Real Account Vol.8

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 11 Febuary 2019

En plein cœur du monde réel toujours avec l’épreuve de la chasse à l’homme il est temps de la confrontation. La seule scène qui est prévisible depuis le début éclate enfin mais ne va pas se dérouler comme prévu. Ataru déroule une moitié de tapis en balançant des informations sur une partie d’un passé caché à Yuma, il dévoile aussi un évènement imminent… Plus rien n’est sur pour lui et pour son avenir. Sans oublier que s’il arrive un malheur à Yuma, il emportera Ayame et son nouvel allié mangeur de viande crue.

Dans ce volume là tout est remis en jeu. Nous ne savons plus comment va réagir Yuma face aux nouvelles qui lui font face. Entre son passé qui refait surface et l’annonce d’une fausse existence, il y aura des moments où il ne sera plus sur quel pied danser. D’autant plus qu’il essaye par tous les moyens de découvrir la vérité et de modifié son destin déjà scellé quitte à tuer toutes les personnes se trouvant sur son passage. Les seuls épargnés restent son groupe de coéquipiers avec qui ils ont fait des accords, des accords entre followers plus fort que les liens du sang selon lui.
Nous aurons l’occasion de voir toutes les actionnaires de l’histoire au cours des chapitres, de Chiho à Nanako passant par même les parents des jumeaux… Ils devaient tôt ou tard être confrontés, réalité fasse à ReA, un jumeau dans chaque camps, tous deux convaincus que l’autre doit disparaître.

Fait de rebondissements, ce huitième tome offre des tas de possibilités pour la suite. Précédemment nous avions du mal à prévoir ce que les auteurs nous réservent, ici nous tombons carrément à la renverse. C’est comme si l’histoire recommençait, comme si nous étions dans un spin-off peu être, non, les quatre mains qui façonnent cette histoires sont juste vouées à la réussite. Ils n’ont plus le temps de nous faire bassiner dans l’univers de ReA alors que le monde réel est un jeu sans fin, les possibilités infinies et les lecteurs toujours plus emballés que jamais.
Nous avons même le droit à une avant première d’un futur couple qui pourrait naître avec des sentiments à moité découverts. Mais ne nous imaginons pas ce qui ne pourrait peu être pas voir le jour, surtout qu’on ne peut jamais prévoir la suite.

Une édition impeccable comme à l’habitude, Kurokawa nous propose cette fois-ci le logo de Flickr sur la tranche. Les mises en scènes et le graphisme restent à la hauteur de nos attentes et elles se dépassent à chaque tome ! Nous n’avons plus qu’une hâte : lire, découvrir et savourer cette suite qui s’annonce de plus en plus malsaine.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koalam

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News