Papillon Vol.3 - Actualité manga

Papillon Vol.3

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 11 May 2012

Quel bonheur ! Ageha sort à présent avec le beau psychologue du lycée, enfin c’est ce que tout porte à croire. Mais voilà que notre chère héroïne tombe malade, et via certaines circonstances, notre psy sera amené à confondre Hana avec Ageha (ce qui est logique d’un côté puisqu’il ne sait pas que sa « petite amie » à une jumelle). Comme on peut le deviner, la non moindre jumelle vipère et superficielle voit là une occasion en or pour créer d’énormes quiproquos entre Ageha et le psy.

On savait dès le départ qu’on avait affaire à un shojo classique, mais vu l’excellence du précédent opus, on s’était mis à espérer de grandes choses comme si on était sur un petit nuage. Cependant, le retour sur terre est quelque peu renversant et douloureux car Miwa Ueda s’en retourne à des habitudes d’intrigue pleine de malentendus, de personnages stéréotypés (surtout dans leur réaction) et de rivalités. Bien entendu, on devait forcément s’y attendre mais il n’en reste pas moins que ce retour aux choses typiques du shojo, après avoir eu un avant goût de la pomme de Dieu, est quelque peu dépaysant et frustrant. Heureusement, malgré cela, l’auteure continue à bien exploiter la fibre psychologique du manga, et on retrouve toujours autant une héroïne battante et compréhensive et un psy frais et attachant. Ajouté à cela certaines interactions amusantes à suivre. De plus, la mangaka ne fait pas trop durer la transparence quant au fait qu’Ageha est la sœur jumelle au psychologue, ce qui permet d’éviter une succession de malentendus qui pourrait à la fin devenir risibles et lassants. Elle ira même jusqu’à nous surprendre en jouant avec les codes-mêmes du shojo par l’intermédiaire de diverses situations cocasses. En effet, le psy va s’amuser à retourner le mauvais jeu de Hana contre elle-même. Faisant de cette situation, un pur moment d’hilarité et d’amusement.

Il est entendu qu’il faut aimer ce genre où règne sentiments amoureux et rivalités. Une fois qu’on arrive à s’y faire sans trop se casser la tête, la lecture n’en devient que divertissante. La superficialité de Hana et le fait que notre héroïne pleure et se morfond parfois un peu trop, seront autant de défauts qui pourraient freiner le lecteur. Toutefois, jusqu’ici Miwa Ueda arrive à jouer avec les codes du shojo sans trop en abuser, rendant ainsi le récit dynamique et déluré. En outre, l’auteure entame de nouvelles pistes intrigantes pour la suite des événements comme le couple formé par Hana et Ryusei, qui est à deux doigts de mordre la poussière (pas étonnant vu la fille en question…).

En conclusion, on n’atteint pas l’excellence du seconde volet, néanmoins l’auteure arrive à nous concocter un récit divertissant et amusant (malgré les quelques désavantages op cités). Comme quoi, il ne faut parfois pas trop en demander pour pouvoir profiter en toute simplicité d’un manga.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
titali

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News