no flash plugins detected

Moonlight Act Vol.12

Critique du volume manga

Beaucoup ont reproché à Moonlight act de se focaliser sur un schéma « épisodique », sans véritable fil conducteur. L'absence de gros arc narratif depuis les débuts du manga, l'auteur préférant mettre en scène ses héros aux prises avec différents personnages issus de différents contes, a pu être perçue comme anarchique. Karakuri circus, du même mangaka, n'avait pas ce défaut, prenant son élan à partir du tome 6 (et, plus tard, dans le tome 22, dont nous n'avons malheureusement jamais pu profiter en France). Que l'intrigue de Moonlight act prenne de l'épaisseur, voilà ce qui était attendu par beaucoup de lecteurs. A ceux-là comme aux autres : impossible que vous soyez déçus que la montée en puissance ait été aussi tardive. Car oui, ce volume confirme qu'on a là un vrai gros arc narratif qui va changer la donne dans la série. Accrochez-vous bien, car avec ce tome, le manga décolle vers de nouveaux horizons : vous allez comprendre les motivations du grand ennemi (mais en est-il vraiment un ?) aperçu lors du tome précédent, et l'identité de Gekkô, si elle n'est toujours pas révélée, continue de poser maintes questions !


Plus des deux tiers de ce tome 12 sont consacrés à un conte étranger aux Mille et une nuits. Ce conte, c'est « L'oiseau bleu »...plus connu chez nous comme pièce de théâtre que comme conte. Le personnage principal est Tyltyl. Accrochez-vous bien, car avec ce tome, le manga décolle vers de nouveaux horizons : vous allez comprendre les motivations du grand ennemi (mais en est-il vraiment un?) aperçu lors du tome précédent. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les raisons d'agir de ce dernier sont...plus que légitimes ! L'auteur prend les lecteurs à contrepied, en présentant un personnage frappé par un coup de lune qui n'est pas mû par les volontés de destruction ou de satisfaction des envies vues auparavant chez d'autres héros (le petit chaperon rouge, Cendrillon...). Bien au contraire. En s’incrustant dans d'autres contes, il fera preuve d'une humanité dont n'ont pas fait preuve les auteurs de ceux-ci, décrivant des enfants plongés dans la misère, la famine, le désarroi. En plus d'enrichir considérablement son histoire, l'auteur surprend avec des dernières pages absolument poignantes, avec un personnage totalement désemparé. C'est superbement amené, c'est bien fait, et surtout, on comprend que l'essence de ce qui va faire que la série va changer de cap se situe à ce moment précis !


Avec ce tome 12, Kazuhiro Fujita fait prendre à Moonlight act la même consistance qu'arborait fièrement Karakuri circus, que beaucoup de chroniqueurs de Manga-news considèrent, faut-il le rappeler, comme un des meilleurs shonen jamais conçus, alors même que seule la moitié des tomes sont sortis en France suite à un arrêt de publication. Il faudra encore attendre avant de voir si Moonlight act peut atteindre le degré d'excellence de la précédente série de Fujita. Ce douzième volume, qui marque une vraie rupture dans la série, ne peut que nous faire dire : cela semble bien parti !


Chroniqueur : RogueAerith

Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News