Académie Musicale Alice (l') Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 26 December 2019

L'heure du voyage de classe arrive pour les membres de l'Académie musicale Alice... mais étant donné qu'il leur est interdit de sortir de l'enceinte de l'établissement, ledit voyage ne pourra pas les emmener bien loin, et c'est donc à l'Académie nationale Alice que Hikari et les autres sont conviés. C'est l'occasion pour l'héroïne de ce spin-off de découvrir un peu l'académie qui fut le théâtre principal de la série-mère, et pour les lectrices et lecteurs de revoir certains recoins connus et, plus encore, certains visages. Mais le voyage n'a pas lieu maintenant par hasard: actuellement a lieu à l'académie le populaire festival Alice, et à cette occasion les élèves de l'académie musicale vont devoir essayer de briller en gagnant le concours d'otoko-yaku, où les premiers votants sont les membres du public. Hikari désire évidemment l'emporter, et pour cela son côté parfois un peu garçon manqué pourrait l'aider... amis face à d'autres personnes bien plus masculines qu'elle, a-t-elle vraiment une chance ? En plus de ça, la question de la protection d'Ema se pose toujours, le jeune prince déguisé en fille étant encore menacé d'assassinat... mais par qui exactement ?

Le petit scénario de Tachibana Higuchi se poursuit sur un schéma un peu classique où les épreuves et enjeux autour du concours se succèdent, mais l'ensemble reste efficace et facilement prenant, dans la mesure où la mangaka marie bien ses différents éléments.

Ainsi, en premier lieu, on ressent toujours aussi bien la passion de l'autrice pour la Revue Takurazuka à travers la prise d'importance ici des interprétations otoko-yaku, où les aspirantes actrices doivent montrer au mieux leurs talents pour interpréter des rôles masculins, au point de devoir réellement parvenir à passer pour des hommes. Déjà présent dans le tome 1, cet aspect de l'oeuvre prend ici plus d'importance et suffisamment d'envergure, l'autrice sachant retranscrire avec passion, humour et application les exigences de cet art.

Faisant déjà un excellent musume-yaku, un garçon interprétant une fille, Ema pourrait être le binôme idéal pour Hikari dans sa progression... mais notre héroïne se sentira-t-elle capable de jouer ainsi avec le prince, qui semble de moins en moins la laisser indifférente ? D'autant que dans la dernière partie du tome, il faut apprendre à interpréter une scène de baiser sans sourciller... Hikari se sent si troublée qu'elle préfère éviter Ema, au risque de le décevoir, d'autant qu'elle va se rapprocher du'n autre personnage pour le moins inattendu.

Et on touche là l'autre centre d'intérêt du volume, à savoir la découverte encore un peu plus poussée du contexte familial d'Ema/Thomas à travers l'entrée en scène de son frère Aruma, qui n'est au départ pas là pour de bonnes intentions... mais est-il si mauvais que ça ? Tout en faisant pas mal dans son humour typique autour de ce nouveau venu et du lien qu'il construit déjà avec Hikari, l'autrice sait efficacement apporter vite et bien certains développements, autour des enjeux au sein de la famille royale et de celui qui pourrait bien y être le vrai ennemi, mais aussi autour d'Aruma lui-même, tant on découvre rapidement un garçon plus attachant que dangereux, qui a largement souffert à cause de son pouvoir qu'il juge ridicule et du rejet de ses parents, et qui est sans doute quelque peu manipulé...

L'ambiance typique de L'Académie Alice est là avec ses personnages bien campés, son humour, sa part sentimentale et ses enjeux grandissants, la mangaka semble plutôt bien savoir dans quelle direction elle va même si elle dit le contraire dans sa postface, la dernière partie du tome sait bien faire monter la sauce côté romance, et il n'y a plus qu'à espérer que tout ceci trouvera une bonne conclusion dans le prochain volume !
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15.25 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News