The Fable Vol.9 - Actualité manga
The Fable Vol.9 - Manga

The Fable Vol.9

Rédaction
Lecteurs
15 /20

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 17 Janvier 2023

Chronique 2 :


Fin de l'excursion en forêt pour Satô et Kuro, tandis que Yôko triomphe de Yûki Kawai, dans le jeu de la boisson !
Si tout semble être redevenu calme du côté de « Fable » et du clan Maguro, c'est sans compter un business sombre mené par un ex-yakuza, extorquant des familles sous couverture de cabinet de renseignements commerciaux œuvrant pour la municipalité. Un obscur groupe, maintenant rejoint par Isaki, un ancien du clan Maguro. Mais c'est Hinako, jeune femme en fauteuil roulant appartenant au groupe, qui va interpeller Satô, et le ramener à ses missions passées...


Le trépidant (et délirant) épisode de la survie en forêt touche à sa fin, non une certaine pointe d'humour propre à la série. En vérité, on comprend rapidement que ce segment plus léger sonnait comme une transition vers un nouvel arc renouant avec le sérieux et le thriller yakuza. Aussi, une nouvelle menace ne tarde pas à apparaître avec l'entrée en scène d'un groupe baignant dans le crime, et qui dévoile rapidement ses liens avec le clan Maguro.


Plus habile encore, toute l'amorce de cet épisode parvient à créer du lien avec Fable ainsi qu'avec Misaki, toujours sous la menace discrète de Kainuma, sombrant toujours plus dans ses fantasmes déviants et malsains. L'intensité remonte donc au fil des pages dans ce neuvième opus, sans pour autant créer de réelle confrontation. Nous sommes sur de la mise en place pure, mais habile, puisque Katsuhisa Minami présente les enjeux au compte-gouttes, de manière à piquer les attentes du lecteur, un peu plus vivement à chaque fois.


À côté, le récit en vient à se centrer un peu plus sur Satô qui, par une rencontre, est renvoyé à son travail d'autrefois. Le légendaire Fable serait-il mis face à ses responsabilités ? Éprouverait-il une sorte de remords ? Par la rencontre entre le protagoniste et l'un des membres du groupuscule criminel, c'est toute une dimension du personnage qui vient nous titiller. On se demande non seulement jusqu'où sera portée sa relation avec Hinako, mais aussi si le héros de l'histoire est voué à évoluer, à progresser émotionnellement. À ce titre, l'intrigue a toute notre attention.


Un neuvième volume fidèle à ce qu'on connait et ce qu'on aime de la série, incluant sa dose d'humour, ses complots et rixes mafieuses, et une montée en puissance progressive qui vient relier les principaux personnages de l'œuvre. The Fable reste toujours aussi bien construit et dépaysant dans le genre du manga underground, un plaisir que nous offre Katsuhisa Minami, et dont on ne se lasse pas.


Chronique 1 :

Tandis que Yoko se régale en se jouant de sa nouvelle victime, un mec sûr de lui et bien décidé à se la faire qui se voit tournée au ridicule (avec quelques très bons moments où l'on vit les choses directement du point de vue de ce blaireau), de leur côté Fable et Kuro poursuivent leur excursion en montagne, pour un résultat... eh bien, un poil décevant, puisqu'il s'achève bien vite. L'issue est pourtant fun avec principalement les ultimes déboires de Kuro, mais cette partie semblait pouvoir durer encore un peu plus, et donne l'impression d'être un peu rushée. néanmoins, on peut la considérer comme une sorte de petite partie transitionnelle avant le retour des choses sérieuses.

Car tout au long de ce 9e tome, c'est effectivement une nouvelle menace d'envergure qui s'installe peu à peu autour d'un nouveau groupe de personnages menée par un certain Rei Utsubo, un malfrat dont les plans tordus permettent à Katsuhisa Minami de jouer sur certaines réflexions autour de l'éducation, des limites de celles-ci, et des enfants trop pourris-gâtés si bien qu'ils en deviennent arrogants ou incapables. Le mangaka suit ici un schéma très, très simple, où il se focalise un peu plus, tour à tour, sur chaque membre de cet inquiétant quatuor: Utsubo le leader sans scrupules, Tsutomu Isaki l'ancien yakuza du clan Maguro et devant faire ses preuves ici en tant que nouvel arrivant, Hiroshi Suzuki le tueur à gages froid, violent et dépourvu de la moindre empathie, et Hinako Saba la pauvre jeune fille handicapée qui semble surtout servir de poupée sexuelle...

Mais derrière cette simplicité dans la construction, ce sont pourtant des tenants et aboutissants bien plus complexes que le mangaka, petit à petit, propose, tant il parvient à lier ses personnages de différentes manières. On pense ici à l'identité de la prochaine cible du quatuor qui est une tête déjà bien connue (et honnêtement, il pourrait tout à fait mériter de se faire malmener vu sa personnalité détestable depuis toujours et ce qu'il projette encore de faire à Misaki ici), au rapport passé que Fable a pu avoir avec Hinako à laquelle il s'intéresse alors de plus près, au statut d'ancien membre du clan Maguro d'Isaki faisant qu'il a encore certains liens avec Kuro entre autres, au désir de Suzuki de se rapprocher de Sunagawa afin de pister la "légende" Fable (et l'homme confirmera largement sa dangerosité dans une fin de tome brutale)...

Tout simplement, on sent que Katsuhisa Minami est en train de faire converger de nombreux personnages, de nombreuses pistes, en vue d'une suite qui s'annonce alors extrêmement prometteuse. Et même si l'humour est un peu moins présent, il reste encore quelques fulgurances de ce côté-là, notre cher fable étant décidément très nul en compliments et ayant des goûts musicaux aussi particuliers que son amour pour Jackal !


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Takato

15.5 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs