Angels of Death - Actualité anime

Angels of Death

Critique de l'anime : Angels of Death

Publiée le Mercredi, 31 Octobre 2018

Si vous aimez les thrillers et les séries sanglantes, pourquoi ne pas essayer Angels Of Death ? Issue d’un jeu vidéo du même nom qui a connu une grande popularité au Japon, la série produite par J.C Staff s’est révélée être l’une des meilleures surprises de la saison passée.



L’histoire, à la fois émouvante et extrêmement malsaine, tourne autour d’une étrange promesse entre une jeune fille au regard inexpressif et un jeune homme armé d’une faux et d’un rire sadique.



A l’image du jeu vidéo dont il est tiré, l’anime suit ces deux personnages et se construit autour de leur psychologie. De prime abord, l’intrigue peut donc sembler confuse, comme l’état d’esprit de nos héros. Pourtant, au fur et à mesure qu’ils avancent dans les étages, qu’ils en apprennent davantage sur eux-mêmes et sur l’autre, le spectateur découvre progressivement les réponses à ses questionnements.

Angels of Death est, après tout, un thriller psychologique et les derniers fragments du mystère ne seront résolus que lors du dénouement final.



Zack et Ray sont particulièrement charismatiques, tous deux à leur manière. Alors que le tueur peut être perçu comme un personnage très simple et qu’il est revendiqué comme tel tout au long de l’histoire, Rachelle se fait, quant à elle, plus complexe.

Non, sa personnalité ne se résume pas en une phrase : « s’il te plait tue moi ». Bien au contraire, progressivement, cette adolescente nous montre la profondeur de son esprit, bien plus tordu que tous ceux qui croiseront sa route.



Nous voyons le duo se transformer à chaque étape franchie. Il est clair que le déroulement de l’histoire est tourné de telle façon à ce que nous nous attachions à Zack, un anti-héros. Au fur et à mesure, tandis qu’il s’humanise, sa compagne semble perdre tout ce qui pouvait la rendre humaine. Alors que ses émotions reviennent peu à peu, elles ne font, en réalité, qu’amplifier le monstrueux détachement dont la jeune fille fait preuve.

Bien sûr, de nombreuses questions se posent à son sujet dès le départ. Qui est-elle ? Pourquoi est-elle enfermée dans cet immeuble avec autant de psychopathes ? Mais surtout, quel secret semble-t-elle dissimuler ?
Autant d’interrogations qui trouveront leur réponse avant la fin. Les mystères se lèvent progressivement grâce aux différents dialogues avec certains personnages clés de l’immeuble. Si la fin d’Eddie et Catherine est prévisible et ne fait que montrer l’horreur du lieu, d’autres personnages auront, eux, un rôle majeur. Ils nous expliqueront les rouages et les règles qui régissent les étages.



Angels Of Death cherche aussi à explorer la psychologie humaine et notamment la volonté de possession. L’anime part du postulat que le désir est ce qui nous rend fondamentalement humain. Chaque personnage, dont le caractère est exacerbé, semble vouloir posséder quelque chose en particulier. Qu’il s’agisse de la vie, de la mort, de quelques yeux supplémentaires ou du pouvoir.

Tous, sauf un finalement, Isaac Foster serait-il le seul inhumain du lot ? Si on en croit les propos des autres, qui le qualifient de monstre, il semblerait que oui. Mais en est-il réellement un ?

Le titre lui-même, « Angels of Death » nous met sur la voie mais il faudra attendre le seizième épisode pour en avoir la confirmation.
Finalement, la série s'imprègne grandement de la religion chrétienne, la rédemption, le pardon, les serments et Dieu sont des notions centrales. Heureusement, l'ensemble est bien dosé.



Du côté de l’animation, Angels Of Death était sans aucun doute l’un des anime les plus agréables à regarder de la saison.

Les différents étages permettaient à l’équipe artistique de fournir aux spectateurs une myriade de décors et d’ambiances différentes. Si toutes restent sombres et sanglantes, elles étaient un véritable plaisir visuel.

L’ambiance sonore n’est pas en reste. Chaque son, jusqu’au cliquetis inquiétant de la faux, est reproduit pour nous offrir une atmosphère propre à un thriller.



En conclusion, si vous n’avez pas encore regardé Angels Of Death, n’hésitez pas à le tenter. Cette série, terminée juste avant Halloween, se prête fort bien à l’ambiance de cette fête !

Le seul bémol que nous pourrions lui trouver est, peut-être sa fin, prévisible. Toutefois, en y regardant de plus près, l’ouverture laissée permet à chacun d’y trouver son compte.

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
zebuline

17 20
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News