no flash plugins detected

Qualia Under the Snow

Critique du volume manga

Publiée le Lundi, 20 Mars 2017

Critique 2


Akio Kobayashi adore les plantes et n’a pas d’amis ni de petite amie. Il préfère s’adonner à sa passion que de perdre son temps dans des futilités. Un soir, en rentrant dans son foyer étudiant, il tombe sur Umi Ôhashi complètement ivre dans le couloir qui n’arrive même pas à atteindre sa chambre. En acceptant de l’aider à le raccompagner jusque dans sa chambre, Akio va sans le vouloir ouvrir le livre d’une nouvelle amitié et même plus…

Dans « Qualia under the snow », nous découvrons deux jeunes hommes à la personnalité complètement opposée. Akio Kobayashi est un véritable solitaire et ne vit que pour sa passion des plantes. Sans amis et sans petite amie, les journées d’Akio sont sans surprise.  Cette solitude n’est pas subie, mais voulue, car il ne supporte pas de perdre son temps dans des futilités. A l’inverse, Umi est le typique jeune étudiant. Faisant la fête, il enchaine les conquêtes masculines sans tabou. Tout ce qui l’intéresse ce sont les histoires sans lendemain pour passer juste du bon temps. Un soir, Umi complètement bourrée demande de l’aide à Akio pour le ramener dans sa chambre d’étudiant.  De cette rencontre, Umi et Akio ne vont finalement plus se quitter. Ainsi, à la suite d’une aide vient les remerciements puis un début d’amitié et qui laissera place aux premiers sentiments. L’auteur ne brusque pas le lecteur et amène tout en douceur. Les personnages, leurs personnalités et leurs environnements sont extrêmement bien développés. Chaque personnage a son passé et vit avec ses démons : l’abandon d’un père, la solitude ou bien encore un chagrin d’amour. Akio évolue au fil des moments passés avec Umi. Lui qui ne s’intéresse pas aux autres, commencera à faire attention à Umi sans s’en rendre compte. Il en est de même avec Umi qui brulait la vie par les deux bouts, commencera à se poser et ne plus avoir de relations sans lendemain, préférant la compagnie d’Akio. Une histoire sentimentale douce dans le respect de l’un et l’autre.

Concernant les graphismes, Kanna Kii a un style bien particulier. Nous sommes loin du style androgyne typique des yaois. Ici, les traits sont très arrondis donnant un petit air enfantin. Les trames et les décors sont extrêmement bien maitrisés. Quant à l’édition, elle est de bonne qualité.

Cette auteure marque par sa délicatesse qu’elle nous livre à travers son histoire sentimentale. Pas de surenchère, une rencontre qui semble banale débouche sur une belle évolution tant sentimentale que personnelle. Un beau titre à lire et découvrir.


Critique 1


Depuis toujours, Akio Kobayashi est un solitaire. Cet étudiant vit seul et préfère amplement la compagnie des plantes à celle des gens. Pourtant, la vie estudiantine va mettre sur la route un jeune garçon qui semble bien différent de lui : Umi Ôhashi, un étudiant gay qui vit dans le même foyer étudiant que lui et qui semble beaucoup plus sociable que lui. Tellement sociable qu'il enchaîne constamment les aventures sans lendemain. Après avoir suscité l'inquiétude d'Akio un soir, Umi va tout naturellement se mettre à le considérer comme son senpai et sympathiser avec lui. Akio, qui avait pour habitude de ne pas s'attacher aux gens et qui n'est pas gay, va alors passer de plus en plus de temps avec son kohai. Nouant une amitié de plus en plus forte, les deux garçons vont ainsi apprendre à mieux se connaître, mais aussi à se comprendre...

Découverte il y a à peine quelques mois aux éditions Boy's Love avec L'étranger de la plage, Kanna Kii arrive désormais chez Taifu Comics avec l'un de ses derniers récits en date, une oeuvre de 220 pages publiée au Japon de 2014 à début 2016.

Reposant sur un pitch de base très simple, Qualia under the snow charme pourtant dès les premières pages, grâce au style particulièrement réussi de la mangaka. Plutôt posée, claire et s'appliquant à faire ressortir naturellement le ressenti de ses personnages, la narration de Kii séduit très facilement et nous immisce d'emblée dans un univers empreint de pudeur, de poésie et de douceur. Cette douceur, on la ressent surtout à travers le dessin même. L'artiste offre des personnages aux visages un peu arrondis, aux yeux qui évoquent beaucoup de choses, et aux expressions dégageant une pointe de mélancolie et surtout une impression d'innocence (c'est surtout le cas pour Umi, qui a presque l'air d'un enfant parfois avec ses bouilles un peu naïves). Le look des deux personnages principaux est réussi, notamment leur coiffure collant bien à leur personnalité (blonde, un peu longue et légèrement hirsute pour Umi, brune, un peu plus courte et un peu plus "rangée" pour Akio), ainsi que leur tenue bénéficiant d'un grand soin. Les décors sont souvent présents, et dans ceux-ci Kanna Kii aime jouer sur une atmosphère un brin poétique varie contemplative en mettant en avant des éléments naturels comme les plantes qu'aime Akio, les arbres, les saisons, la neige qui tombe ou qui est posée sur les branches... Là où l'artiste effectue un travail assez remarquable, c'est dans la gestion de ses trames, très méticuleuses, et variant beaucoup au niveau de l'intensité afin d'apporter un rendu riche, avec des jeux d'ombre et des cases dégageant une certaine profondeur. La dessinatrice semble aimer les trames claires pour enrichir les décors de fond, et cette clarté imprègne la lecture pour renforcer la douceur qui s'en dégage.

Et pourtant, au-delà de cette douceur qui imprègne les pages, Qualia under the snow croque deux héros qui, eux, n'ont pas forcément eu une vie douce. Au fil des pages, les deux étudiants apprennent à se cerner et à se comprendre, et le lecteur a par la même occasion la possibilité de découvrir les blessures passées qui les animent. Pourquoi Akio est-il si solitaire ? Quelle est la raison qui le pousse à fumer ? Quelle déception a poussée Umi à commencer à faire n'importe quoi en enchainant les aventures sans lendemain, comme s'il cherchait constamment à prendre ce qui peut l'être sur le moment ? Sans forcément entrer dans les détails, Kii Kanna évoque alors des thématiques très humaines : abandon familial, sentiment de solitude, déception amoureuse forte, sentiment de ne pas être totalement normal... Il en ressort alors la naissance d'une relation amicale (voire un peu plus) portée par deux jeunes gens cherchant simplement à mettre de côté doutes et incertitudes pour avancer dans la vie, pour trouver sa place et trouver le bonheur.

Tandis que la mangaka avoue avoir pris le mot "qualia" de son titre dans le sens de "jardin miniature", on peut également se demander si elle n'a pas cherché à glisser une petite symbolique dans les plantes et les saisons présentes dans son manga, celles-ci étant en accord avec l'évolution des deux héros. D'ailleurs, dans le langage floral, l'anémone, qui a une importance dans le récit, peut symboliser à la fois l'abandon et la renaissance, deux termes collant autant à Akio qu'à Umi.

Qualia under the snow est une très belle oeuvre, évoquant avec beaucoup de douceur le lien et l'évolution de ses deux personnages, et réellement portée par une patte visuelle magnifique. Le one-shot est servi dans une édition d'excellente qualité, avec un papier bien souple et épais ainsi qu'une qualité d'impression sans couac d'Aubin, une traduction bien dans le ton d'Isabelle Eloy, et des polices bien choisies.


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Einah

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

17 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News