Dance in The Vampire Bund- Intégrale

Review du dvd : Dance in The Vampire Bund- Intégrale

Publiée le Lundi, 06 June 2011

Depuis des millénaires, le peuple vampire vit caché des regards des humains. Mais leur princesse, Mina Tepes, est aujourd'hui bien décidée à sortir son peuple de l'ombre, et souhaite instaurer dans ce but une paix définitive entre eux et les hommes les hommes et leurs uniques prédateurs. C'est dans ce cadre qu'lele utilise son immense fortune pour éponger la dette nationale japonaise en échange du droit de créer sur une île le bund, une nation vampire au sein de l'archipel, où les siens pourront vivre librement. Mais que ce soit chez les humains ou les chez les vampires, tout le monde ne partage pas l'idéal de Mina... Heureusement, la princesse des vampires peut compter sur Akira, son fidèle bras droit, qui a promis d'être auprès d'elle pour toujours.

A la base, Dance in the Vampire Bund est un manga de Nozomu Tamaki, en cours de parution au Japon depuis 2006 et ayant actuellement 11 volumes à son compteur. C'est en 2010 qu'une adaptation animée de 12 épisodes voit le jour au sein du studio Shaft (Shin Negima ?!, Sayonara Zetsubou Sensei).

Après un premier épisode plutôt original, présentant les choses sous la forme d'un jeu télévisé incluant l'auteur du manga lui-même, les onze épisodes suivants prennent le parti d'adapter de manière fidèle l'histoire des quatre premiers volumes de la version papier (pour le coup, on peut dire que l'anime est arrivé en France au bon moment, puisqu'il est sorti dans nos contrées le même mois que le tome 4 du manga aux éditions Tonkam). Un pari tout à fait réalisable et qui promettait d'offrir une certaine richesse au vu du scénario déjà bien développé du manga après quatre volumes. Malheureusement, on finit par déchanter assez rapidement face au traitement que le studio Shaft a décidé de suivre.

En effet, en aussi peu d'épisodes, il paraissait évident qu'il ne fallait pas trop traîner pour offrir un travail impeccable, or il semblerait que le studio Shaft ne l'ait pas compris, puisque la réalisation prend le temps de s'attarder sur des événements assez anodins et plus proches du fan-service, à l'image d'un passage où Mina cuisine, au détriment d'une histoire de fond qui, si elle est bel et bien existante, est rendue poussive par un traitement sans verve. S'enfonçant régulièrement dans des blablas qui finissent par perdre leur sens tant ils se répètent et s'avèrent parfois inutiles, l'ensemble ne parvient pas à dégager de manière claire tous les tenants et aboutissants de l'histoire, et se contente finalement, grosso modo, de présenter la lutte des gentils Akira, Mina et compagnie contre des méchants qui en veulent à la princesse vampire. Ah. Il est véritablement dommage de voir les choses se limiter à ça, quand la version manga parvient à développer tout un univers en toile de fond.

Sur ces bases rendues trop simplistes, la série, sans être déplaisante, ne parvient jamais à captiver, la faute à une réalisation tout aussi incompréhensible que les choix au niveau de l'histoire. Certes, il n'y a pas grand chose à redire au sujet du character design, qui prend le parti de respecter le design original du manga tout en affinant les traits de Nozomu Tamaki, pour un résultat tout à fait satisfaisant. Là où le bât blesse, c'est au niveau de l'animation, très irrégulière. Sur une série de ce type, qui se veut à la base assez orientée action, on aurait pu pardonner ces lacunes si les combats avaient été bien orchestrés au détriment des scènes plus calmes. Or, ici, c'est le choix opposé qui a été pris. Ainsi, les passages les plus banals possèdent une qualité d'animation tout à fait respectable, tandis que la majorité des scènes plus vives sont d'une fadeur sans nom. On s'interroge d'autant plus quand on voit les décors détaillés et réussis qu'est capable d'offrir le staff. Comment ne pas s'interroger, par exemple, en voyant une scène sans la moindre importance, où Mina coupe des légumes, parfaitement animée, tandis que la platitude du combat final ne dégage absolument aucune tension, encore plombé par des plans mal choisis et un design qui faiblit dès que les personnages prennent une forme monstrueuse ?

Parlons-en, de la fin. N'adaptant que les quatre premiers tomes du manga, le studio Shaft a choisi d'offrir une conclusion de son cru qui s'avère n'être qu'un pétard mouillé. Complètement banale, sans tension, faisant prendre conscience que le manga de base a vu son univers sous-exploité, la fin est à l'image de l'ensemble de la série.

Au final, il n'y a malheureusement pas grand chose à retenir de cette adaptation animée de Dance in the Vampire Bund, qui exploite à peine l'histoire de base et s'achève comme elle a commencé. Tout ça pour ça ?
L'ensemble n'est pas foncièrement mauvais, mais l'on s'interroge simplement sur les choix étranges faits par le studio Shaft. Tout au plus cette version animée fait-elle office d'introduction au manga, mais même en la prenant ainsi, elle reste assez insipide.

Du côté de l'édition, Dybex nous offre un travail minimal: deux DVDs dans des boîtiers slim, le tout protégé par un fourreau en carton. Cela dit, le prix reste on ne peut plus correct, et l'essentiel est assuré: il n'y a rien à redire sur l'image et le son, qui ne souffrent d'aucun défaut majeur.

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

12 20


Note de la rédaction
Note des lecteurs





MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News