Genesis Vol.5

Rédaction

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 02 Décembre 2022

Alors que ses camarades et lui logent à proximité du village des homo-sapiens, Taiga repère les préparatifs d'une nouvelle attaque des Néandertaliens, qui comptent profiter de l'obscurité de la nuit pour saccager la tribu de Tiari. Tout en donnant l'alerte, le jeune homme va au devant des ennemis avec Wolf, pour une bataille qui risque de changer bien des choses...

Cette bataille, bien que mise en scène de façon plutôt classique et sans réel peps par Kouji Mori, va effectivement surtout se révéler intéressante pour trois choses. Tout d'abord, ce que cela permet à nos héros transfuges en guise de rapprochement avec la tribu de Tiari qui se méfiait encore un peu d'eux. Ensuite, ce que l'on comprend petit à petit des sentiments qui commencent à poindre en Tiari en voyant Taiga si bien s'entendre avec Yuka en particulier, pour un résultat somme toute très standard mais qui nous fait bien sentir que la relation entre notre héros et la captivante et combattive jeune femme homo-sapiens devrait continuer d'évoluer petit à petit. Et enfin voire surtout pour le comportement qu'a désormais Taiga en combat: il n'a plus peur, il s'acclimate toujours plus à cette époque comme s'il y avait bien trouvé sa place, et il sait désormais qu'il ne doit pas hésiter à tuer pour survivre à cette époque où il n'y a pas de lois. Et si, auparavant, il se sentait avant tout coupable, à présent c'est surtout la joie d'avoir survécu qui domine quand il est contraint de donner la mort à ses ennemis. un aspect d'autant plus marquant que son compagnon d'aventure Ren, lui, prend un tout autre chemin, en ayant toujours peur de cette situation, au point de trouver Taiga de plus en plus "monstrueux" dans sa capacité à tuer de sang-froid.

La suite du tome, quant à elle esquisse de nouvelles problématiques. D'un côté, il y a les conflits de territoire avec une autre tribu d'homo-sapiens venue de l'est, cet aspect étant simplement esquissé pour le moment. Et de l'autre, il y a l'émergence d'une nouvelle menace naturelle: celle des mammouths, créatures qui sont si costaudes et si grandes que rien ne les empêche de se multiplier, et qui ne laissent généralement que des terres désolées et sans gibier là où elles passent. Le village de la tribu de Tiari se trouvant hélas possiblement sur leur chemin, il va falloir trouver un moyen de contrer les imposants animaux, et de ce côté-là Taiga pourrait bien encore montrer ce qu'il faut d'astuce et de débrouillardise.

Après 5 volumes, un constat s'impose dans Genesis: pour celles et ceux ayant pu lire Suicide Island sorti chez Kazé Manga il y a quelques années, dans son déroulement et dans ses thématiques cette nouvelle série reste très proche de la précédente oeuvre de Kouji Mori, si bien qu'il y a de temps à autre une sorte de redite dans les sujets que souhaite aborder le mangaka, malgré le cadre préhistorique assez différent de celui de l'île des suicides. La lecture reste néanmoins sympathique et efficace dans l'ensemble. Simplement, on espère juste que, sur la longueur, la série parviendra à mieux trouver sa propre voie.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai
14.5 20
Note de la rédaction