Baki Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 05 May 2008

Voilà une série bien atypique, une de celle qui peut être considérée comme l’œuvre d’une vie d’un auteur ! En effet son auteur Keisuke Itagaki y a consacré de nombreuses années, mais uniquement avec ce titre.
Déjà relativement longue, cette série de 31 volumes n’est en fait que la deuxième partie d’une grande saga qui s’étend sur de nombreuses années et fait intervenir de très nombreux personnages.
En premier lieu vient « Grappler Baki », série en 42 volumes inédite en France, vient ensuite celle ci « New grappler Baki » (tout simplement « Baki » chez nous) en 32 volumes donc, et enfin « Baki, son of Ogre » toujours en cours au Japon. On trouve également des spin-off à l’univers déjà riche de Baki.

De part le graphisme très particulier et l’aspect quelque peu redondant de la première série (on rentre assez vite dans un tournoi qui s’éternise), Delcourt a choisi de publier directement la deuxième saison, gros risque de leur part, car faisant suite directement à la première (quoi de plus normal), interviennent de très nombreux personnages que le lecteurs est censé connaître et les capacités des forces en présence…or le lecteur Français est privé de ça d’entrée de jeu !
Puisqu’on en est à parler de Delcourt, évoquons de suite le choix effectué en ce qui concerne les couvertures : à l’instar de Karakuri Circus, les couvertures originales ont été remplacés par des illustrations tirés des volumes eux mêmes…une nouvelle fois c’est un choix discutable dans leur politique commerciale, mais à leur décharge, les couvertures Japonaises sont loin d’être fabuleuses (doux euphémisme).

On retrouve (découvre) donc Baki, après sa victoire dans le tournoi du sous sol, qui retrouve une vie à peu prés normal jusqu’à ce qu’il soit convoqué par Tokugawa qui lui explique que cinq redoutables condamnés à mort se sont échappés de leur prison à travers le monde et ce en même temps. Il va donc mettre en place une sorte de jeu où les combattants de l’arène du sous sol vont affronter les condamnés ! Et pour le moment dans ce premier volume, on découvre juste Baki et on apprend comment les condamnés se sont échappés.
Autant être honnête, quand on ouvre ce premier volume ce qui choque c’est le graphisme, c’est loin d’être facile, Itagaki ayant un style tellement particulier, il dessine des corps bodybuildés sans visiblement connaître l’anatomie humaine. Et il ne faut pas s’attendre à ce que le graphisme s’améliore beaucoup étant donné qu’il y a déjà une série de 42 volumes qui précède…autant dire qu’il a déjà trouvé son style.
Autre gros défauts de cette série : les volumes se lisent beaucoup trop vite, c’est assez frustrant ! Et puis il faut reconnaître qu’Itagaki fait un peu ce qu’il veut avec ses personnages et son scénario…il faut l’accepter ! Les combats sont surréalistes alors qu’à priori il s’agit d’un manga d’art martiaux classiques…ici pas de pouvoirs, et pourtant…parfois on se demande…tout est exagéré, mais comme dit à l’instant, il faut l’accepter, c’est la marque de l’auteur et ça le restera !

A noter que si voulez prendre connaissance de la première saison dont le manga n’existe pas en France, on la trouve cependant en animé, éditée en DVD chez Declic Images (48 épisodes)



erkael

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News