Black Shadow Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 12 Febuary 2020

Encore un shônen axé sur la magie? Difficile de se faire une place dans ce créneau alors que les Fairy Tail et autres Black Clover sont des références qui dominent le marché... Et pourtant Pika tente sa chance avec un nouveau titre issu d'un auteur qu'on ne connaît pas, pour qui il s'agit de la première publication en série...une vraie prise de risque quand on sait que nombre de shônens se noient dans la masse. D'autant que le titre qui nous intéresse ici, Black Shadow, sera forcément comparé aux références du genre, et quand on débute, cela ne rend pas forcément service...

Il s'agit donc du premier titre d'un auteur nommé Takuya Nakao dont on ne sait pas grand chose. Actuellement (en Février 2020) le titre compte cinq volumes au Japon et est toujours en cours...à ce stade difficile de dire si on part sur une longue série qui s'étendra sur plusieurs dizaines de tomes ou si elle se terminera sous peu, mais force est de constater que rapidement la série pose des bases d'un univers qui ne demande qu'à s'étendre...

Avista est un royaume dominé par la magie, elle est présente depuis toujours dans le quotidien des habitants. Les écoles de magie forment les jeunes sorciers pour qu'il puissent invoquer leurs baguettes et enfin devenir de vrais mages, et peut être qu'un jour ils deviendront des Paladins, l'élite parmi l'élite représentant les douze généraux du royaume!
Junk est un apprenti magicien; fils de Paladin, il rejette les attentes le concernant, il ne veut pas suivre les traces de son père et rejette en bloc tout intérêt pour la magie...
Alors qu'il fait des siennes devant huit des douze Paladins, y compris son père, durant la cérémonie permettant aux jeunes mages d'être considérée comme des magiciens à part entière, la ville est attaquée...Les Paladins se précipitent pour aider, laissant les aspirants seuls avec le père de Junk et un autre général...et un terrible drame se produit, obligeant Junk à embrasser ses pouvoirs mais à renoncer à bien plus important...
Désormais, il en est sur, il a changé d'avis, Junk suivra les traces de son père pour devenir un Paladin et vengera cet assaut sournois...

Nous avons droit avec les premiers chapitres à une entrée en matière des plus classiques, mais particulièrement rythmée et dynamique! Si de nombreux éléments peuvent nous faire penser à un manque d'originalité (on y reviendra), force est de constater qu'on ne s'attendait pas à une introduction aussi rapide et brutale! En effet, nous n'auront droit qu'à quelques pages de rapide présentation, des personnages et des concepts avant que l'action ne s'invite avec déjà des trahisons et un terrible drame!
Il faut bien reconnaître que suite à cela, le titre, malgré une impression de déjà vu, à déjà marqué quelques précieux points!

Et pourtant, le début de la série, on a le sentiment de l'avoir déjà vu tant de fois, et ce sans aller chercher bien loin: un royaume où la magie domine, des jeunes apprentis qui se préparent pour un rite de passage/examen...on a l'impression d'être devant le début de Black Clover; les deux séries ne partageant pas que la même couleur dans leurs titres! Les Paladins faisant également penser aux capitaines de Compagnies...
Ensuite le héros fils du génie qui rejette son héritage et s'avère être le plus mauvais élève de sa classe, on est en plein dans du Naruto. Et bien entendu l'école de magie et la relation unique qu'ont les mages avec leur baguettes nous renvoie directement à Harry Potter!

Mais il apparaît désormais tellement difficile de créer un titre totalement original, en particulier dans le genre shonen où on la sentiment que tout a déjà été fait. De fait, s'inspirer apparaît presque obligatoire, c'est avec le temps que les auteurs peuvent tirer leurs épingles du jeu en donnant vie à des univers riches et cohérent...
Pour le moment les éléments qui nous sont proposées nous apparaissent intéressants mais difficile de dire si le monde qui nous attend sera aussi riche qu'on l'espère! Le fait de rentrer aussi vite dans l'action est une bonne chose car accroche de suite le lecteur, mais cela se fait au détriment d'un approfondissement justement de l'univers et des personnages.
Tout ceci nous l'aurons dans une seconde partie de tome qui retombe dans les travers d'un début très classique mais nous promet cependant des personnages attachants et au fort potentiel!

Junk en tête, malgré un coté tête à claque (plutôt récurrent dans les shonen), va embrasser le destin voulu par son père... Un énième héros en quête de la reconnaissance paternelle, mais au vu de ce qu'il va vivre dans ce premier tome on ne peut s’empêcher de partager sa volonté! Et là où Asta de Black Clover ne peut utiliser que l'anti magie, Junk de son coté ne possède pas de baguette comme les autres élèves et utilise le pouvoir des ombres par opposition à son père qui utilise la lumière... Un rapport au père qui nous promet d'être intéressant et qui d'emblée parvient à nous toucher, en plus d'être plutôt intelligent et bien amené.
Ce que ceci nous dit également c'est que comme dans beaucoup d'autres titres du genre, les mages ne semblent posséder qu'un seul type de magie chacun (à l'inverse de Harry Potter par exemple où tous les mages peuvent utiliser tous les sorts à leurs dispositions avec plus ou moins de talent).
On a également droit à la classique "pyramide" nous expliquant les rangs des différents mages, les apprentis, Junk et ses camarades en tête, commençant tout en bas de l'échelle avec pour objectif de gravir les échelons jusqu'à peut être devenir Paladin!
En ce qui concerne ces puissants chevaliers mages, on nous présente déjà plusieurs d'entre eux (mais pas tous, on conserve le mystère) et ils apparaissent tous avec un style, un design propre, ce qui nous donne déjà envie d'en apprendre davantage sur eux!

La seconde partie du tome nous montre déjà un entraînement afin que les personnages puissent montrer ce dont ils sont capable...pour mieux mesurer leur évolution à l'avenir...si l'auteur et l'éditeur Japonais laisse le temps à la série d'aller jusque là!

Pour le moment on se laisse volontiers séduire par ce premier tome qui certes ne brille pas par son originalité, mais qui parvient tout de même à présenter un univers intrigant qu'on a envie d'explorer.
Pour ne pas le citer, Black Clover commençait lui aussi de manière basique, faisant appel à trop de références, pour être désormais lui même une référence et un titre de grande qualité...on souhaite le même destin à Black Shadow!   


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

14 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News