8 Man Infinity Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 17 January 2020

Devenu 8 Man Neo, Higashi peine encore à saisir pleinement ce que cela implique, au point d'en trembler. Son récent combat contre les machines animalières canines a éveillé presque malgré lui le pouvoir destructeur sommeillant désormais en lui, et, épaulé par Azuma et Anna, il va lui falloir accepter sa nouvelle condition et en faire bon usage... d'autant que de nouveaux problèmes et combats ne vont pas tarder à arriver !

Repousser les sbires de Müller menaçant de s'en prendre à la maison de Yuki. Faire face à la tragique réalité se cachant derrière un petit garçon malade ne pouvant sortir de chez lui. Faire face à une de ses semblables, Fang-Lang Lin alias "Fourth", qui l'attaque pour une raison précise. On peut dire que ce deuxième volume suit un schéma assez linéaire autour de trois problèmes consécutifs amenant chacun leurs petits enjeux et leurs petits moments d'action, pour un résultat qui, toutefois, fait bien le job en sachant enrichir peu à peu l'oeuvre.

Ainsi, côté action pure, on retiendra surtout toute la partie plaçant notre héros face à Fourth, cette demoiselle présentant des capacités de vitesse supersonique bien embêtantes et assez bien exploitées. Mais au-delà de ça, la jeune Fang-Lang permettra d'amener de nouvelles précisions sur ce qui se joue autour de Eighth et de l'"Infinity", et laissera entrevoir certaines facettes de son passé la rapprochant de Higashi et en faisant une "méchante" a priori plus nuancée, si bien qu'on a facilement envie de voir ce qu'elle réservera par la suite. Avant ça, les autres parties sont tout aussi intéressantes: le début du tome permet d'installer un nouvel allié en Leap, chien cyborg s'étant soudainement souvenu de sa vie passée avant d'être transformé, tandis que la partie sur le petit Yôsuke Shikano offre une certaine tragédie sur fond de technologies à la pointe et des limites de celles-ci. Ainsi, mine de rien, Nanatsuki continue de distiller de légères réflexions sur certains égarements des technologies quand elle vont trop loin en dépassant l'éthique, ou sur la part d'humanité qui peut subsister en Higashi, Leap, Lin et ces autres être ayant été soudainement réduits au statut de "machines".

Bien sûr, le scénariste arrive aussi plutôt clairement à apporter ce qu'il faut de petite précisions autour des ennemis et de l'organisation "Genesis", intrigue assez sur l'énigmatique Shi-Long Lin. Et sur le plan visuel, Takayuki Takashi, malgré quelques planches restant un peu vides ou lisses (surtout niveaux décors: de ce côté-là certaines cases sont très bien fichues, et d'autres un peu vides), tend à affirmer petit à petit son trait, pour un rendu gagnant doucement mais sûrement en intensité.

Après un premier tome convaincant, 8 Man Infinity reste donc ici sur une bonne dynamique. Sur un déroulement assez classique, les auteurs parviennent à distiller ce qu'il faut de nouveaux éléments, d'informations et de petites réflexions, en donnant facilement envie de découvrir la suite.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News