Mobile Suit Gundam 0083 - Le crepuscule de Zeon - DVD - Actualité anime

Mobile Suit Gundam 0083 - Le crepuscule de Zeon - DVD

Review du dvd : Mobile Suit Gundam 0083 - Le crepuscule de Zeon - DVD

Publiée le Mardi, 22 April 2014

Chronique 1
Datant tout de même de 1992 ce film de Gundam est reconnu comme étant l’un des meilleurs par les fans de la saga, on y retrouve tous les éléments qui font la marque de fabrique Gundam mais aussi un scénario, des personnages et une approche un peu plus travaillés et plus approfondis que dans les autres films (qui ne sont pas plats pour autant, loin de là).

Pourtant tout commence comme quasiment toute les production Gundam : de nouveaux prototypes sont sur le point d’être essayés et les forces ennemies viennent jouer les troubles fêtes et s’emparent d’une des machines. Par conséquent comme à chaque fois, on va donc assister à une opposition entre le jeune pilote des forces de la fédération face au pilote expérimenté des rebelles, tout deux possédant un Gundam aux capacités grandement supérieur. Le tout avec un vaisseau plus ou moins abandonné à son sort pris entre deux feux…jusque là on est en terrain connu.
Mais deux éléments viennent relativiser tout ça : en premier lieu, « Le crépuscule de Zéon » date un peu, du coup on peut se dire que ce sont plus les autres productions Gundam qui reproduisent son modèle que l’inverse ; et deuxièmement, derrière ce résumé simpliste se cachent de nombreuses qualités (comme pour les autres productions Gundam me direz vous).
  
   
  
   
A commencer par le fait que le héros soit ici beaucoup moins cliché que d’habitude, en effet il ne s’agit pas d’un jeune pilote qui se découvre des prédispositions mais bel et bien d’un véritable pilote ayant fait ses preuves, il est donc moins naïf et moins idéaliste, et rien que ça, cela ajoute un peu de profondeur au titre. Ensuite les ennemis sont eux aussi moins caricaturaux, moins manichéens, du coup cela nous offre des affrontements idéologiques presque plus intéressants que les batailles de robots…même si l’on s’accorde que c’est aussi souvent le cas dans Gundam, mais ici cela ressort davantage.
Pour autant les affrontements entre les robots sont parfaitement réussis et haletants, la tension est présente tout le long du film qu’une excellente réalisation pour l’époque contribue à rendre encore plus passionnant.

Il faut savoir qu’à l’origine Gundam 0083 est une série de treize OAV que le film vient résumer, ce qui se voit dans sa construction, on semble noter comme des fins de chapitres par moment, comme si le film ne constituait pas une seule unité.
   
    

   
   
Coté technique c’est une réussite totale, si le film date, la réalisation reste au top, l’animation est de très grande qualité, seule les graphismes dénotent un léger coté « old school ». La musique a parfaitement sa place et s’insère à merveille dans chacune des scènes du film.

Beez nous contente donc une fois de plus en nous permettant de découvrir un autre chapitre de cette grande saga qu’est Gundam. Si l’interface est de très grande qualité comme à chaque fois, on regrette ce coup ci une absence de bonus (à noter qu’on ne trouve pas de VF non plus, mais est ce bien important ?)
Deux heures d’un très bon film pour ce prix…pourquoi hésiter ?


Chronique 2
Beez continue son travail d'édition des films de Gundam en France avec un nouvel opus de la célèbre franchise: Mobile Suit 0083: Le Crépuscule de Zeon. Ce film est en réalité un résumé de la série d'oav Mobile Suit Gundam 0083: Stardust Memory, constitué quasi-intégralement de séquences de cette dernière. La question se pose alors évidemment de savoir si, à la manière de la trilogie de films adaptant la série originale, on aura droit à une réelle adaptation cinématographique ou tout simplement à un résumé de l'histoire.

Malheureusement, dans le cas présent, on se rend vite compte dès les premières minutes qu'il s'agit d'un résumé sans réelle ambition. Nous sommes en l'an 0083 de l'Universal Century, quelques années après les événements de la trilogie Mobile Suit Gundam. La narratrice, Nina Purpleton, nous explique brièvement comment elle s'est retrouvée à prendre part à une mission secrète de l'armée de la Fédération Terrestre à bord du vaisseau Albion chargé de traquer le terroriste Anavel Gato, un rescapé de la guerre contre le Duché de Zeon, qui vient de dérober un tout nouveau prototype de Gundam armé d'une ogive nucléaire dans une de leurs bases. On découvre rapidement qu'un jeune pilote fédéral, Kou Uraki, prend les commandes d'un autre prototype de Gundam pour tenter de récupérer celui qui leur a été volé et on se retrouve aussitôt à suivre nos héros dans leurs pérégrinations dans l'espace. De là, la narration, déjà totalement décousue, devient de plus en plus incompréhensible, nos héros finissant par se retrouver sur la base lunaire de Von Braun alors qu'ils sont censés poursuivre Gato. Là où la série s'attardait à raconter une véritable course-poursuite de la Terre à l'espace, on ne retrouve rien de tout ça dans le film. Pire: celui-ci ne s'attarde même pas à nous introduire correctement les personnages, ni même à s'attacher à suivre leurs évolutions, et pour une série où l'histoire était vécue à travers ses personnages et la manière dont ils vivaient le conflit, ça devient vite très problématique. Le film y perd toute sa richesse et son âme et cela rend ne fait que rendre sa narration encore plus chaotique. Rien ne fonctionne vraiment dans ce long-métrage: on ne comprend pas les personnages, leurs émotions, leurs réactions, et au final on ne comprend pas l'histoire non plus. Le spectateur est vite perdu sans point de repère.

C'est là le gros problème de ce film: plutôt que d'offrir au spectateur une véritable adaptation cinématographique de la série, il nous sort un très mauvais résumé, mal conçu et qui ne peut qu'embrouiller le spectateur qui ne connaitrait pas la série au préalable. Cela n'arrange rien que ce résumé reste axé sur les très grandes lignes de l'histoire, perdant quasiment tout les développements et la profondeur des thématiques qui faisaient la richesse de la série, pour s'attarder davantage sur les scènes de bataille de la seconde moitié de la série, lesquelles sont quasiment intactes étrangement. Pour mieux comprendre ce phénomène, il faut savoir que le film était sorti en salles un mois à peine avant la sortie du dernier oav, ce qui peut amener à se demander si la mise en chantier de ce long-métrage n'était pas au fond qu'une grosse opération promotionnelle axée autour de ce dernier avec une retranscription fidèle de la bataille finale qui aurait été précédée d'un résumé bâclé de toute la première partie de la série durant la première heure. En l'état, ce film ne se destine à personne: ceux qui découvrent Gundam 0083 avec ce long-métrage ne comprendront pas grand chose et passeront à côté de toute la richesse de l'histoire, et ceux qui ont vu la série ne trouveront aucun intérêt à ce film qui ne fait que résumer de manière très maladroite une oeuvre autrement plus riche, n'ayant pas les qualités de l'adaptation cinématographique de la série Mobile Suit Gundam.
    
    
    
    
Cela étant dit, ce film possède tout de même quelques qualités, même si ces dernières proviennent essentiellement de la série. D'un point de vue purement visuel, le film est absolument magnifique, bénéficiant d'une superbe qualité d'animation, et les séquences de bataille sont dantesques comme toujours. La dernière ligne droite réserve également quelques beaux rebondissements et une fin très noire mais malheureusement le désastre est tel que le spectateur qui découvre Gundam 0083 avec ce film n'y comprendra pas grand chose tant l'ensemble manque de cohérence narrative. Tout au plus, sa curiosité pourrait avoir été saisie par certains personnages ou certains événements sans toutefois arriver à en faire sens. Le passage où Kou Uraki rencontre un ancien pilote de l'armée de Zeon durant la Guerre d'Un An perd ainsi toute sa symbolique et sa dimension tragique, au point qu'on finit par se demander en quoi cet événement était nécessaire à l'histoire alors qu'il était en fait d'une importance cruciale dans l'évolution du jeune pilote. Ou les ultimes révélations tragiques de l'histoire qui avaient été superbement mises en place dans la série, annonçant le drame final, alors qu'elles sortent littéralement de nulle part dans le film, un rebondissement en or tombant ainsi comme un cheveu dans la soupe. Enfin, les musiques sont directement reprises de la série dans l'ensemble mais ces compositions restent très classiques, peinant à imposer une véritable dimension émotionnelle ou épique en plus d'être assez mal employées dans le contexte du film. Bref, on ne peut que regretter que davantage d'intentions n'aient pas été mises en oeuvre dans cette adaptation cinématographique qui, à partir d'une excellente série d'oav, aboutit finalement à un film fade et raté. Le potentiel était pourtant bien là et la trilogie de films Mobile Suit Gundam avait prouvé qu'il était possible de réinventer une série animée en une véritable oeuvre cinématographique pourvu que les intentions et l'inspiration soient là. Ici, difficile d'y voir autre chose qu'un échec artistique malheureusement.

Toutefois, on doit saluer l'effort fourni sur l'édition de Beez: techniquement, cette édition dvd est une réussite. L'image est vraiment très belle et la qualité de son est superbe. Le film nous est proposé en vostfr (pas de vf). Le doublage japonais est d'excellente qualité et on retrouve avec grand plaisir le talentueux seiyu Ryo Horikawa (l'incontournable voix de Végéta dans la série Dragon Ball Z et de Heiji Hattori dans Détective Conan) dans le rôle du héros Kou Uraki. Le sous-titrage français est également de bonne qualité dans l'ensemble, sans faute notable, mais on pourra lui reprocher certaines abréviations plutôt mal venues pour les Mobiles Suits, les Gundam étant par exemple désignés par des noms de code incompréhensibles au lieu de les définir simplement par leurs numéros de prototypes, ce qui peut là-aussi perdre les non-initiés de cet univers. A noter aussi que cette édition dvd se veut très simple et n'est accompagnée d'aucun bonus, comme le reste des films de Gundam édités chez nous.
    
   

   
     
Si on ne remerciera jamais assez l'éditeur Beez pour avoir permis au public européen de découvrir la franchise Gundam à travers différentes séries modernes (Gundam Wing, Gundam SEED, Gundam SEED Destiny et Gundam 00) et plus particulièrement l'Universal Century à travers ses nombreuses adaptations cinématographiques, on ne peut toutefois que regretter ici que l'éditeur ait voulu limiter les risques et préférer sortir ce film-résumé plutôt que les 13 oav qui constituaient initialement l'intégrale de cette excellente série. Et pour cause, ce film est un véritable naufrage artistique qui, loin de permettre au spectateur de découvrir l'histoire de Gundam 0083, ne lui en donne qu'un bref aperçu tout en l'égarant dans une narration extrêmement décousue à laquelle il manque la cohérence nécessaire pour qu'il puisse vraiment faire sens de l'histoire, de cet univers et de ces personnages pour en profiter à leur juste valeur. Il s'agit peut-être là du seul véritable raté dans la localisation occidentale de la franchise Gundam par Beez, le reste des films parus chez nous étant bien meilleurs dans l'ensemble.
 
Critique 2 : L'avis du chroniqueur
GlassHeart

6 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16 20


Note de la rédaction





MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News