Bakemonogatari Vol.5 - Actualité manga

Bakemonogatari Vol.5

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 14 January 2020

Koyomi a désormais la certitude que son mystérieux agresseur ayant cherché à le tuer n'est autre qu'une fille de son lycée, Kanbaru Suruga, la vedette du club de basket adulée par tout l'établissement scolaire voire bien plus de monde encore. Et il a déjà commencé à cerner que ce nouveau cas chimérique a sans doute un lien avec Hitagi Senjôgahara, avec qui Suruga avait autrefois une relation visiblement très proche puisqu'elles formaient ensemble le "binôme Valhalla". Pourtant, depuis cette époque, les deux adolescentes ne se parlent plus. Pire: quand Koyomi lâche le nom de Suruga devant Senjôgahara, celle-ci a une réaction on ne peut plus brutale... Pour en apprendre plus sur Suruga et sur ce qui la possède, voire pour peut-être trouver une solution pour la "guérir", notre héros se rend alors directement chez la principale concernée...

Nous somme désormais dans le vif du sujet concernant l'arc SURUGAmonkey de Bakemonogatari, toutefois Oh! Great, dans la première partie de ce volume, n'évite pas quelques moments un peu longuets, qui auraient peut-être gagné à être plus concis, d'autant que certains gags tendent à être un petit peu plus lourds que précédemment. Néanmoins, pour une adaptation d'un light novel réputé très difficile à adapter, le mangaka continue de bien s'en sortir, ne serait-ce qu'à travers ses partis pris visuels. Certes, les quelques brefs instants plus orientés action ne sont pas parmi les plus limpides, en revanche le dessinateur reste fidèle à son esthétique moderne et un peu épurée, à ses angles de vues surprenants et à ses représentations visuelles un petit peu plus métaphoriques, pour un résultat collant très bien à l'esprit Bakemonogatari.

On entame donc ce tome par différentes découvertes plus ou moins intéressantes et importantes concernant Suruga, de son orientation sexuelle à son côté plus taquin/coquin, en passant par sa relation voulue avec Senjôgahara et certaines facettes de son passé. Quant à l'énigme de son bras, le récit initial de NisiOisiN a l'idée intéressante de tirer partie du célèbre conte horrifique "La patte du singe" de W.W. Jacobs pour croquer une affaire de voeux dont on vous laisse découvrir les détails. Sachant que, tout comme dans le récit de Jacobs, ces fameux voeux pourraient bien avoir des conséquences en réalité terribles...

Et on en arrive alors à la partie la plus intéressante du tome, dès lors que Koyomi et Suruga arrivent chez Meme... pour un nouvel exorcisme ? pas si sûr, car dans Bakemonogatari chaque cas est différents, et c'est aussi le cas pour une Suruga qui n'en finit alors pas de surprendre, que ce soit dans ce qu'elle peut bien ressentir au fond d'elle de regrets et de culpabilité, dans la vraie nature de ce qui la possède, ou dans les seules solution a priori terribles pour qu'elle puisse être sauvée. Bien qu'un peu trop dépourvues d'émotion et de tension (le mangaka privilégiant l'esthétique), les choses avancent dans une voie assez forte et prometteuse. L'action reprend ses droits dans la fin du volume, en annonçant une fin d'arc intense dans le prochain volume... C'est en tout cas ce que l'on souhaite !

A noter qu'une nouvelle fois, Pika Edition nous gratifie d'une jaquette réversible pour ce 5 opus. Le recto propose la jaquette standard avec les habituels petits vernis sélectifs du plus bel effet, tandis que le verso nous offre une illustration inédite d'Oh! Great mettant en avant Meme et Shinobu Oshino.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14.75 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News