Strobe Edge Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 19 July 2011

Nouveauté shojo de juillet chez Kana, Strobe Edge est une oeuvre en dix volumes réalisée par Io Sakisaka. Et si cette dernière est jusqu'ici inconnue par chez nous, elle se veut assez prolifique dans son pays natal, notamment par le biais d'one shots. Quoi qu'il en soit, la série se voit confier la lourde tâche de s'intégrer à un catalogue où la qualité est très souvent au rendez-vous. Chose qui n'est pas des plus aisées, notamment à la vue de ce premier opus...

Ninako est une adolescente comme tant d'autres qui passe beaucoup de temps avec ses amies afin de guetter les apparitions furtives mais fort remarquées du plus beau garçon de son lycée, Ren. Ceci-dit, la jeune fille ne se dit pas spécialement intéressée par le bonhomme. D'autant plus qu'elle a déjà dans sa vie Daiki, un ami d'enfance avec qui elle s'entend très bien. D'ailleurs, ses copines les voient déjà ensemble depuis belle lurette même si Ninako ne s'est pas encore rendue compte de ses sentiments et que son compère n'a jusque là pas été capable de lui déclarer sa flamme. Cependant, tout change lorsque notre héroïne se retrouve dans le même train que Ren et qu'elle commence à faire sa connaissance. Tandis que Ninako se rend peu à peu compte du coup de foudre qu'elle a eu pour celui-ci, Daiki se décide enfin à tout avouer à celle qu'il aime...

Dans le genre mauvais départ, les premiers chapitres de Strobe Edge font très fort. On découvre immédiatement une Ninako ahurie et naïve au possible ainsi que le troupeau de cruches qui l'accompagne. Ajoutez à cela des petits coeurs sur les joues de la demoiselle et un beau gosse genre ténébreux taiseux qui se pavane dans les couloirs et voila qu'on touche le fond d'entrée de jeu. A ce moment là, on se dit que la série conviendra aux jeunes adolescentes pas trop regardantes sur la profondeur d'un récit et puis c'est tout. Heureusement, les choses vont aller en s'améliorant par la suite. En même temps, difficile de faire pire. Enfin, pas la peine de remuer le couteau dans la plaie ! Petit à petit, l'auteur met les choses en place, laisse de côté les personnages sans intérêt, et se concentre sur la rencontre entre Ninako et Ren tout en gardant également Daiki au premier plan. D'ailleurs, ce dernier est peut-être le plus convaincant jusqu'ici, comme on le verra par la suite. Mais voila que l'histoire prend ses marques et l'on se rend alors compte que Sakisaka cherche malgré tout à nous proposer quelque chose de réfléchi et d'un peu plus mature que ça à quoi on pouvait s'attendre au départ. Même si cela reste assez basique pour le moment, c'est évident.

Ainsi, on retrouve une Ninako, jusque là complètement étrangère à l'amour et tout ce qui va avec, prenant conscience des émotions qui la traverse et comprenant doucement les sentiments qu'elle éprouve pour Ren. Mais aussi ce qu'elle éprouve réellement pour Daiki. Celui-ci joue plutôt bien son rôle de prétendant ayant perdu d'avance en nous offrant quelques scènes convenues et d'autres plus inattendues. Enfin, l'idole du lycée, quant à elle, s'impose assez facilement comme d'apparence distante tout en cachant un coeur d'or ainsi que de nombreux secrets. Le tout formant un triangle amoureux pas forcement original mais possédant un certain potentiel. D'autant plus qu'il ne semble pas destiné à garder cette forme bien longtemps, ce qui devrait donner encore davantage de piment à l'ensemble. En tout cas, il se passe déjà pas mal d'évènements, ça ne traine pas en cours de route et il est jusqu'ici difficile de se faire une idée d'où cela va mener le récit. Droit dans le mur ou dans les airs. En tout cas, le fait de sortir le deuxième tome simultanément est encore une fois une bien bonne idée de la part de Kana tant ce premier volume souffle le chaud et le froid et risque bien de laisser dubitatif pas mal de monde.

Pour ce qui est du dessin, on retrouve quelque chose d'assez commun. Le trait est agréable mais peine à pousser l'oeuvre vers le haut. Une bonne chose cela dit, Io Sakisaka oublie rapidement les petits coeurs et autres joyeusetés sur les bouilles de ses personnages et c'est tant mieux tant cela donne un côté pré-pubère à l'ensemble. Ce qui n'est clairement pas nécessaire.

Côté édition, Kana fournit un travail convenable dans la lignée de ce que la maison d'édition à l'habitude de faire. On notera tout de même avec plaisir la présence d'une biographie de l'auteur ainsi que d'une bibliographie à la fin du tome. Une très bonne initiative que voila !

Après un début plus que poussif, Strobe Edge semble donc trouver quelque peu ses marques et offre une fin de volume bien plus convaincante. Ceci dit, tout est encore loin d'être parfait et il faudra confirmer dans un futur proche pour ne pas rapidement tomber dans l'oubli !


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Shaedhen

14 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News