Angolmois Vol.8

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 22 June 2021

Malgré la trahison de Kazuhisa qui a été éliminé, les îliens et les exilés sont parvenus à repousser le siège du château de Kaneda par l'armée mongole, ébranlant ainsi cette dernière... Mais il va de soi qu'Edei Uriyan et ses comparses ne s'arrêteront pas là.... Mais avant d'en arriver à cela, Nanahiko Takagi nous offre une première partie de volume en forme d'aparté, s'écartant un petit peu de la trame principale pour revenir sur des éléments essentiels autour d'un autre royaume: Goryeo, qui s'est rallié aux Mongols. De façon brève mais assez claire pour le bien de son récit, l'autrice évoque dans les grandes lignes l'histoire du roi de Goryeo Sim (nommé ensuite Chunggnyeol), les questions d'héritage et petites querelles de pouvoir, le sort de l'armée rebelle de Sambyeolcho... et abordant alors suffisamment bien les conséquences parfois dramatiques de l'alliance entre le Royaume de Goryeo et les Mongols.

Une fois cette étape passée, retour auprès de Jinzaburô et des autres, juste après leur première victoire sur l'armée mongole dans la tentative d'attaque du château.. Hangan Nagamine, le chef des Purificateurs au sein du château de Kaneda, ne compte aucunement partir de son fief, d'autant plus qu'il est désormais persuadé que plus aucune catastrophe ne s'abattra en ces lieux suite au sacrifice du doyen. Et avec la promesse de l'envoi de renforts venant de Hakata par Kagesuke Shôni, la princesse Teruhi a envie de croire la même chose... mais tout peut-il être aussi simple ? Tandis que nos héros doivent envisager la question de la nourriture pour pouvoir subsister longtemps si besoin est, parmi les exilés le vieux vient faire une surprenante proposition de fuite à ses compères... Alors, quelle voie choisiront les exilés, dont font partie Onitakemaru et, bien sûr, Amushi qui s'est trouvé une précieuse amie en ces lieux ? Mais surtout, comme prévu, l'armée mongole ne compte aucunement en rester là, et compte bel et bien attaquer à nouveau au plus vite. Entre lumières nocturnes tout autour du château pour intimider nos héros et leur faire comprendre qu'ils ne peuvent plus fuir, et envoi de premières attaques en éclaireur, la mangaka fait petit à petit monter la tension en vue de la suite, au gré de petites semblants de stratégie très simples, à vrai dire si simples que le coup des charges bêtes effrayées/enragées pourra sembler un peu gros.

Mais l'ensemble reste efficace et donne bel et bien envie de lire la suite, d'autant plus qu'un autre élément gagne un peu plus en consistance, à savoir une interrogation: pourquoi Jinzaburô se bat-il autant exactement ? Onitakemaru nous le rappelle à un moment dans ce tome: notre héros, autrefois, ne pensait qu'à se battre et pouvait être sans pitié... alors a-t-il changé à présent ? Si oui, pourquoi ? Pour les beaux yeux de la belle Teruhi ? Ou pour autre chose ? Des éléments de réponse se dessinent dans les dernières pages du volume, en suscitant de plus belle l'alliance et la verve de nos héros à l'heure où la bataille décisive s'amorce...

Ce n'est donc pas encore avec ce volume que le récit redécolle totalement dans son conflit contre l'armée mongole. Nanahiko Takagi prend son temps pour peaufiner un tant soit peu les choses, et globalement elle le fait bien. Entre les difficultés rencontrées par Shôni pour envoyer ses renforts, le choix de certains exilés, et la rudesse de la bataille qui s'annonce, à l'issue de ce volume il est difficile de ne pas attendre la suite d'Angolmois avec intérêt.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News