Chocolat Noisette Vol.1 - Actualité manga

Chocolat Noisette Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 18 October 2011

Mais qu’est-ce donc que ce manga amateur qui, sous des airs de vrai manga (avec couverture reliée, et tout !) se cache au détour d’un stand de fanzines dans une convention parisienne ? Attirée par le plus grand des hasards, la yaoiste que je suis s’y faufile, feuillette, et achète les cinq tomes d’un coup, sur une série qui, selon mon informatrice, devrait en compter environ huit. Seulement ? C’est la réflexion que je me fais en finissant le premier tome. Qu’est ce donc que Chocolat x Noisette ? C’est du yaoi à la française comme on en trouve bien peu, c’est surtout un grand moment dont il me faut d’abord vous raconter l’histoire. Noisette, 18 ans, terreur des forums gays par sa manie de troller sans vergogne et de draguer tout ce qui bouge, plus récemment Choco, un photographe plutôt moqueur avec lequel il s’accroche, tout en le cherchant de loin. Mais sur internet, tout le monde s’invente une identité et sous le sourire ravageur et l’assurance adulte bourrée aux phéromones de Noisette il y a ... Damien, 16 ans, encore lycéen. Accessoirement incapable de s’assumer, ses préférences sexuelles étant notamment inconnues à son meilleur ami qui l’attire irrémédiablement. Normal, un beau cliché du genre, quoi. Mais tout se complique un peu quand Damien décide de confronter Noisette à la réalité et de rencontrer Choco ! Nettement moins facile que la provocation par écrans interposés, cette première rencontre, pourtant ça n’a pas l’air de se terminer là ...

Ce qu’il faut en retenir ? C’est stéréotypé. Mais en fait, c’est un détail majeur qui contribue fortement, que dis-je de manière évidente à la réussite de ce premier tome ! Parce que Noisette est tout ce qu’il y a de plus réaliste, avec son amour refoulé, son attirance pour la maturité et la classe de Choco, sa curiosité face au désir sexuel, sa naïveté et son impulsivité. Il est attachant dès les premières lignes, autant que Choco est mystérieux et donne envie d’en savoir plus. Le héros idéal qui nous fait partager ses joies, ses peines, ses décisions d’adolescent dans un récit au ton ajusté et très fin. D’autant que tout ne se passe pas exactement aussi facilement que ça en a l’air ! L’auteur réussit avec brio à distiller ses personnages secondaires dans le récit pour faire rebondir celui-ci, de manière habile et jamais trop brutale cependant. C’est un long fleuve tranquille que l’on suit avec intérêt et une passion bavouillante certaine, la vie d’un adolescent confronté à ses envies, à ses doutes, à ses sentiments. Rien de plus juste ne pourrait être développé, et l’on se rend vite compte que, s’il est difficile de s’identifier parfois à un ado de seize ans, on ne peut s’empêcher de prier pour son bonheur. Noisette, Damien, Choco, Jérém. Autant de noms qui évoquent rapidement des émotions, des liens, des rires et de l’impatience. Au niveau rire, on est bien servis puisque l’auteur a beaucoup d’humour et met souvent Noisette dans des situations désopilantes, qui sont amusantes pour nous, moins pour lui, mais permettent de dédramatiser l’ensemble et d’en faire un résultat jamais lourd, toujours habilement dosé dans le rire et la simplicité.

Au niveau visuel, là encore c’est du tout bon. Un style qui, certes, mériterait de se perfectionner (et qui n’y manque pas par la suite !) mais qui a le bel avantage de ne présenter aucune réelle erreur de proportions. Tout est équilibré, les silhouettes sont harmonieuses, les protagonistes facilement différenciables, la mise en page extrêmement dynamique, les scènes de sexe réussies et ... le meilleur pour la fin. Les expressions passent merveilleusement bien. Pour certains, ça sera peut-être trop mais pour d’autres, c’est juste diablement amusant tant l’humour et les SD prennent une place importance dans le style de l’auteur. On s’amuse beaucoup des réactions de Damien, et cela nous fait encore plus prendre conscience de la platitude émotionnelle (apparente) de Choco. Mais les moments d'émotion un peu plus sérieuse ne sont pas en reste, loin de là ! Le seul petit manque ? Les décors. Mais on espère que cela viendra au fil des tomes, tout comme le trait qui devrait s’affirmer un peu plus. En prime, des bonus de fin intelligents et plein d’informations passionnantes, de la pub alléchante, un prix attractif, des petits mots de l’auteur sympathiques ... Que demander de plus ?

Humour, sensualité et romantisme sont les maitres mots de ce premier tome, et c’est avec une immense, immense, immense impatience qu’on ira lire la suite. Clover, je vous bénis pour avoir supplanté tous ces clichés, les avoir utilisé à bon escient, les avoir rendus pertinents et pour m’avoir mis une bonne claque dans la figure. Pourtant, le yaoi, ça me connait mais ça faisait un moment que je n’avais pas lu quelque chose d’aussi juste, sans se prendre la tête et avec une qualité d’écriture et de dessin réellement élevée. La plupart des yaois de mes étagères peuvent aller se rhabiller ...

Et pour commander cette merveille, c’est par ce site que cela se passe (partie publications sur le côté gauche de la page) : http://www.kejhia.net/index.php


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
NiDNiM

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News