Sword Art Online - Ordinal Scale - Edition Collector - Actualité anime

Sword Art Online - Ordinal Scale - Edition Collector

Critique du dvd : Sword Art Online - Ordinal Scale - Edition Collector

Publiée le Jeudi, 28 Décembre 2017

Sorti en 2017 au Japon Sword art online, Ordinal scale est le premier long-métrage de la franchise. Le film est dans la continuité de la série et les fans peuvent être rassurés, car Reki Kawahara, l'auteur à l'origine du light novel, a pris en charge pour l'occasion le scénario.
Nous retrouvons aussi Tomohiko Ita, qui est le directeur de la série depuis son commencement.

En 2016, à Japan expo, on nous annonçait déjà la sortie du film au box-office français.
Fin février 2017, des avant-premières eurent lieu, notamment à Paris. Il fallut patienter jusqu'au 20 avril pour pouvoir visionner le film dans les autres salles obscures. Malgré plus de 75 000 spectateurs, le film est resté cantonné aux grandes villes, mais il se rattrape aujourd'hui avec la sortie d'une édition collector en DVD et Blu-ray.



L'éditeur a cherché à rendre honneur au long-métrage avec un livret rigide de 39 pages, des cartes cartonnées du film. Bien que SAO reste une licence sans aucun doute surestimée, le coffret vaut tout de même le détour. Malgré une légère déception face à son côté cartonné, car on pouvait croire qu'il s'agissait d'un boitier métallique, il reste d'une très bonne facture.



Il est vrai que SAO a tendance à diviser. D'un côté, il y a les fans acharnés de la licence qui la soutiennent corps et âme, de l'autre, des personnes qui n'hésitent pas à cracher leur haine chaque fois qu'une information, la concernant apparaît sur la toile.
Cette critique sera proche du premier camp sans pour autant ignorer les nombreux défauts de la série.



Situé entre Mother's Rosario et Alicization, Ordinal Scale se déroule en 2026 où Kirito, Asuna et les autres survivants vivent des jours paisibles après SAO. Leur quotidien est quelque peu transformé avec l'augma, le nouveau petit bijou de technologie qui permet d'entrer dans la réalité augmentée. Le jeu « Ordinal Scale » permis par le gadget, devient rapidement populaire au point de menacer la réalité virtuelle.
Il n'est cette fois-ci plus question d'abandonner son corps pour immersion In Game, mais de modifier notre réalité afin qu'elle devienne le théâtre d'évènements virtuels.
Cette évolution est loin d'être visionnaire puisqu'elle existe déjà. Nous avons par exemple pu assister (voir participer) au phénomène Pokemon GO au cours des derniers mois.
En poussant la technique à l'extrême, le film nous propose un questionnement sur l'avenir de ces technologies. Quels risques ? Quelles conséquences ? Quels avantages ? Et la vie privée dans tout ça ?



Connaissez-vous le slogan du net : « Si c'est gratuit, c'est toi le produit » ? Kirito en a bien conscience et se montre par conséquent très méfiant en allant jusqu'à faire remarquer la quantité à ses amies, le nombre d'informations que l'Augma prélève à son propriétaire (habitudes alimentaires, goûts …)
Toutefois, cette question est rapidement éclipsée par le reste de l'intrigue. Kirito, qui avait largement fait ses preuves par le passé, se retrouve quelque peu démuni face à cette nouvelle mode où capacités virtuelles et réelles sont étroitement mêlées. De nature peu athlétique, le joueur légendaire devient un personnage très moyen.
Il est vrai que Kirito avait un côté très agaçant lors des précédentes saisons. Exagérément fort il pouvait s'attirer une certaine animosité. Dans Ordinal scale, la candeur et la maladresse de cet Otaku gamer qui a du mal à s'adapter à une nouvelle interface de jeu pourront vous réconcilier avec le personnage.
Le cas d'Asuna est en revanche plus problématique. Si elle a souvent, par le passé, volé la vedette à son cher et tendre, la demoiselle nous déçoit quelque peu. Si au début nous avons affaire à une héroïne forte et débrouillarde, elle devient un simple enjeu dans la majorité du film avant de revenir pour le bouquet final.



Quel dommage que Tomohiko Ito et Reki Kawahara n'aient pas pensé à tordre le cou aux clichés en inversant les rôles de Kirito et d'Asuna. Cela aurait été rafraîchissant et bien plus surprenant.
A noter que le film est accessible aux nouveaux arrivants de cette épopée. Le livret qui accompagne le coffret permettra à ces nouveaux de mieux cerner les personnages. Comme Reki Kawahara l'affirme dans l'introduction, il cherchait à « faire face aux fans de la première heure, ainsi qu'à ceux qui découvriront pour la première fois SAO par ce film ». Toutefois ces nouveaux spectateurs risquent de passer à côté d'une partie du scénario qui laisse une belle part à l'Aincrad pour un fan-service plutôt bienvenu.
La série ne sortira-t-elle jamais de l'ombre de cet emblématique premier arc ? On pourrait, peut-être, se plaindre que la franchise soit obligée d'invoquer Aincrad pour nous faire réellement vibrer. Mais quitte à le faire, autant le faire correctement et y aller à fond. De ce côté, A1 Pictures offre une jolie récompense aux fans, car dans son dernier quart d'heure le film se lâche et nous envoie toute la sauce.
L'un des points négatifs d'Ordinal Scale reste cependant son scénario assez pauvre. Même si on ne s'ennuie pas, l'histoire reprend un schéma classique et a des antagonistes aux raisons justifiées, mais banales à pleurer. Pour une franchise qui collectionne les méchants à vomir, on pourrait presque dire qu'ils sont de qualité supérieure.



Côté technique, le studio A-1 Pictures fait un très beau travail avec un mélange 2D-3D satisfaisant. Cependant, le résultat final peut paraître décevant, car la qualité générale est à peine plus élevée que celle de l'anime. Le film reste tout de même dans le haut du panier niveau animation, mais il se place loin derrière Your Name par exemple.
Les scènes de combats sont visuellement particulièrement soignées et accompagnées de musiques dynamiques et portées par Yuna, l'idole mystérieuse de ce long métrage. Oui, Ordinal Scale est très musical. De ce côté, Yuki Kajiura, la compositrice des deux premières saisons, s'est lâchée même si elle ne sort pas de sa zone de confort.



Malgré quelques petits défauts, Ordinal Scale permet de retrouver l'ambiance de Sword art online dans un format différent. L'équipe nous montre que sa franchise a encore quelques cartes à jouer.
Cette édition collector ravira surtout les fans qui pourront retrouver les héros de leur saga pour deux heures de combats en compagnie des boss de l'Aincrad.
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
zebuline

15 20


Note de la rédaction





MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News