour les personnages et leur royaume respectif. Pour débloquer les niveaux de la voie hypothétique, il faudra remplir certaines conditions spécifiques dans les niveaux précédents (par exemple, empêcher la fuite de tel personnage, réussir une stratégie précise...), ce qui pousse évidemment à refaire certains niveaux en explorant d'autres possibilités. Clairement, les voies hypothétiques ont quelque chose de très fan-service, elles permettront aux fans de s'écarter de la "réalité historique" pour voir leurs personnages favoris connaître un sort plus heureux.
Si cette petite nouveauté est plutôt appréciable, on regrettera quand même que le mode Histoire soit globalement et étrangement un petit peu moins abouti et immersif que dans DW7. L'absence de voix off dans la narration fait perdre un peu d'immersion, les transitions sont moins soignées, certaines cinématiques paraissent moins fortes... Dommage !



Concernant le gameplay en lui-même, les habitués seront en terrain conquis : l'essentiel se limite encore et toujours à marteler les mêmes touches pour éclater des dizaines d'ennemis à la pelle, avec éventuellement des petits combos simples à effectuer et qui varient selon les personnages et armes. Mais à cette façon de jouer qui ne change pas du tout, les développeurs ont apporté quelques petites nouveautés, à commencer par un système d'affinités s'apparentant à un pierre-feuille-ciseaux. Dans DW8, chaque arme à une affinité : terre, air ou homme, et forte contre l'une des autres affinités tout en étant faible contre la 3ème. A vous de bien vérifier les 2 armes que vous avez avec vous, et de changer d'arme au bon moment pour effectuer des attaques encore plus efficaces et dévastatrices. Il est possible de déclencher de nouveaux types d'attaque : une ruée orageuse quand on attaque beaucoup avec une arme avantagée au niveau de l'affinité, et une attaque "furie" en appuyant sur le joystick droit après avoir tué beaucoup d'ennemis en étant en rage. Honnêtement, ces nouveaux éléments d'attaque ne visent qu'une chose : permettre au joueur d'effectuer des attaques encore plus dévastatrice, tout en surenchère, dans la lignée de la saga DW ! Mais en dehors de ça, ce ne sont pas ces quelques nouveautés qui peuvent permettre au gameplay de connaître un réel renouveau, car elles se montrent elles aussi très vite répétitives une fois qu'on les maîtrise.
En dehors de ça, Omega Force a aussi effectué quelques autres enrichissements plus discrets, mais dont certains ont eux aussi un certain impact sur le côté bourrin du jeu. Il y a désormais 2 à 3 musous par guerrier, la possibilité d'effectuer des contres de changement (en gros, changer d'arme tout en attaquant, un certain soin accordé à la compatibilité armes/officiers... ou, tout simplement, la possibilité de monter à cheval rapidement en maintenant la touche LT, une idée tellement simple qu'on se demande pourquoi elle n'a pas été faite avant. On peut aussi souligner le fait qu'avant chaque début de bataille on a le choix entre quelques officiers (ce qui peut changer certaines choses en bataille parfois), ou la possibilité de débloquer certains talents en accomplissant des faits d'arme sous certaines conditions (battre un officier dans un temps imparti, etc). En revanche, l'un des gros manques du jeu est sûrement à chercher du côté de la disparition du tableau de compétences...



Sur le plan strictement visuel, on notera des maps revues, ainsi que plus de variété dans les décors et les officiers. Mais qu'on ne se leurre pas : comme toujours, DW est ici complètement dépassé graphiquement, mais les fans savent bien que le jeu ne mise pas sur des graphismes à couper le souffle. Ce qu'on attend de la saga, ce sont des ennemis qui apparaissent par dizaines sans ralentissements et qui ne demandent qu'à se faire mettre KO dans des attaques dévastatrices, du bon gros défouloir, et le cahier des charges est donc respecté de ce côté-là. Mais vraiment, tout de même, il y a certaines choses qui seraient si simples à corriger, comme certains jeux d'ombres vraiment bof, des problèmes de collision, et la manière toute pourrie dont les chevaux sautent...



Concernant les autres modes, le classique Mode Libre permet de reparcourir les nombreuses maps avec d'autres forces que celles imposées par le mode Histoire. On peut y combattre avec l'officier qu'on veut, donc il peut y avoir des doublons de personnages sur le terrain. Au total, il y a 40 maps, et près de 130 niveaux. C'est également dans le mode Libre que l'on retrouve les animaux alliés, ainsi que dans le mode Ambition. Le mode Ambition, justement, vous propose de vous préparer à accueillir l'Empereur dans votre ville en... enchaînant les bataille,s cela va de soi. Il y a différents types de bataille, et selon la bataille choisit on acquiert des lingots et de l'expérience, des ressources pour bâtir, du renom, de nouveaux alliés... L'idée n'est pas mauvaise, mais elle s'avère très peu immersive, et, surtout, extrêmement répétitive avec un certain déséquilibre (une fois que vous aurez atteint vos objectif dans certains types de bataille, il ne vous restera plus qu'à enchaîner sur les autres types... lassant). Enfin, il y a bien un mode en ligne, mais il reste malheureusement très basique, trop basique.



Arrivé seulement 2 ans après le 7ème opus, Dynasty Warriors 8 se repose malheureusement un peu trop sur les réussites de son prédécesseur, sans forcément apporter le même niveau de renouvellement et d'enrichissement qu'il y a eu entre DW6 et DW7. Pourtant, tout est fait pour que les fans hardcores y trouvent suffisamment leur compte et y passent des dizaines d'heures. Ceux-ci pourront profiter des quelques nouveautés pour ressentir encore plus de puissance et de plaisir dans le dégommage d'ennemis par dizaines, mais ce n'est pas avec ce 8ème volet que la saga pourra se réconcilier avec ses détracteurs, tant le soft reste paresseux sur certains éléments.
  

Chroniqueur: Koiwai


Note de la rédaction








MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News