Re:Zero – Troisième Arc - Truth of Zero Vol.6 - Actualité manga

Re:Zero – Troisième Arc - Truth of Zero Vol.6

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 11 September 2019

Chronique 2

Au bord du gouffre après les récents événements tragiques qui l'on mis face à ses propres défauts, Subaru a été sauvé par les paroles de celle qui lui a toujours fait confiance, Rem. Et ainsi, celui qui n'était finalement qu'une coquille obstinée mais vide dans ce monde repart enfin de zéro, réellement. Allant outre ses limites, il se fixe alors pour objectif de sauver sa chère Emilia et les habitants du domaine Roswaal de leur mort future, et d'éliminer la menace que constitue l'infâme Pételgeuse. Première étape pour cela: éradiquer Moby Dick, la baleine banche volante aux redoutables et effrayants pouvoirs, et donc convaincre son entourage de s'allier à lui. Mais Crusch Karsten, Anastasia Hoshin et leurs nombreux camarades seront-ils d'accord ? Qu'ont-ils à tirer de cette situation qui serait bénéfique pour eux ?

Véritable charnière dans la saga Re:Zero, le précédent volume du manga a sonné, de l'aveu même de l'auteur original Tappei Nagatsuki, le vrai départ de l'histoire, celui où Subaru repart réellement de zéro pour se fondre entièrement dans cet autre monde. Et fort logiquement, ce nouvel opus enclenche donc la longue et mouvementée résolution de cette nouvelle boucle temporelle. La première étape pour cela est de mettre fin à la menace Moby Dick, la création de la Sorcière de l'envie, qui effraie le royaume de Lugnica depuis 400 ans. Et dans les faits, cela se traduit par deux grandes étapes dans ce tome.

La première est celle où Subaru, toujours épaulé par Rem, se doit de convaincre certaines des rivales d'Emilia à la course au trône de lui prêter son aide, de constituer une véritable alliance afin de vaincre le colossal cachalot blanc. Un passage que le mangaka Daichi Matsuse s'applique bien à dépeindre, en soulignant les divers petits raisonnements du héros (par exemple, pourquoi donc Roswaal a-t-il laissé Rem à ses côtés ? Est-ce uniquement pour veiller sur sa santé ?), et en décortiquant vite et bien ses ruses visant à se mettre Crusch, Anastasia et leurs compagnons dans la poche, étant donné que beaucoup d'entre eux, à commencer par Wilhelm sur qui on en apprend un peu plus, on un sérieux compte à régler avec Moby Dick. On le sent, on a un Subaru qui a bel et bien changé: il ne fonce plus dans le vide, ses motivations sont moins mensongères... et un élément en particulier témoigne bien de cela: la fameuse "bénédiction de la girouette" de Crusch, lui permettant de déterminer d'emblée si quelqu'un lui ment ou pas, s'il est sincère ou non.

Cette première moitié de tome est aussi l'occasion d'enrichir encore un petit peu plus l'univers à travers de nouveaux personnages, comme l'homme-bête Ricardo, faisant partie des Crocs d'acier, peuple guerrier venant de Kararagi et au service d'Anastasia, ou alors via l'évocation des montures (dragons de terre à Lugnica, ligres à Kararagi). Et l'immersion s'en voit alors encore grandie en vue de la bataille à venir contre Moby Dick, bataille démarrant dans la deuxième moitié du tome en annonçant de très belles choses. En effet, le mangaka s'applique toujours autant dans son adaptation, et quand il s'agit ici de laisser place à l'action il propose des planches mouvementées, où le gigantisme du cachalot blanc se ressent très bien dans des dessins denses et monstrueux, où certaines vues en plongée ou contreplongées impressionnent assez, où il tire assez bien parti de certains combattants en particulier comme ce cher Wilhelm qui devient plus charismatique que jamais, ou en délivrant un bon dosage des rebondissements, dont celui des dernières pages laisse forcément sur une forte attente, tant la mission est encore plus périlleuse que prévu.

En attendant de voir cette bataille atteindre ses moments les plus intenses, l'adaptation manga de l'arc Truth of Zero reste donc ici très prenante et très soignée, Daichi Matsuse ayant à coeur de ne rien oublier et de faire ressortir les choses comme il se doit.


Chronique 1

Le domaine Matters où se trouve le manoir Roswaal sera bientôt la cible d'une attaque sanglante du Culte de la Sorcière, tandis que le redouté Cachalot Blanc, attaquera peu avant sur la route menant aux lieux. Subaru a beau avoir tenté de sauver sa bien-aimée, son combat s'est soldé par un échec... Mais Rem lui a fait ouvrir les yeux : Il doit évoluer, et tout simplement repartir de zéro pour trouver la bonne solution.
Dans le but de réunir une force armée suffisante et pouvoir accéder au manoir sans encombres, Subaru négocie une alliance avec Crusch, mais aussi d'autres membres influents de la Capitale. Une armée se forme alors, et s'apprête à prendre pour cible le puissant Moby Dick.

Après bien des déboires, la véritable aventures de ce troisième arc de Re:Zero, voire la série toute entière d'après les dires de Tappei Nagatsuki, démarre avec ce sixième tome. Et dans le rythme de son adaptation manga, Daichi Matsuse nous fait bien comprendre que les choses sérieuses commencent. Ainsi, c'est un Subaru différent et plus réfléchi qui nous est immédiatement présenté, un réel plaisir qui amène des échanges entre personnages plus posés et propices à faire progresser l'intrigue principale. Enfin, on peut considérer Subaru comme un héros, aussi ce tome apporte une certaine bouffée d'air frais à la série.

Pourtant, il n'est pas forcément la vedette du passage en cours, puisque l'affrontement contre le Cachalot Blanc est l'occasion de mettre en avant des personnages d'habitude bien plus en retrait. C'est notamment le cas de Wilhelm Van Astrea, l'épéiste au service de Crusch qui abandonne son simple rôle de mentor pour avoir droit à ses propres enjeux qui pourraient bien être résolus à travers ses accomplissements durant la bataille. Et du côté des combattants, plus que jamais, Rem brille de mille feux, la soubrette aux cheveux bleus s'imposant toujours plus comme l'une des figures les plus fortes et attachantes de Re:Zero. Le casting de la série ne cesse de progresser, et devient peu à peu une de ses grandes qualités.

Enfin, ceux qui trouvaient que les débuts de l'arc manquaient cruellement d'action auront de quoi se réconcilier avec le présent opus. Car qui dit véritable lancement de l'aventure dit retour à un rythme beaucoup plus effréné, ici marqué par la chasse au Cachalot Blanc qui se révèle très bien mené, intense tout le long, marqué par différents actes héroïques, et faisant habilement passer de l'espoir à la désillusion la plus totale. Un déroulé classique mais très prenant ici, notamment parce que l'ennemi demeure une menace floue dont le lecteur comme les personnages découvrent les véritables capacités au fil des pages.

L'arc Truth of Zero atteint alors sa phase la plus palpitante, de manière réussie. Tout en se montrant très fidèle à l'oeuvre d'origine, Daichi Matsuse parvient à proposer de bien belles planches et rend honneur à la série littéraire de Tappei Nagatsuki. On notera que le dixième volume de l'arc vient de paraître au Japon, et n'est toujours pas le dernier de cette partie de l'histoire. Ce constat suffit à confirmer, pour ceux qui n'auraient pas encore vu l'anime, que Truth of Zero nous réserve encore pas mal de péripéties qu'on attend de découvrir ou redécouvrir avec hâte.


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News