Dragon Ball Extra - Comment je me suis réincarné en Yamcha - Actualité manga

Dragon Ball Extra - Comment je me suis réincarné en Yamcha

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 14 May 2019

Chronique 2
  
Certains pourraient penser qu'on a fait le tour de la saga Dragon Ball, et que malgré sa suite bourrée de défauts, les grandes heures du titre sont derrière lui! Et pourtant on peut encore revisiter le mythe!
Très à la mode depuis quelques années, le style "isekai" consistant à projeter un individu du monde réel dans un univers de fiction est ici utilisé, avec un certain brio, pour apporter une nouveau regard sur la série qu'on connaît déjà par cœur!
Pour l'occasion il fallait un auteur capable d'explorer cet univers tout en se le réappropriant; on a Toyotaro pour DBS, on retrouve ici Dragon Garrow Lee, autre grand fan de Toriyama et auteur de fan fiction, aux dessins de ce one shot! Le maître lui même est bien entendu crédité mais difficile de dire quelle est sa part d'implication dans ce projet (on la suppose minime).
C'est court mais c'est l'occasion de prolonger l'aventure Dragon Ball...quand on est fan on en a jamais assez!

Un jeune lycéen, fan de Dragon Ball comme tant d'autres, décide de se rendre à une attraction consacrée à sa série fétiche, en chemin, il fera une chute dans des escaliers et y perdra la vie! Étrangement il va pourtant se réveiller mais il ne sera plus dans notre monde réel mais bien dans celui de Dragon Ball! Sa surprise est totale et elle le sera d'autant plus quand il va réaliser qu'il se retrouve dans le peau de Yamcha, personnage important de la première partie de la série mais qui finira par perdre de l’importance au point d'en devenir un effet comique!
C'est cependant un rêve qui se réalise, d'autant qu'en incarnant Yamcha il va avoir l'occasion de vivre une relation avec Bulma! Soudain il réalise également que ce même personnage est destiné à mourir! Que cela ne tienne, étant donné qu'il connaît les événements de la série sur le bout des doigts, notre lycéen propulsé dans ce monde va tout faire pour changer le destin de Yamcha!

Si on retrouve le principe des "isekai" de plus en plus souvent, la plupart du temps cela ne raconte pas grand chose et sert juste de prétexte, ici le but est clairement d'apporter un regard parodique sur cet univers qui ne se prend déjà pas au sérieux!
L'originalité pourrait notamment venir du fait que si le lycéen est projeté dans ce monde imaginaire, il ne se retrouve pas uniquement aux cotés de ses héros mais bien dans la peau de l'un d'entre eux! Pas de chance, ce ne sera pas un personnage principal, ni Goku, ni Vegeta, ni Gohan...mais ce pauvre Yamcha!
On peut aussi y voir une tentative de la part d'un auteur, fan de la première heure, de redonner ses lettres de noblesse à ce pauvre Yamcha, délaissé et maltraité depuis des années!
On va donc revivre les grandes lignes des événements principaux de la série avec un regard neuf, celui d'un Yamcha qui connaît la suite du récit et va donc tout faire pour influer sur le court des choses! On a donc un Yamcha qui va prendre au sérieux son entraînement, un Yamcha qui va devenir de plus en plus puissant et surtout un Yamcha qui va survivre à l'arrivée des Saiyens sur Terre!
L'affrontement contre ces mêmes Saiyens en devient vraiment amusant, car si on a un Yamcha du même niveau que Goku (ce qui paraissait une aberration) on se retrouve avec un personnage voulant terrasser Vegeta car il sait qu'il va lui piquer Bulma! Voilà les motivations du personnage: sauver la Terre c'est bien, garder Bulma c'est mieux! C'est donc vraiment amusant mais cela respecte malgré tout l'univers de la série puisque se pose alors le dilemme: tuer Vegeta va empêcher le naissance de Truncks! Il va donc devoir se résoudre!

A partir de là, les événements vont s’enchaîner comme on les connaît...on aurait alors pu s'attendre à des excès, mais même dans le délire, l'auteur respecte l'univers et les échelles de puissance (contrairement à DBS), Yamcha ne peut avoir une marge d'évolution infini, et finira par être dépassé...comment proposer alors quelque chose d'intéressant dans ce récit?
Et bien tout simplement en intégrant une rivalité tout aussi originale qu'amusante: il y a un autre individu venant du monde réel dans la peau d'un autre personnage...et il ne peut n'y avoir qu'un!

C'est fait avec beaucoup de dérision et surtout, on le ressent, avec beaucoup d'amour pour la série originale, Dragon Garrow Lee (le pseudo pourri quand même) connaît cet univers et l'aime sincèrement! Ainsi il se permet de prendre des libertés sans en changer l'essence ni les événements essentiels!

Le seul véritable bémol c'est que c'est particulièrement court! Une telle idée ne pouvait donner naissance à une véritable série, cela devait forcément être court, mais là pour le coup ça apparaît un peu rapide tout de même; on n'aurait pas été contre un développement un peu plus poussé. Mais l'objectif est clairement atteint, à savoir proposer un récit amusant sans se prendre la tête!

Ce qui frappe également quand on lit ce one shot c'est le trait de son auteur, on croirait avoir à faire à du Toriyama lui même!
Le trait de Toyotaro par exemple est bluffant de ressemblance, mais connaît quelques soucis de proportions et surtout d'originalité dans la mise en scène. Ici on a un auteur qui possède son style propre, preuve en est de l'introduction et de la conclusion, se déroulant dans le monde réel, avec ici un dessin qui pourrait rappeler celui de One Punch Man (en moins détaillé); mais qui parvient à imiter à la perfection celui de son auteur de référence!

On tient là une petite pépite, un récit vraiment amusant, qui nous apporte un regard original sur cet univers qu'on connaît déjà par cœur, qui n'a d'autre but que de nous amuser sans se prendre la tête...mais qui s'avère malgré tout bien court!
Clairement un one shot d'un fan pour les fans! Pas indispensable mais chaudement recommandable!
  
  
Chronique 1
  
Si Akira Toriyama reste derrière la licence Dragon Ball, en écrivant des scénarios ou en élaborant les character-designs de base des nouveaux personnages, il n'est plus l'acteur principale derrière la saga, loin de là. Côté mangas, ce sont les enfants bercés par l’œuvre culte, d'abord publiés en amateurs, qui dessinent les nouveaux récits papier d'aujourd'hui. Toyotarô est en charge du manga Dragon Ball Super tandis que Naho Oishi dessine Dragon Ball SD, en plus d'avoir développé un court spin-off sur Bardock. Vient enfin un troisième auteur : Dragon Garow Lee, illustrateur très suivi par la communauté de fan sur internet, et apprécié pour son trait proche de lui de Toriyama à l'âge d'or de Dragon Ball. Et c'est justement lui qui est l'auteur de ce spin-off pour le moins déjanté qu'est Dragon Ball Extra : Comment je me suis réincarné en Yamcha, isekai parodique se déroulant dans l'univers de Dragon Ball.

Car qui n'a jamais rêvé de vivre aux côtés de Gokû et les siens ? Beaucoup de monde, mais peut-être pas en incarnant Yamcha... C'est pourtant ce qui arrive à un adolescent qui, lorsqu'il accoure pour aller mater une fille en minijupe, tombe dans les escaliers et... décède. Mais il rouvre les yeux dans le monde de Dragon Ball, dans la peau de Yamcha, juste après la transformation de Gokû en Ôzaru face au roi Pilaf. Pourtant, il sait que son personnage est un éternel looser... Mais à la différence du Yamcha original, lui a connaissance des événements à venir, et connait par cœur la teneur de l'univers de Dragon Ball, l'arme idéale pour survivre et déjouer le destin funeste qui l'attend...

Le genre isekai a plus que jamais le vent en poupe, si bien qu'à part quelques titres bien fichus comme Re:Zero, le genre donne l'impression de tourner en rond. Alors, quelle brillante idée de créer un isekai dans l'univers de Dragon Ball, en plaçant en héros un personnage qui a une parfaite connaissance du scénario et de l'univers d'Akira Toriyama ? Cerise sur le gâteau, celui-ci est réincarné dans la peau de Yamcha, personne rendu volontaire inutile, devenant même un gag pour les fans ainsi que dans Dragon Ball Super.

On le comprend donc rapidement, ce court spin-off est une parodie qui ne cherche jamais à se prendre au sérieux. Si le titre est un isekai, il est surtout destiné aux fans de Dragon Ball tant ses gags s'axent autour de références à l'univers d'Akira Toriyama. Dragon Garow Lee lui-même est un fan invétéré, et on ressentir sur tout le volume son amour de Dragon Ball, lui permettant de trouver des sketchs riche en bonnes idées, et qui parlent immédiatement à tout fan de la licence. Et la sauce prend : les gags se placent volontairement du point du vue du fan, les rendant assez savoureux. A ceci s'ajoute le respect de l'univers, l'auteur rendant un Yamcha exagérément puissant tout en cherchant à coller aux limites de la mythologie Dragon Ball. L'exercice a beau être séduisant, il était casse gueule dans le sens où il était simple de partir dans des délires de fan disproportionné. Mais Dragon Garow Lee le fait habilement, rendant une lecture efficace d'un bout à l'autre.

Mais la grosse surprise du récit, pour ceux qui n'auraient jamais entendu parler de l'auteur, c'est bien son coup de crayon. Le style de Dragon Garow Lee est similaire à 90% à celui d'Akira Toriyama, lors des grandes années de Dragon Ball. Il reste quelques petites erreurs de proportion ainsi qu'un petit manque d'originalité quand il s'agit d'inventer de chorégraphies de combat originales, certes, mais le titre donne, à plusieurs reprises, l'impression d'avoir affaire à des planches de Toriyama en personne, dans les années 90. On se demande alors pourquoi ce n'est pas à Dragon Garow Lee que le manga Dragon Ball Super a été confié, plutôt qu'à Toyotarô qui montre ses limites dans sa manière de recopier le Maître.

Finalement, le seul bémol du titre est sa trop courte durée. Évidemment, étant donné le concept, un tome (deux grand maximum) suffit amplement, mais celui-ci est particulièrement court : Quatre chapitres, et moins de 140 pages de récit. Le tout va donc assez vite, et peut-être y avait-il matière à étoffer certains arcs, façon isekai. Mais on ne boude pas son plaisir, ce spin-off sur Yamcha restant une très bonne lecture pour les fans de la saga, plus rafraîchissante que Dragon Ball Super.

Enfin, l'édition proposée par Glénat est de bonne facture, avec un format poche et une conception visuelle qui permet au titre de bien intégrer la mangathèque Dragon Ball française. La traduction est d'excellente facture, Fédoua Lamodière n'ayant plus rien à prouver dans sa maîtrise de l'univers de Toriyama côté textes. Reste un prix qui, du coup, paraît assez fort, étant donné la minceur de l'ouvrage.
  

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Erkael

15 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News