Echoes Vol.1 - Actualité manga

Echoes Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 09 May 2019

Voici déjà une quinzaine d'années que, régulièrement, Kei Sanbe revient en France par le biais de ses récits à suspense. Parus respectivement chez Vegetal Manga/Soleil et chez Kurokawa, Testarotho et Kamiyadori furent des divertissements assez efficaces mais malheureusement inachevés. Et pour voir le mangaka réellement trouver sa place dans notre pays, il a fallu attendre que les éditions Ki-oon s'y intéressent à partir de 2010, avec la publication du thriller L'île de Hôzuki. Depuis, l'auteur est devenu un nom incontournable de l'éditeur, avec la divertissante série B à tendance zombie Le berceau des Esprits, puis surtout avec le grand succès Erased, polar captivant et souvent touchant qui a permis à l'auteur de passer un cap dans sa carrière, avec un gros succès critique et public et des adaptation en série animée, en film live et en drama tous disponibles en France sur Wakanim ou Netflix.

Autant dire qu'après Erased, on attendait encore plus impatiemment qu'auparavant le retour de Kei Sanbe en France, et cela se concrétise en ce mois de mai avec l'arrivée, toujours chez Ki-oon, de sa nouvelle oeuvre, Echoes. De son nom original Yume de Mita Ano Ko no Tame ni, cette série a été lancée en 2017 dans le magazine Young Ace des éditions Kadokawa, et compte actuellement trois volumes.

Echoes, c'est l'histoire de Senri Nakajo, lycéen vivant avec ses grands-parents maternels dans leur épicerie, n'ayant pas vraiment d'amis hormis une certaine Enan Kotokawa qui le met souvent en garde contre son comportement. Car ce qui caractérise sûrement le plus l'adolescent, c'est un côté très solitaire, renfermé, assez impulsif, comme si un sentiment de haine et de rage bouillait constamment au fond de lui... un sentiment trouvant son origine dans son enfance marqué à tout jamais par le drame, la mort et le sang. Quand il n'avait que 5 ans, Senri fut l'unique rescapé du massacre de sa famille. La pluie a effacé toute trace du meurtrier, et l'enfant a été retrouvé seul entre les cadavres de ses deux parents. Mais Senri avait aussi un frère jumeau, Kazuto, qui a été emporté par le meurtrier et fut porté disparu. Kazuto était tout pour Senri, le lien entre les deux petits garçons était fusionnel... si fusionnel qu'ils partageaient une étrange capacité: en cas de coups, de chocs, d'émotions fortes, ils partageaient littéralement leur douleur physique, leurs émotions et leur vue. Senri a donc vécu le calvaire de Kazuto comme si c'était le sien... et c'est aussi pour ça qu'au moment où son frère à a fini par être visiblement tué par le meurtrier/ravisseur, il a pu voir sur ce dernier une cicatrice au bras, en forme de flamme. Alors quand un jour, Senri, à la télévision, revoit brièvement cette cicatrice, sa seule piste menant à l'identité du coupable, son sang ne fait qu'un tour: il sait enfin où chercher pour retrouver le meurtrier... et le tuer !

Des meurtres atroces ayant marqué la vie du protagoniste, une pointe de surnaturel avec le don étonnant qui unissait les deux jumeaux: Kei Sanbe reprend ici la formule de base ayant fait le succès d'Erased, mais bien évidemment le mangaka ne fait pas du tout un copier-coller et pose peu à peu les bases d'un nouveau thriller qui ne devrait pas se limiter à la simple traque du meurtrier par Senri. Cela, on le comprend surtout à travers les différents rebondissements de la dernière partie du tome, qui finissent rapidement par impliquer pas mal d'autres personnages: des gars voulant se venger d'un sale coup fait par Senri (notre héros étant loin d'être un enfant de choeur), de mystérieux et dangereux individus recherchant eux aussi l'énigmatique meurtrier... sans oublier Enan, la jeune fille ayant droit dès ce premier tome à un petit approfondissement expliquant son lien avec Senri et son désir de veiller sur lui.

Avant cela, ce premier volume est surtout une mise en place. mais une mise en place déjà asse riche, sombre et plutôt rythmée, dans la mesure où Kei Sanbe y alterne entre moments dans le présent, et flashback expliquant petit à petit ce qui est arrivé à la famille de Senri, le don qu'il partageait avec Kazuto, tout ce que son frère représentait pour lui... si bien qu'au bout du compte, on cerne facilement ce qui a rendu le personnage principal tel qu'il est: un père violent et alcoolique, une mère qui n'accordait quasiment aucune attention à ses enfants... Kazuto et Senri étaient la seule lueur d'espoir, le seul témoignage d'amour familial l'un pour l'autre. Si bien que quand leurs parents ont été tués, Senri n'a quasiment rien ressenti pour eux, et n'avait de pensées que pour son frère. Sanbe joue ici, avec efficacité, la carte de rapports familiaux durs et très loin d'être idéaux, chose qu'il laisse aussi entrevoir dans son petit approfondissement d'Enan.

Visuellement, le dessin de Sanbe est devenu une véritable marque de fabrique, très facilement reconnaissable: acéré, incisif avec des regards marquants et pouvant témoigner de tout ce que peuvent ressentir les personnages, sombres quand il le faut, ils collent très bien à l'atmosphère globale. Les instants les plus noirs s'avèrent bien mis en scène, et la plupart des décors sont efficaces, même si sur certaines casses ils apparaissent plus lisses et informatisés.

Avec ce premier volume, l'auteur ne perd donc rien de son talent pour proposer du thriller sombre et immersif. Echoes s'offre une entrée en matière efficace, promettant sur la longueur un très bon divertissement. Du côté de l'édition, on est dans les standards de Ki-oon: papier souple et épais, très bonne qualité d'impression avec une encre ne bavant pas, choix de polices soignés, première page en couleur... A la traduction, on retrouve David Le Quéré, largement habitué à ce type d'oeuvre puisqu'il a déjà signé les versions françaises de tous les précédents mangas de Sanbe sortis chez Ki-oon. Il offre donc ici un travail soigné et immersif, collant bien à l'ambiance globale.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News