Horion Vol.2 - Actualité manga

Horion Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 17 August 2018

"Ne te laisse pas vivre ! Dépasse tes limites ! Brise tes chaînes ! Dompte ton destin ! Ouvre tes sens !"

Au bout de sa quête pour retrouver son frère sur les terres de Landgrave, Koza a finalement découvert, le coeur déchiré, que celui-ci n'est déjà plus qu'un fantôme... Et dans un élan, lui et son ami Valyu ont choisi de passer la fameuse épreuve qui a coûté la vie à Vika. Tout comme son frère, Koza est mort... mais contre toute attente, il est revenu à la vie, visiblement grâce au pouvoir de Valyu. L'épreuve est donc passée pour les deux jeunes garçons... mais il ne s'agissait que d'une première épreuve. Car désormais, il va leur falloir apprendre à maîtriser et à libérer leur "moi" profond, tout en découvrant les spécificités de la cité de Landgrave...

Après un premier volume qui remuait pas mal son lecteur grâce à des idées et à des partis pris narratifs pleins d'intelligence et d'impact, l'univers d'Horion continue de s'enrichir, de s'élargir dans un deuxième volume qui se charge excellemment de cette tâche. Les premiers pas de nos deux héros dans Landgrave ainsi que les nouvelles épreuves et nouvelles rencontres permettent d'éclairer un peu plus le fonctionnement, les règles et les coutumes de la cité dissidente. Puis on s'intéresse de plus près à la visite de Goétie auprès de Sapience, et à ce qui en découle: une rencontre au sommet entre les deux factions opposées, et la découverte des personnes dirigeant le royaume.

Au-delà de ces découvertes à proprement parler, qui continuent de définir un peu plus l'univers de la série, Aienkei brille encore plus sur un tas d'autres points, qui concernent surtout l'évolution qui attend les personnages ainsi que de nombreuses réflexions. Sur le premier point, le scénariste excelle en laissant deviner les possibles enjeux que Landgrave représente pour les dirigeants du royaumes, et installe bel et bien quelques figures intrigantes: la reine-mère bien sûr, mais aussi le jeune roi, sans oublier les conseillers de la reine qui intriguent... Essentiellement à travers le Roi, Aienkei ne se prive pas de quelques réflexions bien senties, bien tournées, notamment autour du pouvoir qui attire les hauts placés et de l'usage qu'ils en font. Et à Landgrave, les choses évoluent et s'enrichissent tout autant. Notamment par l'apparition de nouveaux personnages, en tête Rano le jeune frère de Nyrkki, ou de nouvelles épreuves parfois étranges et poussant le lecteur à s'interroger et analyser lui-même, telle celle des toupies (ce qui est assez stimulant). Mais surtout à travers certains nouveaux éléments et concepts, tels celui de "talent latent", l'énigme des dessins reçus par Koza et Valyu (pourquoi ce dernier refuse-t-il de montrer son dessins ?), ou encore certaines petites phrases qui marquent, tant elles ne paraissent pas du tout anodines. Sur ce dernier point, on pense beaucoup au mystère s'installant autour de la force supposée de nos deux héros: là où l'un pourrait vite devenir un élément de choix, certains détails laissent sous-entendre que ce ne sera pas le cas de l'autre... Et dans tout ceci,, se glissent des idées très marquantes. La plus effrayante ? Sans doute le fait que l'utilisation de son pouvoir, de sa puissance, peut vite devenir une véritable drogue, au point d'éventuellement faire perdre la raison à son détenteur... Sans oublier la quête de soi qui devient un élément moteur pour nos deux jeunes héros, ainsi que les dernières pages où à travers Koza, Aienkei remue joliment son lecteur en l'incitant à prendre réellement le contrôle de sa vie et à dépasser ses limites.

Visuellement, Enaibi parvient bel et bien à imposer quelque chose. Tous ses designs de personnages sont travaillés, aucun ne se ressemble, et il en est de même pour les costumes, pour la gestion des décors sur plusieurs plans, ou tout simplement pour certains choix assez audacieux d'angles de vue.

Il est difficile de résumer ou de parler de ce 2e tome d'Horion en une petite chronique, tant on trouve de richesse à l'intérieur. Richesse de l'univers qui se précise tout en laissant bien comprendre qu'Aienkei a encore énormément de choses sous le coude, richesse visuelle, richesse de personnages qui continuent d'apparaître, de se préciser et d'avancer, richesse des nombreuses réflexions qui parsèment l'ouvrage avec parcimonie... Au-delà du divertissement qu'il peut procurer, Horion se présente tranquillement non pas comme une simple titre qui se lit, mais comme une série qui se vit, qui sait stimuler son lecteur voire le pousser à s'interroger. Le potentiel est désormais pleinement confirmé, et la suite pourrait facilement faire de ce titre un grand dans sa catégorie.

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News