Looking up to Magical Girls Vol.1 - Actualité manga

Looking up to Magical Girls Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 01 March 2021

Lancée l'été dernier par les éditions Meian, la collection Daitan! se partage désormais entre différents types de récits borderline: l'érotisme bateau des Rives rouges de l'adultère ou de Pinsaro Sniper, des récits un brin sulfureux mais ayant plus de choses à dire avec JK Haru et Brisée par ton amour..., et de la comédie bien ravagée avec me très chouette Pop Team Epic. C'est dans cette catégorie humoristique que vient se ranger la première nouveauté de Daitan! de 2021, Looking Up To Magical Girls. Signée Akihiro Ononaka, cette série est en cours au Japon depuis 2019 avec 3 volumes au compteur, dans le magazine Manga Life STORIA Dash des éditions Takeshobo, sous le titre Mahou Shoujo ni Akogarete.

Dans la ville où vit Utena Hiiragi, vivent aux yeux de tous trois admirables magical girls: les Tres Magia, trois héroïnes qui, quand elles ne sont pas en cours, luttent contre l'organisation maléfique Enormita qui cherche à conquérir le monde. Avec leurs pouvoirs et dans leurs tenues mignonnes à souhait, elle suscitent l'admiration sans limites de l'adolescente, à tel point qu'elle rêverait de devenir comme elles... Alors quand apparaît devant elle une étrange petite créature noire qui lui propose de lui conférer des pouvoirs magiques, Utena est d'abord aux anges ! Mais ce qu'elle n'avait pas prévu, c'est que la bestiole, de son nom Venalita, est en réalité aux ordre d'Enormita, et vient de faire d'elle l'une des cadres de l'organisation maléfique. La créature lui faisant tout de suit après un odieux chantage (révéler sa transformation sur les réseaux sociaux si elle n'obéit pas), Utena n'a pas d'autre choix que de se plier à son nouveau rôle. Dans sa tenue sexy et provocante noire, et armée de sa baguette magique Full Star Dominate, elle ne va pas devoir se battre aux côtés de ses idoles, mais contre elles, à grand renfort de techniques dominatrices ! Et sans s'y attendre, elle risque vite d'y prendre goût...

A l'origine tout mignon et acidulé, l'univers des magical girls n'a déjà eu de cesse, ces dernières années, d'être revisité. Il y a eu des récits plus dramatiques ou sombres comme Puella Magi Madoka Magica ou Magical Girl Site, ou, au contraire, un petit paquet d'oeuvres largement plus comiques voire parodiques et se faisant un plaisir de dégommer les clichés du genre, comme Magical Girl Boy ou Magical Girl Holy Shit. La série d'Akihiro Ononaka vient s'inscrire pleinement dans la deuxième catégorie en malmenant comme il se doit ces univers sucrés !

Place donc, ici, à une anti-héroïne en guise de personnage principal, Utena se retrouvant dans le camp des méchantes bien malgré elle... ce qui pourrait bien finir par faire son bonheur, au fur et à mesure qu'elle découvre ses penchants de dominatrice. Après tout, vu qu'elle aime tant les trois héroïnes de sa ville, quoi de mieux que d'elle-même les malmener ? L'oeuvre va donc jouer sur cet aspect comique où, peu à peu, au gré des premiers sévices qu'elle inflige à ses trois "ennemies" (dont elle ne sait pas qu'elles sont ses camarades de classe, forcément), Utena se laisse toujours plus happer par certains penchants BDSM... Et là où le titre aurait pu être d'un mauvais goût excessif (on parle quand même de gamines, hein), heureusement l'auteur se contrôle en proposant un rendu graphique qui évite d'être trop sexy ou trop voyeuriste.

L'idée de base a de quoi être rigolote en pouvant tout à fait s'inscrire à côté d'un manga bourrin comme Magical Girl Holy Shit... mais concrètement, est-ce suffisant ? A vrai dire, le mangaka peine un peu à faire décoller son univers pour le moment, celui-ci n'allant pas très loin. Pour l'instant, il ne faut s'attendre à aucun développement vraiment prégnant: chaque chapitre se contente un peu de la même recette au bout de laquelle les Tres Magia se font maltraiter par Magia Baiser (le nom de "magical girl" d'Utena), et au fil de laquelle sont rapidement glissées quelques éléments qui devront gagner en constance car ils sont pour l'instant trop rapides, que ce soit la découverte du QG, celle d'une autre camarade d'Enormica en Kiwi Araga. L'autre limite est que la lecture, en plus d'être courte avec à peine 140 pages, est très rapide, l'auteur abusant de très grandes cases et de pleines pages avec finalement peu de textes, ce qui ne facilite pas l'approfondissement du background. Enfin, si les designs des magical girls sont assez soignés, l'ensemble reste un peu pauvre visuellement, avec parfois un blanc prédominant dans les fonds et des moments d'"action" peu intenses.

Au bout du compte, si l'idée de base est amusante et que l'on passe facilement un bon petit moment si l'on aime les détournements de magical girls, Akihiro Ononaka va devoir vite hausser son ton et ses enjeux s'il ne veut pas que l'oeuvre lasse rapidement. On espère bien que ce sera le cas car le potentiel est là ! En tout cas, une chose est sûr, c'est que Meian a soigné son édition avec une jaquette dotée d'un vernis sélectif, une bonne qualité de papier et d'impression, pas moins de 9 pages en couleurs sur papier glacé, un lettrage soigné, et une traduction plutôt convaincante de Jean-Baptiste Bondis qui semble bien s'amuser et proposer un parler assez naturel.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

12.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News