Lady Vampire Vol.1 - Actualité manga

Lady Vampire Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 14 Mars 2019

Soleil Manga, une édition fortement connue pour ses histoires à tendance démoniaque, revient ici pour nous présenter leur nouveauté : Lady Vampire. Dans la collection Gothic de l’éditeur, c’est la deuxième œuvre de Tomoki Mastumoto qu’on a pu découvrir en 2013 avec Prunus Girl. Avec ses trois tomes finis et une sortie japonaise datant de 2014, il était temps que Lady Vampire débarque en France !

Yûnagi Irie, lycéenne habite seule dans une honorable demeure. Un soir, en rentrant chez elle, Irie se fait attaquer par un inconnu qui lui suce le sang. Et lorsqu’elle sort de son évanouissement, elle se retrouve face à un garçon un jogging qui lui explique que dès maintenant, sa vie n’est plus la même que celle qu’elle a vécu jusqu’à présent. Pour cause ? Le garçon, légèrement plus vieux qu’elle en apparence (mais surtout en âge), vient de transformer Irie en vampire.
Désormais, c’est à elle de devoir vivre avec ce fardeau sur les pieds, surtout qu’être vampire, implique des modifications : des canines pointues, une force sur-développée, un sommeil léger, l’immortalité et une soif à tout bout de champ… Sinon, elle ne s’en fait pas de trop et continue de vivre normalement. Elle se rend au lycée, voit ses amies et le quotidien ne change pas réellement. Par contre il y a une seule chose qui va la titiller : l’immortalité. C’est une chose qui va la rendre vraiment triste et en colère sans forcément que nous sachons pourquoi.

Avec Lady Vampire, Tomoki Matsumoto aborde le sujet du vampire avec un peu de relâche. Des stéréotypes sur ces créatures de la nuit sont annoncés comme faux : la crainte du soleil, de l’ail, l’invisibilité face au miroir… et on en passe ! c’est donc avec une pointe d’humour qu’elle se lance à travers cet univers en nous présentant un vampire de longue date, Rin, qui est le maître de Irie et qui va lui apprendre les bases (même si entre nous, il n’y a pratiquement rien qui change et elle semble parfaitement se débrouiller seule).
Après, ce qui n’échappe jamais à un vampire est la soif de sang. Un défis pour Irie qui se jure d’abord de ne pas en boire, jusqu’à que la soif se fait trop intense et qu’elle craque. Craque pour sa meilleure amie, qui est également dans sa classe. Un tel plaisir, sucer le sang est quelque chose de vraiment jouissif ! Demandant toujours et encore plus, elle se résout qu’elle ne peut pas demander à sa meilleure amie, qui est dans la confidence, d’en boire tous les jours. La recherche d’autres victimes s’opère dans son lycée, qui est d’ailleurs un lycée pour filles. Une aubaine puisque notre protagoniste paraît avoir un faible pour les filles, beaucoup plus douces et mignonnes que les garçons…

Dans l’ensemble, c’est un premier tome assez rapide au niveau du scénario : Irie ne cherche même pas à rechigner, elle sait qu’elle est désormais un vampire donc elle l’accepte et profite d’emblée de ses avantages. Quant au « maître vampire » qui habite chez elle, on ne sait pas trop pourquoi reste-il là alors qu’il n’agit quasiment jamais.

L’histoire, malgré que l’univers surnaturel à déjà été convoité, respire d’un souffle nouveau. D’une part par le fait qu’une lycéenne séduise ses collègues féminines et d’autre part avec le culot de la protagoniste. Oui, on voit de plus en plus des personnages au caractère timide, solitaire et n’ayant pas de confiance en soi alors qu’ici c’est tout c’est tout le contraire. Ce n’est pas pour nous déplaire ! Émotions, éclats de rire, larmes et moqueries sont au rendez vous dans ce manga à la fois drôle et touchant, à la fois léger et frôlant des problèmes de société actuelle.
Si l’action n’est pas complètement au centre de ce tome qui se consacre à l’introduction des différentes mécaniques scénaristiques, nous avons tout de même droit à quelques premières scènes hilares entre les deux vampires. Nous n’avons pas là des joutes dantesques mais des échanges de coups plutôt brefs et peu avares en rebondissements.

D’un point de vue graphique, le tout résonne très bien. L’autrice se donne toutes les clés pour qu’on soit sur une bonne impression. Les traits sont fins et soignés, les ombrages sont correctes et les décors sont délicats. Un point positif se trouve aux niveaux du chara-design : les visages sont doux et travaillés, la structure des corps est plutôt calibrée et les émotions sont très bien ressenties. En gros, on s’y sent bien et nous n’avons presque pas l’envie de quitter cet univers.
Soleil se donne à cœur joie et met en avant son œuvre par quelques pages en couleur, une couverture illustrée gracieusement au touché assez particulier, ça donne un effet intriguant et à la fois mystérieux…

Presque un sans faute, Lady Vampire est un agréable moment à passer. La mangaka nous laisse même un petit bonus de fin non négligeable. Chose qui est sûre, c’est qu’il frappe bien dans son originalité ! Une source de divertissement mêlant humour et romance. Dommage qu’on sache à l’avance que l’œuvre se finie aussi vite qu’elle commence... La suite se fait grandement attendre !
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koalam

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News