Sentai School - Olydri Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 04 Febuary 2016

La Sentai School vous permettra de réaliser votre rêve le plus cher : devenir un héros venant au secours de la veuve et de l’orphelin ! La Sentai School forme la crème de la crème, l’élite des héros, et c’est cet établissement qu’intègrent Ken, Toâ, Hongô, Duke et Keiji, cinq copains aux tempéraments bien différents, et surtout un peu crétin sur les bords… Entre les cours improbables à suivre et les frasques de ces quelques compères, la scolarité ne sera pas de tout repos !

Œuvre française, Sentai School a un parcours bien particulier. Dès 2003, la série est prépubliée dans le magazine Coyote avant de connaître une sortie en volumes chez Semic. La série atterrit ensuite chez Kami jusqu’en 2010, année durant laquelle l’éditeur a mis la clef sous la porte, donnant à la série un funeste destin. Mais en avril 2015, Florence Torta et Philippe Cardona, les auteurs de la série, lancent un crowdfunding pour ressusciter leur œuvre par le biais de l’éditeur Olydri, l’objectif premier étant de simplement rééditer les cinq tomes parus. Finalement, l’objectif est atteint à 436%, permettant à Sentai School de renaître de ses cendres à travers une réédition, mais aussi un sixième opus prévu pour l’année 2017 ! Voilà donc l’occasion de découvrir ou redécouvrir un titre bourré d’humour qui, par ce premier opus, démontre son charme indéniable.

Sentai School n’est pas un manga à prendre au sérieux, loin de là. Le titre se construit sur une succession de chapitres indépendants racontant une histoire décalée, le tout agrémenté de gags à tout va. Toutes les formes de l’humour y passent alors : la parodie (omniprésente), le comique de répétition, l’absurde… Chaque page, chaque case même, est bourrée d’idée et regorge d’éléments comiques très efficaces. Le titre a pour vocation de n’être qu’un simple divertissement aussi, cet aspect est le plus important, c’est aussi l’élément le plus réussi de l’œuvre puisqu’il est difficile de ne pas rire au cours de la lecture. Ainsi, même après une vingtaine d’interventions de Matt Ban et son parler approximatif dont chaque phrase démarre par « Je de… », on ne se lasse pas et le tout reste efficace à chaque instant. Bien sûr, certains chapitres sont plus inspirés que d’autres et dépendent avant tout et surtout de la sensibilité du lecteur. Certains riront alors aux éclats du chapitre parodique de Yu-Gi-Oh ! durant lequel Keiji trouve un Rubix Cube Millénaire tandis que ceux de la vieille école jubileront davantage face à la caricature de Captain Tsubasa.
Notons au passage que plus la culture manga du lecteur est développée, plus ce premier tome s’avère amusant. En effet, le tout regorge tellement de clins d’œil et d’aspects parodiques à une multitude de séries datée des années 70 jusqu’au début des années 2000 que chaque dessin est susceptible de faire rire. Pour ces mêmes raisons, le titre est presque une redécouverte après chaque lecture, et se plonger dans la réédition plus de dix ans après la parution initiale du premier volet peut être une bonne chose.

Sentai School ne se contente pas de parodier à tout va et la série tourne autour de personnages précis et récurrents, très souvent attachants. Les cinq protagonistes sont des caricatures des groupes de sentai et tournent autour de clichés bien connus, mais d’autres comme l’impitoyable Stratéquerre et sa « Vilain School » ou encore le guignolesque Matt Ban viennent aussi marquer le lecteur. Chacun a un type d’apparition presque défini, libre alors à chacun de s’attacher à un tel ou un tel.

Le dessin de l’œuvre reste dans cette optique parodique et s’ancre dans un style SD aux fortes inspirations manga. Dans leur design, nombre de personnages sont des caricatures de figures connues du manga. L’alchimie tentée par les auteurs est donc très réussie sans compter que dans la construction très chargée des cases ou la narration reprise du manga et bien adaptée, le tout est très pointilleux visuellement et on sent qu’un énorme travail a été requis pour ce premier volume. Gageons que si certaines retouches ont eu lieu pour la réédition, l’évolution du style graphique reste palpable.

Pour cette réédition, ce premier tome regorge de nouveautés en tout genre. Outre les couvertures inédites, le tome bénéficie de ses premières pages en couleur, de croquis inédits en fin de volume et d’une liste exhaustive de l’ensemble des références figurant dans ce premier tome, de quoi permettre aux bons amis de jouer à celui qui en trouvera le plus. Le volume ayant gardé les dimensions de la première édition, bien plus grande qu’un manga moyen, le prix de 8€ est plus qu’attractif, sans compter que le travail d’impression est de bonne facture et le papier de qualité très correcte.

C’est donc avec un grand bonheur qu’on se replonge dans Sentai School, un titre pas comme les autres, drôle au possible et bénéficiant d’un excellent travail visuel. Ce premier tome nous montre que la série n’a pas pris une ride, jeunes et moins jeunes trouveront facilement leur compte. En tout cas, il serait dommage de rater la réédition d’une pépite du global manga français, surtout après une attente de plus de cinq ans…


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

17 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News